Skip to main content
Query

4.3 : Discrimination

  • Page ID
    166813
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    La discrimination

    Les préjugés raciaux et ethniques entraînent souvent une discrimination à l'encontre des groupes raciaux et ethniques subordonnés dans une société donnée. La discrimination dans ce contexte fait référence au déni arbitraire de droits, de privilèges et d'opportunités aux membres de ces groupes. L'utilisation du mot arbitraire souligne que ces groupes sont traités de manière inégale, non pas en raison de leur manque de mérite, mais en raison de leur race et de leur origine ethnique.

    Les préjugés et la discrimination vont généralement de pair, mais Robert Merton (1949) a souligné que ce n'est pas toujours le cas. Parfois, nous pouvons avoir des préjugés et ne pas faire preuve de discrimination, et parfois nous pouvons ne pas avoir de préjugés et continuer à faire preuve de discrimination. Le tableau 4.3.1 illustre son point de vue. La cellule en haut à gauche et la cellule en bas à droite sont des personnes qui se comportent normalement comme on s'y attend. Celui en haut à gauche est composé de « bigots actifs », selon la terminologie de Merton, de personnes à la fois partiales et discriminatoires. Un exemple d'une telle personne est le propriétaire blanc d'un immeuble d'appartements qui n'aime pas les personnes de couleur et refuse de leur louer. La cellule en bas à droite est composée de « libéraux pratiquant tous les temps », comme les appelait Merton, des personnes qui ne sont ni partiales ni discriminatoires. Un exemple serait une personne qui n'a aucun stéréotype sur les différents groupes raciaux et ethniques et qui traite tout le monde de la même manière, quelle que soit son origine.

    Tableau\(\PageIndex{1}\) : Le point de vue de Robert Merton sur les niveaux de discrimination. (Adapté de Merton, R. K. (1949). Discrimination et croyance américaine. Dans R. M. MacIver (éd.), Discrimination et bien-être national (p. 99—126). New York, NY : Institut d'études religieuses.)
    Préjugé ?
    Oui Non
    Discrimine ?    
    Oui Bigots actifs Libéraux favorables au beau temps
    Non Bigots timides Des libéraux pratiquant tous

    Les deux autres cellules du tableau 4.3.1 sont les plus inattendues. En bas à gauche, on voit des personnes qui ont des préjugés mais qui ne font pas de discrimination ; Merton les a qualifiées de « bigots timides ». Un exemple serait celui des restaurateurs blancs qui n'aiment pas les gens de couleur mais qui les servent quand même parce qu'ils veulent leur affaire ou craignent d'être poursuivis s'ils ne les servent pas. En haut à droite, nous voyons des « libéraux favorables au beau temps », c'est-à-dire des personnes qui n'ont pas de préjugés mais qui continuent de faire preuve de discrimination. Par exemple, les propriétaires de magasins blancs du Sud à l'époque de la ségrégation pensaient qu'il était injuste de traiter les Noirs moins bien que les Blancs mais qui refusaient toujours de leur vendre par peur de perdre des clients blancs.

    Expliquer les inégalités raciales et ethniques

    Infériorité biologique

    Comme indiqué au chapitre 1.2, une explication (raciste) de longue date est que les Noirs et les autres personnes de couleur sont biologiquement inférieurs : ils sont naturellement moins intelligents et présentent d'autres défauts innés qui les empêchent de recevoir une bonne éducation et de faire ce qui doit être fait pour y parvenir le rêve américain. Comme indiqué précédemment, ce point de vue raciste n'est plus courant aujourd'hui. Cependant, les Blancs ont historiquement utilisé cette croyance pour justifier l'esclavage, les lynchages, les mauvais traitements infligés aux Amérindiens dans les années 1800 et des formes moindres de discrimination. En 1994, Richard J. Herrnstein et Charles Murray ont relancé ce point de vue dans leur livre controversé, The Bell Curve (Herrnstein & Murray, 1994), dans lequel ils soutenaient que les faibles scores de QI des Afro-Américains, et des pauvres en général, reflétaient leur infériorité génétique dans le domaine de l'intelligence. Selon eux, la faible intelligence innée des Afro-Américains explique leur pauvreté et d'autres problèmes. Bien que les médias aient accordé beaucoup d'attention à leur livre, peu de chercheurs étaient d'accord avec son point de vue, et beaucoup ont condamné l'argument du livre comme une manière raciste de « blâmer la victime » (Gould, 1994).

    Déficiences culturelles

    Une autre explication de l'inégalité raciale et ethnique se concentre sur les prétendues déficiences culturelles des Afro-Américains et des autres personnes de couleur (Murray, 1984). Ces carences incluent le fait de ne pas valoriser le dur labeur et, pour les Afro-Américains, l'absence de liens familiaux solides, et sont censées expliquer la pauvreté et les autres problèmes auxquels sont confrontées ces minorités. Comme nous l'avons vu précédemment, plus de la moitié des Blancs non latino-américains pensent que la pauvreté des Noirs est due à leur manque de motivation et de volonté. Paradoxalement, certains chercheurs trouvent que l'expérience de nombreux Américains d'origine asiatique confirme cette vision de la déficience culturelle, dont le succès est souvent attribué à l'accent mis par leur culture sur le dur labeur, le niveau d'instruction et les liens familiaux solides (Min, 2005). Si c'est vrai, affirment ces chercheurs, alors le manque de succès des autres personnes de couleur provient de l'incapacité de leur propre culture à valoriser ces attributs.

    Dans quelle mesure l'argument relatif à la déficience culturelle est-il exact ? La question de savoir si les personnes de couleur ont une culture « déficiente » reste vivement débattue (Bonilla-Silva, 2009). De nombreux spécialistes des sciences sociales trouvent peu ou pas de preuves de problèmes culturels dans les communautés minoritaires et affirment que la croyance en des déficiences culturelles est un exemple de racisme symbolique qui blâme la victime. Citant des enquêtes, ils affirment que les personnes pauvres de couleur valorisent le travail et l'éducation pour elles-mêmes et leurs enfants au moins autant que les personnes blanches plus riches (Holland, 2011 ; Muhammad, 2007). D'autres spécialistes des sciences sociales, y compris ceux qui sont sensibles aux problèmes structurels auxquels sont confrontées les personnes de couleur, pensent que certains problèmes culturels existent, mais ils prennent soin de dire que ces problèmes culturels découlent de problèmes structurels. Par exemple, Elijah Anderson (1999) a écrit qu'il existe une « culture de rue » ou une « culture d'opposition » chez les Afro-Américains des zones urbaines qui contribue à des niveaux élevés de comportement violent, mais il a souligné que ce type de culture découle de la ségrégation, de l'extrême pauvreté et d'autres difficultés que ces les citoyens sont confrontés dans leur vie quotidienne et les aide à faire face à ces difficultés. Ainsi, même si des problèmes culturels existent, ils ne doivent pas occulter le fait que les problèmes structurels sont responsables des problèmes culturels.

    Problèmes structurelsModifier la section

    Une troisième explication de l'inégalité raciale et ethnique aux États-Unis repose sur la théorie des conflits et reflète l'approche du blâme sur le système. Ce point de vue attribue l'inégalité raciale et ethnique à des problèmes structurels, notamment à la discrimination institutionnelle et individuelle, au manque d'opportunités dans l'éducation et dans d'autres domaines de la vie, et à l'absence d'emplois rémunérateurs adéquats (Feagin, 2006). La ségrégation des logements, par exemple, empêche les Afro-Américains d'échapper au centre-ville et de s'installer dans des zones offrant de meilleures opportunités d'emploi. La discrimination en matière d'emploi maintient les salaires des personnes de couleur bien inférieurs à ce qu'ils seraient autrement. Les écoles que fréquentent quotidiennement de nombreux enfants de couleur sont généralement surpeuplées et sous-financées. À mesure que ces problèmes persistent d'une génération à l'autre, il devient très difficile pour les personnes qui se situent déjà au bas de l'échelle socio-économique de gravir les échelons en raison de leur race et de leur origine ethnique.

    Discrimination individuelleModifier la section

    Jusqu'à présent, la discussion s'est concentrée sur la discrimination individuelle, ou la discrimination que les individus pratiquent dans leur vie quotidienne, généralement parce qu'ils ont des préjugés, mais parfois même si ce n'est pas le cas. La discrimination individuelle est courante, comme l'a constaté Joe Feagin (1991), ancien président de l'American Sociological Association, lorsqu'il a interviewé des Afro-Américains de la classe moyenne au sujet de leurs expériences. Bon nombre des personnes qu'il a interrogées ont déclaré s'être vu refuser le service, ou du moins avoir reçu un service médiocre, dans les magasins ou les restaurants. D'autres ont déclaré qu'ils avaient été harcelés par la police et qu'ils avaient même craint pour leur vie, simplement parce qu'ils étaient noirs. Feagin a conclu que ces exemples ne sont pas simplement des incidents isolés, mais qu'ils reflètent plutôt le racisme plus large qui caractérise la société américaine.

    Manifestation suite au meurtre de Trayvon Martin.
    Figure\(\PageIndex{2}\) : En février 2012, George Zimmerman, bénévole de surveillance de quartier, a tué Trayvon Martin, 17 ans, alors que celui-ci revenait à pied d'un 7-Eleven transportant des quilles et du thé glacé. (CC BY-SA 2.0 ; Michael Fleshman via Flickr)

    Pour de nombreux observateurs, la fusillade mortelle de Trayvon Martin en février 2012 a été un exemple mortel de discrimination individuelle. Martin, un Afro-Américain de 17 ans, se promenait dans une communauté fermée de Sanford, en Floride, alors qu'il revenait d'un 7-Eleven avec un sac de quilles et du thé glacé. Un volontaire armé de surveillance de quartier, George Zimmerman, a appelé le 911 et a déclaré que Martin avait l'air suspect. Bien que l'opérateur du 911 ait dit à Zimmerman de ne pas s'approcher de Martin, Zimmerman l'a fait quand même ; en quelques minutes, Zimmerman a tiré et tué Martin non armé et a ensuite revendiqué la légitime défense. Selon de nombreux critiques de cet incident, le seul « crime » de Martin a été de « marcher en noir ». Comme l'a fait remarquer un chroniqueur afro-américain, « Pour chaque homme noir d'Amérique, du millionnaire au bureau du coin de rue au mécanicien du garage local, la tragédie de Trayvon Martin est personnelle. Ça aurait pu être moi ou l'un de mes fils. Cela aurait pu être n'importe lequel d'entre nous » (Robinson, 2012).

    Une grande partie de la discrimination individuelle se produit sur le lieu de travail, comme l'a documenté la sociologue Denise Segura (Segura, 1992) lorsqu'elle a interviewé 152 femmes mexicaines américaines travaillant dans des emplois de col blanc dans une université publique de Californie. Plus de 40 pour cent des femmes ont déclaré avoir été victimes de discrimination sur le lieu de travail en raison de leur origine ethnique et/ou de leur sexe, et elles ont attribué leur traitement aux stéréotypes véhiculés par leurs employeurs et collègues de travail. Outre la discrimination, ils ont été la cible de commentaires condescendants tels que « Je ne savais pas qu'il y avait au Mexique des personnes instruites titulaires d'un diplôme d'études supérieures ».

    Discrimination institutionnelle

    Il est important de lutter contre la discrimination individuelle, mais la discrimination institutionnelle, c'est-à-dire la discrimination qui imprègne les pratiques d'institutions entières, telles que le logement, les soins médicaux, l'application de la loi, l'emploi et l'éducation, est au moins aussi importante dans le monde d'aujourd'hui. Ce type de discrimination ne touche pas seulement quelques personnes de couleur isolées. Au contraire, elle touche un grand nombre de personnes simplement en raison de leur race ou de leur origine ethnique. Parfois, la discrimination institutionnelle est également fondée sur le sexe, le handicap et d'autres caractéristiques.

    Dans le domaine de la race et de l'ethnicité, la discrimination institutionnelle est souvent le résultat de préjugés, comme c'était certainement le cas dans le Sud pendant la période de ségrégation. Cependant, tout comme les individus peuvent faire preuve de discrimination sans subir de préjugés, les institutions peuvent également le faire lorsqu'elles se livrent à des pratiques qui semblent neutres sur le plan racial mais qui ont en fait un effet discriminatoire. Les personnes incarcérées peuvent également discriminer sans s'en rendre compte. Ils prennent des décisions qui, après un examen attentif, s'avèrent discriminatoires à l'égard des personnes de couleur, même s'ils n'avaient pas l'intention de le faire.

    L'essentiel est le suivant : les institutions peuvent faire de la discrimination même si elles n'ont pas l'intention de le faire. Tenez compte des exigences de taille pour les policiers Avant les années 1970, les forces de police des États-Unis avaient généralement des exigences de taille, disons cinq pieds dix pouces. Lorsque les femmes ont commencé à vouloir rejoindre les forces de police dans les années 1970, nombre d'entre elles ont trouvé qu'elles étaient trop petites. Il en va de même pour les personnes de certaines origines raciales/ethniques, comme les Latinos, dont la stature est en moyenne plus petite que celle des Blancs non latinos. Bien entendu, même de nombreux hommes blancs étaient trop petits pour devenir policiers, mais le fait est qu'encore plus de femmes, et encore plus d'hommes de certaines ethnies, étaient trop petits.

    Cette différence fondée sur le sexe et l'origine ethnique n'est pas, en soi, discriminatoire au sens où la loi le définit. La loi permet d'acquérir des qualifications physiques de bonne foi (de bonne foi) pour un emploi. À titre d'exemple, nous sommes tous d'accord pour dire qu'une personne doit être capable de voir pour être chauffeur d'autobus scolaire ; la vue est donc une exigence légitime pour ce type de travail. Ainsi, même si les personnes aveugles ne peuvent pas devenir conducteurs d'autobus scolaires, la loi ne considère pas une telle exigence physique comme discriminatoire.

    Mais les restrictions de hauteur imposées au travail de la police au début des années 1970 étaient-elles des exigences légitimes ? Des femmes et des membres de certains groupes ethniques ont contesté ces restrictions devant les tribunaux et ont obtenu gain de cause, car il a été décidé que les restrictions de taille alors en vigueur n'avaient aucun fondement logique. Bref (jeu de mots), les tribunaux ont conclu qu'il n'était pas nécessaire qu'une personne mesure cinq pieds dix pouces pour être un policier efficace. En réponse à ces contestations judiciaires, les forces de police ont abaissé leurs exigences en matière de taille, ce qui a permis à un plus grand nombre de femmes, d'hommes latino-américains et d'autres hommes de rejoindre les forces de police (Appier, 1998). La question de savoir si, à l'époque, les forces de police souhaitaient que leurs exigences en matière de taille soient discriminatoires ou si elles pensaient sincèrement que leurs exigences en matière de taille étaient raisonnables, reste Quelle que soit la raison, leurs exigences étaient discriminatoires.

    La discrimination institutionnelle affecte les chances de vie des personnes de couleur dans de nombreux aspects de la vie d'aujourd'hui. Pour illustrer cela, nous examinons brièvement quelques exemples de discrimination institutionnelle qui ont fait l'objet d'enquêtes gouvernementales et de recherches universitaires.

    Soins de santé

    Les personnes de couleur ont des taux de maladie plus élevés que les personnes de race blanche. L'une des questions qui se pose est de savoir pourquoi leur état de santé est pire L'une des réponses possibles concerne la discrimination institutionnelle fondée sur la race et l'origine ethnique.

    Plusieurs études utilisent les dossiers hospitaliers pour déterminer si les personnes de couleur reçoivent des soins médicaux optimaux, notamment un pontage coronarien, une angioplastie et un cathétérisme. Après avoir pris en compte les symptômes médicaux et les besoins des patients, ces études révèlent que les Afro-Américains sont beaucoup moins susceptibles que les Blancs de recevoir les interventions ci-dessus. Cela est vrai lorsque les Noirs pauvres sont comparés aux Blancs pauvres et aussi lorsque les Noirs de la classe moyenne sont comparés aux Blancs de la classe moyenne (Smedley, Stith et Nelson, 2003). Dans le cadre d'une nouvelle méthode d'étude de la race et des soins cardiaques, une étude a réalisé une expérience au cours de laquelle plusieurs centaines de médecins ont visionné des vidéos de patients afro-américains et blancs, qui, à l'insu des médecins, étaient tous des acteurs. Dans les vidéos, chaque « patient » se plaignait de douleurs thoraciques identiques et d'autres symptômes. Les médecins ont ensuite été invités à indiquer s'ils pensaient que le patient avait besoin d'un cathétérisme cardiaque. Les patients afro-américains étaient moins susceptibles que les patients blancs d'être recommandés pour cette procédure (Schulman et al., 1999).

    Pourquoi une telle discrimination se produit-elle ? Il est possible, bien sûr, que certains médecins soient racistes et décident que la vie des Afro-Américains ne vaut tout simplement pas la peine d'être sauvée, mais il est bien plus probable qu'ils aient des préjugés raciaux inconscients qui influent d'une manière ou d'une autre sur leurs jugements médicaux. Quelle que soit la raison, le résultat est le même : les Afro-Américains sont moins susceptibles de subir des interventions cardiaques potentiellement vitales simplement parce qu'ils sont noirs. La discrimination institutionnelle en matière de soins de santé est donc littéralement une question de vie ou de mort.

    Photo d'une tirelire avec un stéthoscope de médecin.
    Figure\(\PageIndex{3}\) : « Assurance maladie », image d'une tirelire illustrant le coût des soins de santé que beaucoup n'ont pas les moyens de payer. (CC BY-SA 2.0 ; 401 (K) 2013 via Flickr)

    Il est également important de noter que la population latino-américaine présente les taux de non-assurance les plus élevés de tous les groupes raciaux ou ethniques des États-Unis. En 2017, le Census Bureau a indiqué que 49,0 % des Latinx bénéficiaient d'une couverture d'assurance privée, contre 75,4 % pour les Blancs non latinx (Département de la santé et des services sociaux des États-Unis, 2019). En 2017, 38,2 % de tous les Hispaniques bénéficiaient d'une couverture d'assurance maladie publique, contre 33,7 % pour les Blancs non hispaniques (ibid.). La plupart des Américains ont une assurance maladie par l'intermédiaire de leur employeur, car le pays ne garantit pas à tous les Américains une assurance. Cette pratique du « statu quo » a eu un impact négatif disproportionné sur la population latino-américaine. Comme l'explique un article de l'American Medical Association, « les facteurs structurels qui ont conduit à l'inégalité en matière de santé dans les communautés latino-américaines ont été exacerbés par la COVID-19 et ont contribué à l'impact disproportionné de la pandémie sur ces communautés » (Robeznieks, 2020).

    Prêts hypothécaires, redlining et ségrégation résidentielle

    Lorsque les agents de crédit examinent les demandes de prêt hypothécaire, ils tiennent compte de nombreux facteurs, notamment le revenu, l'emploi et les antécédents de crédit de la personne. La loi leur interdit de prendre en compte la race et l'origine ethnique. Pourtant, les Afro-Américains et les Latinos sont plus susceptibles que les Blancs de voir leur demande de prêt hypothécaire refusée (Blank, Venkatachalam, McNeil et Green, 2005). Comme les membres de ces groupes ont tendance à être plus pauvres que les Blancs et à avoir des antécédents professionnels et de crédit moins intéressants, le taux plus élevé de refus de prêts hypothécaires peut être approprié, quoique regrettable.

    Pour contrôler cette possibilité, les chercheurs tiennent compte de ces facteurs et comparent en fait des Blancs, des Afro-Américains et des Latinos ayant des revenus, un emploi et des antécédents de crédit similaires. Certaines études sont purement statistiques et d'autres concernent des personnes blanches, afro-américaines et latino-américaines qui visitent indépendamment les mêmes institutions de prêt hypothécaire. Les deux types d'études révèlent que les Afro-Américains et les Latinos sont toujours plus susceptibles que les Blancs ayant des qualifications similaires de voir leur demande de prêt hypothécaire rejetée (Turner, Freiberg, Godfrey, Herbig, Levy et Smith, 2002). Nous ne saurons probablement jamais si les agents de crédit fondent consciemment leurs décisions sur des préjugés raciaux, mais leurs pratiques constituent toujours une discrimination raciale et ethnique, que les agents de crédit aient des préjugés conscients ou non.

    Il existe également des preuves selon lesquelles les banques rejettent les demandes de prêt hypothécaire de personnes souhaitant vivre dans certains quartiers urbains censés être à haut risque, et que des compagnies d'assurance refusent l'assurance des propriétaires ou facturent des taux plus élevés pour les logements situés dans ces mêmes quartiers. De telles pratiques qui discriminent les maisons de certains quartiers sont appelées redlining, et elles violent également la loi (Ezeala-Harrison, Glover et Shaw-Jackson, 2008). Comme les personnes touchées par le redlining ont tendance à être des personnes de couleur, le redlining est également un exemple de discrimination institutionnelle.

    Photo d'un bâtiment de banque.
    Figure\(\PageIndex{4}\) : Les banques ont rejeté les demandes de prêt hypothécaire de personnes souhaitant vivre dans certains quartiers urbains à haut risque. Cette pratique, appelée redlining, viole la loi. (CC BY 2.0 ; Taber Andrew Bain via Flickr)

    Les refus de prêts hypothécaires et les redlining contribuent à un autre problème majeur auquel sont confrontées les personnes de couleur : la ségrégation résidentielle. La ségrégation en matière de logement est illégale mais elle est néanmoins répandue en raison des refus de prêts hypothécaires et d'autres processus qui font qu'il est très difficile pour les personnes de couleur de quitter les quartiers séparés pour s'installer dans des zones non séparées. Les Afro-Américains, en particulier, restent très séparés en termes de résidence dans de nombreuses villes, bien plus que pour les autres personnes de couleur. La ségrégation résidentielle des Afro-Américains est si étendue qu'elle a été qualifiée d'hyperségrégation et plus généralement appelée apartheid américain (Massey et Denton, 1993).

    Outre les refus d'hypothèques, un schéma de discrimination subtile de la part des agents immobiliers et des propriétaires fait qu'il est difficile pour les Afro-Américains de se renseigner sur les maisons situées dans des quartiers blancs et de les acheter (Pager, 2008). Par exemple, les agents immobiliers peuvent informer les clients afro-américains qu'aucun logement n'est disponible dans un quartier blanc en particulier, puis informer les clients blancs des logements disponibles. La publication désormais systématique d'annonces immobilières sur Internet pourrait réduire cette forme de discrimination en matière de logement, mais tous les logements et appartements ne sont pas affichés et certains sont simplement vendus de bouche à oreille pour éviter que certaines personnes n'en prennent connaissance.

    L'hyperségrégation dont sont victimes les Afro-Américains les éloigne de la société dans son ensemble, car nombre d'entre eux quittent rarement leur quartier immédiat, et se traduit par une pauvreté concentrée, où règnent le chômage, la criminalité et d'autres problèmes. Pour plusieurs raisons, on pense donc que la ségrégation résidentielle joue un rôle majeur dans la gravité et la persistance de la pauvreté afro-américaine (Rothstein, 2012 ; Stoll, 2008).

    Discrimination en

    Le titre VII de la loi fédérale sur les droits civils de 1964 interdisait la discrimination raciale en matière d'emploi, y compris l'embauche, les salaires et les licenciements. Cependant, les Afro-Américains, les Latinos et les Amérindiens ont toujours des revenus bien inférieurs à ceux des Blancs. Plusieurs facteurs expliquent cette disparité. Malgré le titre VII, une autre raison est que les personnes de couleur continuent d'être victimes de discrimination en matière d'embauche et de promotion (Hirsh & Cha, 2008). Encore une fois, il est difficile de déterminer si cette discrimination est le résultat de préjugés conscients ou de préjugés inconscients de la part d'employeurs potentiels, mais il s'agit néanmoins d'une discrimination raciale.

    Une expérience de terrain désormais classique a documenté une telle discrimination. La sociologue Devah Pager (2003) a demandé à de jeunes hommes blancs et afro-américains de postuler de manière indépendante et en personne à des emplois de premier échelon. Ils se sont habillés de la même manière et ont déclaré des niveaux d'éducation et d'autres qualifications similaires. Certains demandeurs ont également admis avoir un casier judiciaire, tandis que d'autres ont déclaré ne pas avoir de casier judiciaire. Comme on pouvait s'y attendre, les candidats ayant un casier judiciaire ont été recrutés à des taux inférieurs à ceux qui n'avaient pas de casier judiciaire. Cependant, preuve frappante de discrimination raciale en matière d'embauche, les candidats afro-américains sans casier judiciaire ont été recrutés au même taux que les candidats blancs ayant un casier judiciaire.

    Dimensions de l'inégalité raciale et ethnique

    L'inégalité raciale et ethnique se manifeste dans tous les domaines de la vie. La discrimination individuelle et institutionnelle qui vient d'être évoquée est l'une des manifestations de cette inégalité. Nous pouvons également voir des preuves flagrantes de l'inégalité raciale et ethnique dans diverses statistiques gouvernementales. Parfois, les statistiques mentent et parfois elles fournissent une image trop vraie ; les statistiques sur les inégalités raciales et ethniques entrent dans cette dernière catégorie. Le tableau 4.3.5 présente des données sur les différences raciales et ethniques en matière de revenus, d'éducation et de santé.

    Tableau\(\PageIndex{5}\) : Différences raciales et ethniques en matière de revenus, d'éducation et de santé. (CC BY-NC-SA 4.0 ; données du recensement américain sur les dimensions de l'inégalité raciale et ethnique par le biais de problèmes sociaux : continuité et changement)
    blanc Afro-américain Latino asiatique Amérindien
    Revenu familial médian, 2010 ($) 68 818 39 900 41 102 76 736 39 664
    Personnes ayant fait des études collégiales, 2010 (%) 30,3 19,8 13,9 52,4 14,9 (2008)
    Personnes vivant dans la pauvreté, 2010 (%) 9,9 (Non latino-américain) 27,4 26,6 12.1 28,4
    Mortalité infantile (nombre de décès infantiles pour 1 000 naissances), 2006 5.6 12,9 5.4 4.6 8.

    La situation présentée par le tableau 4.3.5 est claire : les chances dans la vie varient considérablement entre les groupes raciaux et ethniques américains. Par rapport aux Blancs, par exemple, les Afro-Américains, les Latinos et les Amérindiens ont des revenus familiaux beaucoup plus faibles et des taux de pauvreté beaucoup plus élevés ; ils sont également beaucoup moins susceptibles d'avoir un diplôme universitaire. En outre, les Afro-Américains et les Amérindiens ont des taux de mortalité infantile beaucoup plus élevés que ceux des Blancs : les nourrissons noirs, par exemple, sont plus de deux fois plus susceptibles de mourir que les bébés blancs.

    Bien que le tableau 4.3.5 montre que les Afro-Américains, les Latinos et les Amérindiens s'en sortent bien moins bien que les Blancs, il présente une tendance plus complexe pour les Américains d'origine asiatique. Comparés aux Blancs, les Américains d'origine asiatique ont des revenus familiaux plus élevés et sont plus susceptibles de détenir des diplômes universitaires, mais ils ont également un taux de pauvreté plus élevé. Ainsi, de nombreux Américains d'origine asiatique s'en sortent relativement bien, tandis que d'autres s'en sortent relativement moins bien, comme il vient Bien que les Américains d'origine asiatique soient souvent considérés comme une « minorité modèle », c'est-à-dire qu'ils ont réussi à réussir sur le plan économique même s'ils ne sont pas blancs, certains Asiatiques ont été moins en mesure que d'autres de gravir les échelons économiques. De plus, les stéréotypes sur les Américains d'origine asiatique et la discrimination à leur encontre restent de sérieux problèmes (Chou & Feagin, 2008). Même le taux de réussite global des Américains d'origine asiatique masque le fait que leurs professions et leurs revenus sont souvent inférieurs à ce que l'on pourrait attendre de leur niveau de scolarité. Ils doivent donc travailler plus dur que les Blancs pour réussir (Hurh et Kim, 1999).

    L'écart de richesse racial/ethnique croissantModifier la section

    L'inégalité raciale et ethnique existe depuis le début des États-Unis. Les spécialistes des sciences sociales ont averti que certaines conditions s'étaient en fait aggravées pour les personnes de couleur depuis les années 1960 (Hacker, 2003 ; Massey et Sampson, 2009). Des preuves récentes de cette aggravation sont apparues dans un rapport du Pew Research Center (2011), comme le montre la Figure 4.3.6. Le rapport s'est concentré sur les disparités raciales en matière de patrimoine, qui incluent l'ensemble des actifs (revenus, épargne et investissements, valeur domiciliaire, etc.) et des dettes (prêts hypothécaires, cartes de crédit, etc.) d'une famille. Le rapport a révélé que l'écart de richesse entre les ménages blancs d'une part et les ménages afro-américains et latino-américains d'autre part était beaucoup plus important qu'il y a quelques années, en raison de la faiblesse de l'économie américaine depuis 2008 qui a touché les Noirs plus durement que les Blancs.

    Selon le rapport, la richesse médiane des Blancs était dix fois supérieure à celle des Noirs en 2007, une disparité décourageante pour tous ceux qui croient en l'égalité raciale. En 2009, toutefois, la richesse médiane des Blancs était devenue vingt fois supérieure à la richesse médiane des Noirs et dix-huit fois supérieure à la richesse médiane des Latinos. Les ménages blancs avaient une valeur nette médiane d'environ 113 000 dollars, tandis que les ménages noirs et latino-américains avaient une valeur nette médiane de seulement 5 700 dollars et 6 300 dollars, respectivement (Figure 4.3.6). Cette différence raciale et ethnique est la plus importante depuis que le gouvernement a commencé à suivre la richesse il y a plus d'un quart de siècle.

    Le Pew Research Institute rapporte que la richesse médiane des Blancs était dix fois supérieure à celle des Noirs en 2007, une disparité décourageante pour tous ceux qui croient en l'égalité raciale. En 2009, toutefois, la richesse médiane des Blancs était devenue vingt fois supérieure à la richesse médiane des Noirs et dix-huit fois supérieure à la richesse médiane des Latinos.
    Figure\(\PageIndex{6}\) : L'écart de richesse racial/ethnique (valeur nette médiane des ménages en 2009). (Utilisé avec autorisation ; les écarts de richesse atteignent des sommets records entre les Blancs, les Noirs et les Latinx. Centre de recherche Pew, Washington, D.C. (2011)

    Un écart racial ou ethnique important existait également en ce qui concerne le pourcentage de familles ayant un avoir net négatif, c'est-à-dire celles dont les dettes dépassent leurs actifs. Un tiers des ménages noirs et latino-américains avaient une valeur nette négative, contre seulement 15 % des ménages blancs. Les ménages noirs et latino-américains étaient donc plus de deux fois plus susceptibles d'être endettés que les ménages blancs.

    Le bilan caché de l'inégalité raciale et ethnique

    De plus en plus de preuves suggèrent que le fait d'être noir dans une société marquée par les préjugés raciaux, la discrimination et l'inégalité entraîne ce que l'on a appelé un « tribut caché » sur la vie des Afro-Américains (Blitstein, 2009). Les Afro-Américains sont en moyenne en moins bonne santé que les Blancs et meurent plus jeunes. En fait, chaque année, il y a 100 000 décès d'Afro-Américains supplémentaires par rapport à ce à quoi on pourrait s'attendre s'ils vivaient aussi longtemps que les Blancs. Bien que de nombreuses raisons expliquent probablement toutes ces disparités, les chercheurs concluent de plus en plus que le stress lié au fait d'être noir est un facteur majeur (Geronimus et al., 2010).

    De cette façon de penser, les Afro-Américains sont beaucoup plus susceptibles que les Blancs d'être pauvres, de vivre dans des quartiers à forte criminalité et de vivre dans des conditions de surpeuplement, entre autres problèmes. Comme nous l'avons vu plus haut dans ce chapitre, ils sont également plus susceptibles, qu'ils soient pauvres ou non, de subir des discriminations raciales, de se voir refuser un entretien d'embauche et d'autres formes de discrimination dans leur vie quotidienne. Tous ces problèmes font que les Afro-Américains grandissent avec beaucoup de stress dès leur plus jeune âge, bien plus que ce que vivent la plupart des Blancs. Ce stress a à son tour certains effets neurologiques et physiologiques, notamment l'hypertension (hypertension artérielle), qui nuisent à la santé à court et à long terme des Afro-Américains et qui, en fin de compte, raccourcissent leur vie. Ces effets s'accumulent au fil du temps : les taux d'hypertension chez les personnes de race noire et chez les personnes de race blanche sont égaux chez les personnes âgées de 20 à 20 ans, mais le taux d'hypertension chez les personnes de race noire augmente beaucoup plus lorsque les personnes atteignent la quarantaine Comme le résumait ce processus dans un récent article de presse sur les preuves de ce « bilan caché », « le stress à long terme lié à la vie dans une société dominée par les Blancs « dégrade » les Noirs, les faisant vieillir plus rapidement que leurs homologues blancs » (Blitstein, 2009, p. 48).

    Bien qu'il y ait moins de recherches sur d'autres personnes de couleur, de nombreux Latinos et Amérindiens sont également confrontés aux diverses sources de stress que vivent les Afro-Américains. Dans la mesure où cela est vrai, les inégalités raciales et ethniques ont également un impact caché sur les membres de ces deux groupes. Eux aussi sont victimes de conflits raciaux, vivent dans des conditions défavorisées et font face à d'autres problèmes qui se traduisent par des niveaux élevés de stress et raccourcissent leur durée de vie.

    Penser sociologiquement
    1. Si vous avez déjà été victime de discrimination individuelle, que ce soit en tant que personne qui l'a commise ou en tant que personne touchée, décrivez brièvement ce qui s'est passé. Comment vous sentez-vous maintenant lorsque vous réfléchissez à cet incident ?
    2. Pensez-vous que la discrimination institutionnelle se produit parce que des personnes agissent intentionnellement de manière discriminatoire sur le plan racial ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
    3. Laquelle des trois explications de l'inégalité raciale et ethnique vous semble la plus logique ? Pourquoi ?
    4. Pourquoi la croyance en l'infériorité biologique des personnes de couleur devrait-elle être considérée comme raciste ?

    Principaux points à retenir

    • Les personnes qui pratiquent la discrimination raciale ou ethnique sont généralement également victimes de préjugés, mais pas toujours. Certaines personnes pratiquent la discrimination sans subir de préjugés, et d'autres peuvent ne pas pratiquer de discrimination même si elles ont des préjugés.
    • Bien que la croyance en l'infériorité biologique ait servi à expliquer l'inégalité raciale et ethnique, cette croyance est aujourd'hui considérée comme raciste.
    • Les explications culturelles attribuent l'inégalité raciale et ethnique à certaines déficiences culturelles chez les personnes de couleur.
    • Les explications structurelles attribuent l'inégalité raciale et ethnique aux problèmes de la société dans son ensemble, notamment aux pratiques discriminatoires et au manque d'opportunités.
    • La discrimination individuelle est courante et peut impliquer différents types de conflits raciaux. De nombreuses discriminations individuelles se produisent sur le lieu de travail.
    • La discrimination institutionnelle découle souvent de préjugés, mais les institutions peuvent également pratiquer la discrimination raciale et ethnique lorsqu'elles se livrent à des pratiques qui semblent neutres sur le plan racial mais qui ont en fait un effet discriminatoire.

    Contributeurs et attributions

    • Johnson, Shaheen. (Université de la ville de Long Beach)
    • Rodriguez, Lisette. (Université de la ville de Long Beach)
    • Problèmes sociaux : continuité et changement v.1.0 (saylordotorg) (CC BY-NC-SA)

    Ouvrages cités

    • Anderson, E. (1999). Code de la rue : décence, violence et vie morale du centre-ville. New York, New York : W. W. Norton & Company.
    • J. Appier (1998). Police des femmes : la politique sexuelle des forces de l'ordre et du LAPD. Philadelphie, Pennsylvanie : Temple University Press.
    • Blitstein, R. (2009). Surmonter la tempête. Miller-McCune, 2 (juillet-août), 48—57.
    • Blank, E.C., Venkatachalam, P., McNeil, L., et Green, R.D. (2005). Discrimination raciale dans les prêts hypothécaires à Washington, DC : une approche à méthodes mixtes. The Review of Black Political Economy, 33 (2), 9—30.
    • Bonilla-Silva, E. (2009). Racisme sans racistes : racisme daltonien et persistance de l'inégalité raciale en Amérique. 3e éd. Lanham, M.D. : Rowman et Littlefield.
    • Chou, R.S. et Feagin, J.R. (2008). Le mythe de la minorité modèle : les Américains d'origine asiatique face au racisme. New York : Routledge.
    • Ezeala-Harrison, F., Glover, G.B., et Shaw-Jackson, J. (2008). Modèles de prêts immobiliers envers les emprunteurs minoritaires dans le Mississippi : analyse de certaines microdonnées prouvant la présence de redlining. The Review of Black Political Economy, 35 (1), 43-54.
    • Feagin, J. R. (1991). L'importance continue de la race : discrimination anti-noire dans les lieux publics. Revue américaine de sociologie, 56, 101—116.
    • Feagin, J. R. (2006). Racisme systémique : une théorie de l'oppression. Londres, Royaume-Uni : Routledge/Taylor & Francis Group.
    • Geronimus, A.T., Hicken M.T., Pearson J.A., Seashols S.J., Brown K.L., et Cruz T.D. (2010). Les femmes noires souffrent-elles d'un vieillissement biologique accéléré lié au stress ? : Une nouvelle théorie et un premier test basé sur la population des différences entre les noirs et les blancs dans la longueur des télomères. Nature humaine, 21 (1) :19-38.
    • Gould, S. J. (1994). Curveball. The New Yorker, p. 139 à 149.
    • Hacker, A (2003 [1992]). Deux nations : noires et blanches, séparées, hostiles, inégales. New York, New York : Scribner.
    • Herrnstein, R.J. et Murray, C. (1996). La courbe de Bell : intelligence et structure de classe dans la vie américaine. New York, New York : Presse gratuite.
    • Hirsh, C.E., et Cha, Y. (2008). Comprendre la discrimination en matière d'emploi : une approche à plusieurs niveaux. Compass de sociologie, 2 (6), 1989—2007.
    • Holland, J. (2011). Démystifier le gros mensonge utilisé par les droitiers pour justifier la pauvreté et le chômage des Noirs. AlterNet.
    • Hurh, W. M. et Kim, K. C. (1999). L'image du « succès » des Américains d'origine asiatique : sa validité et ses implications pratiques et théoriques. Dans C. G. Ellison et W. A. Martin (éd.), Race and ethnic relations in the United States (p. 115—122). Los Angeles, Californie : Roxbury.
    • Massey, D.S., et Sampson, R.J. (2009). Moynihan redux : Héritages et leçons. Les ANNALES de l'Académie américaine des sciences politiques et sociales, 621, 6—27.
    • Massey, D.S. et Denton, N.A. (1993). Apartheid américain : ségrégation et création de la sous-classe. Cambridge, MA : Harvard University Press.
    • Merton, R. K. (1949). Discrimination et croyance américaine. Dans R.M. MacIver (éd.), Discrimination and National Welfare (p. 99—126). New York, NY : Institut d'études religieuses.
    • Min, P.G. (éd.) (2005). Américains d'origine asiatique : tendances et problèmes contemporains (2e éd.). Thousand Oaks, Californie : Sage Publications.
    • Muhammad, K.G. (2007). Le blanc peut être beau, mais ce n'est pas toujours le cas. The Washington Post, p. B3.
    • Murray, C. (1984). Losing Ground : la politique sociale américaine, 1950-1980. New York, NY : Livres de base.
    • Pager, D. (2003). La marque d'un casier judiciaire. Journal américain de sociologie, 108, 937—975.
    • Robeznieks, A. (2020, 23 octobre). Pourquoi la covid-19 frappe Latinx presque le double du taux global aux États-Unis. Association médicale américaine.
    • Robinson, E. (2012, 23 mars). Les dangers de marcher en étant noir. Le Washington Post, p. A19.
    • Rothstein, R. (2012). La ségrégation raciale se poursuit, voire s'intensifie. Institut de politique économique.
    • Stoll, M.A. (2008). La race, le lieu et la pauvreté revisités. Dans A.C. Lin et D.R. Harris (éd.), The Colors of Poverty : Why Racial and Ethnic Disparities Persistent (p. 201 à 231). New York, New York : Fondation Russell Sage.
    • Schulman, K.A., et coll. (1999). L'effet de la race et du sexe sur les recommandations des médecins en matière de cathétérisme cardiaque. Le New England Journal of Medicine, 340, 618—626.
    • Segura, D.A. (1992). Chicanas dans les emplois de col blanc : « Tu dois faire plus de preuves ». Dans C.G. Ellison et W.A. Martin (éd.), Race and Ethnic Relations in the United States : Readings for the 21st C Century (p. 79—88). Los Angeles, Californie : Roxbury.
    • Smedley, B.D., Stith, A. Y., et Nelson, A. R. (2003). Traitement inégal : faire face aux disparités raciales et ethniques dans les soins de santé. Washington, DC : National Academies Press.
    • Stoll, M.A. (2008). La race, le lieu et la pauvreté revisités. Dans A.C. Lin et D.R. Harris (Eds.), Les couleurs de la pauvreté : pourquoi les disparités raciales et ethniques persistent (p. 201 à 231). New York, New York : Fondation Russell Sage.
    • Turner, M.A. (2002). Toutes choses étant égales par ailleurs : une étude expérimentale par paires sur les institutions de prêt hypothécaire. Washington, DC : Urban Institute Press.
    • Département de la santé et des services sociaux des États-Unis. (2019, 22 août). Profil : Américains latines/hispaniques.