Skip to main content
Query

11.3 : Violence politique non étatique

  • Page ID
    166091
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Objectifs d'apprentissage

    À la fin de cette section, vous serez en mesure de :

    • Identifier les différents types de violence politique non étatique
    • Comprenez les différences entre les guerres civiles, les insurrections et la guérilla
    • Appliquer des explications sur le terrorisme
    • Évaluez ce qu'est une révolution

    Présentation

    Comme nous l'avons indiqué précédemment, un acteur non étatique est un acteur politique qui n'est pas associé à un gouvernement. Les acteurs non étatiques sont de différents types, des sociétés transnationales aux organisations non gouvernementales, telles que Greenpeace, en passant par les réseaux internationaux de trafic de drogue. Pourtant, de nombreux acteurs non étatiques se livrent à des violences politiques, qu'il s'agisse de guérilleros, d'insurgés ou de terroristes. D'une manière générale, la violence politique non étatique se fait par type d'action plutôt que par type d'acteur. Cela s'explique par le fait que les acteurs non étatiques peuvent tous se livrer à différents types de violence politique. Par exemple, les terroristes peuvent participer à des insurrections et/ou à des guerres civiles, tandis que les guérilleros peuvent se livrer à des actions terroristes.

    Insurrections/Guerres civiles

    En termes simples, une guerre civile (simple) est un conflit armé entre deux ou plusieurs groupes dont l'un des combattants est le gouvernement. Cela signifie-t-il donc qu'un engagement armé entre un gang de rue et une unité de police constitue une guerre civile ? La réponse serait non. Même si les médias peuvent utiliser des termes tels que guerre ou guerre civile pour décrire cette violence, les politologues ne la qualifieraient pas de guerre ou de guerre civile. N'oubliez pas que la violence politique est définie comme le recours à des violences physiques motivé par des intentions politiques. C'est pourquoi les spécialistes de la violence politique ont restreint la définition du terme.

    Selon Sambanis (2004), pour répondre à la définition de la guerre civile (science politique), un conflit doit avoir lieu entre un groupe rebelle et le gouvernement qui sont organisés politiquement et militairement avec des objectifs politiques déclarés qui se déroulent sur le territoire d'un État membre du système international avec une population d'au moins 500 000 habitants. Outre ces exigences générales, d'autres caractéristiques essentielles permettent de distinguer les guerres civiles des autres formes d'engagement armé. La violence ne peut pas être unilatérale (voir la section ci-dessous sur le terrorisme) et elle doit être soutenue.

    Qu'est-ce qui distingue alors la guerre civile des autres types de violence (émeutes, terrorisme et coup d'État, par exemple) ? Tout d'abord, les guerres civiles sont notées en fonction du niveau de destruction. Les guerres au sein d'un pays sont souvent dévastatrices. La guerre civile américaine a tué plus de 600 000 personnes. Ses cicatrices se font encore sentir aux États-Unis à ce jour. C'est pourquoi la plupart des chercheurs ont adopté un seuil numérique de 1 000 décès lorsqu'ils ont défini la violence politique comme étant l'un des principaux facteurs décisifs pour déterminer si un conflit armé doit être qualifié de guerre. Bien que l'utilisation d'un seuil numérique puisse être utile pour déterminer si un épisode violent est une guerre civile ou non, l'application stricte de ce seuil peut exclure les cas qui répondent par ailleurs à la définition de la guerre civile.

    Compte tenu de la dynamique du pouvoir inhérente aux guerres civiles, les plus faibles (généralement les rebelles) ont souvent recours à certaines techniques pour défier le gouvernement. Ce recours à des tactiques insurrectionnelles est ce qui caractérise une guerre civile. Une insurrection est un acte de soulèvement ou de révolte contre un gouvernement et/ou l'État. Il est étroitement lié au concept de rébellion, que nous définirons ci-dessous. Les insurgés affirment qu'ils représentent la volonté du peuple face à un gouvernement qui ne le représente plus. Pour de nombreux insurgés, leur objectif ultime est donc de renverser le gouvernement, ce qui, dans ce cas, en fait des révolutionnaires (voir plus loin). Pour d'autres insurgés, l'objectif de l'État peut être la sécession ou, si la sécession n'est pas un objectif réalisable, un certain niveau d'autonomie politique.

    Les insurgés ont recours à des tactiques particulières en raison du déséquilibre de pouvoir auquel ils sont confrontés face à l'État. Même dans une situation où l'État est en train de disparaître en tant qu'entité politique fonctionnelle, l'État dispose encore souvent d'une puissance de feu écrasante. Cela fait suite à ce que nous avons discuté plus tôt, où une partie de la définition d'un État est qu'il monopolise le recours légitime à la violence. À ce titre, le camp adverse doit faire preuve de créativité et d'innovation lorsqu'il s'agit de défier le gouvernement, étant donné que les chances de succès des insurgés sont bien moindres, en particulier dans les combats en tête-à-tête.

    La guérilla est similaire à l'insurrection, et les expressions sont souvent interchangeables. À l'instar du terrorisme et de l'insurrection, la guérilla est également mieux comprise en tant que tactique, dans le cadre de laquelle de petites bandes légèrement armées se lancent dans une guérilla à partir d'une base rurale qui cible l'État. La guérilla se distingue de l'insurrection en ce que ces combattants ne se livrent généralement pas à des pratiques de mobilisation de masse. Les insurgés prétendent représenter la volonté du peuple. Pas les guérilleros. Ils ont tendance à représenter les intérêts de certains groupes, et pas nécessairement de l'ensemble de la population. Bien entendu, ces définitions se chevauchent et l'utilisation des termes de manière interchangeable se produit dans tous les contextes.

    Quelles sont les causes des guerres civiles ? La littérature antérieure sur le début des guerres civiles portait sur les griefs. L'explication du grief indique que la violence politique à caractère communautaire est à la fois le produit de griefs profondément ancrés concernant le statut du groupe et les intérêts politiques motivés par la situation que divers acteurs politiques souhaitent défendre (Gurr, 1993). Les griefs portent souvent sur les droits économiques, sociaux et politiques, ainsi que sur la demande d'autonomie politique. Ces griefs contribuent à la probabilité d'une mobilisation communautaire, qui peut mener à des violences politiques.

    Cela est particulièrement probable lorsqu'un groupe possède historiquement un certain niveau d'autonomie politique et la perd ensuite. Le ressentiment face à la restriction de l'accès politique semble provoquer une rébellion au sein de divers groupes communautaires. La rébellion est un acte qui consiste à défier violemment le gouvernement ou le dirigeant en place afin d'attirer l'attention sur le statu quo dont les opposants ne sont pas satisfaits. Dans ce contexte, les sentiments de mécontentement peuvent aider les dirigeants du groupe communautaire défavorisé. Ils peuvent utiliser ce cas comme base pour légitimer leur cause et propulser le mouvement. Cela étant, à mesure que le niveau des griefs augmente au sein d'un groupe, plus il devient facile pour les dirigeants de recruter des rebelles potentiels. À son tour, cela peut mener à la rébellion et à la guerre civile.

    L'explication du grief a été contestée par un certain nombre de chercheurs. Collier et Hoeffler (2004) préfèrent examiner les facteurs d'opportunité de la rébellion plutôt que les facteurs de motivation. Ils considèrent la rébellion comme une industrie qui génère des bénéfices en contrôlant les ressources. Ils soutiennent que « les incidents de rébellion ne s'expliquent pas par un motif, mais par des circonstances atypiques qui génèrent des opportunités rentables » (Collier et Hoeffler 2004, 564). Plus précisément, les facteurs associés au coût et à la disponibilité du financement de la rébellion, à l'avantage militaire relatif du groupe rebelle potentiel et au schéma de dispersion démographique sont tous considérés comme des indicateurs solides permettant de déterminer si la rébellion est une option intéressante pour les acteurs opportunistes. De plus, Collier et Hoeffler (2004) montrent que la rébellion est plus probable lorsque les participants ont de faibles revenus. Dans leur modèle, ils intègrent des mesures du revenu par habitant, du taux d'inscription des hommes dans les écoles secondaires et du taux de croissance économique. L'idée de base est que si rejoindre le mouvement rebelle semble plus rentable pour les individus, cela stimule le désir de participer, ce qui détermine à son tour si une rébellion reste viable.

    Enfin, Fearon et Laitin (2003) soutiennent que la guerre civile se comprend à travers des environnements favorables. Ils ne sont pas d'accord avec les théories qui mettent l'accent sur la nécessité d'un soutien populaire fort et généralisé fondé sur des facteurs liés aux griefs. Ils soutiennent plutôt qu'une insurrection peut être viable et soutenue dans certaines conditions : terrain montagneux, sanctuaires transfrontaliers contigus et population facile à recruter. Ces conditions favorisent les insurgés étant donné la répartition asymétrique du pouvoir entre les rebelles et les forces gouvernementales.

    Terrorisme non gouvernemental

    Là encore, le terrorisme est défini comme un acte de violence qui vise généralement des non-combattants à des fins politiques. De nombreuses analyses non scientifiques de divers cas de terrorisme citent souvent la religion, des facteurs ethnoraciaux et une idéologie politique extrême comme étant les principales raisons qui poussent les groupes extrémistes à recourir à la violence. Beaucoup établissent un lien de causalité entre ces facteurs et l'issue d'un acte terroriste perpétré par des groupes politiques extrémistes. Cependant, il est évident que le simple fait d'appartenir à un groupe religieux ou ethnique particulier n'est pas toujours à l'origine de ces actes de violence. Alors, quand et pourquoi les groupes politiques extrémistes commettent-ils des violences ?

    Dans la littérature sur les origines du terrorisme, il existe deux écoles dominantes d'explication théorique : l'explication psychologique et l'explication du choix rationnel. L'explication psychologique du terrorisme repose sur l'idée que la violence elle-même est le résultat recherché et non le moyen d'y parvenir. Post (1990) affirme que « des individus deviennent des terroristes afin de rejoindre des groupes terroristes et de commettre des actes de terrorisme ». Bien que Post reconnaisse qu'il s'agit d'une affirmation plutôt extrême, l'explication psychologique suppose qu'un acte de violence est rationalisé par l'idéologie fondamentale d'un groupe terroriste dans lequel les participants sont psychologiquement contraints de commettre des actes de violence.

    À l'inverse, des chercheurs comme Crenshaw (1990) s'appuient sur l'explication du terrorisme fondée sur le choix rationnel, selon laquelle le recours au terrorisme est considéré comme le résultat d'une stratégie délibérée basée sur un calcul politique minutieux. Dans ce cadre, le terrorisme est compris comme l'expression d'une stratégie politique dans laquelle l'acte de violence fait partie des nombreuses alternatives parmi lesquelles un groupe extrême peut choisir. En d'autres termes, lorsque les avantages escomptés d'un acte terroriste l'emportent sur les conséquences d'un tel comportement et produisent la plus grande utilité escomptée, cet acte devient l'option la plus judicieuse sur le plan stratégique pour un groupe. Cette approche analytique suit les explications classiques du terrorisme selon lesquelles un groupe relativement faible s'appuie sur un choix politique pour empêcher l'État d'ignorer ses revendications.

    Par exemple, si les forces armées américaines devaient affronter un groupe terroriste existant, il est clair que les États-Unis les vaincraient facilement. Par conséquent, cela n'a aucun sens pour un groupe terroriste de combattre les États-Unis de manière conventionnelle. Il est préférable de frapper les États-Unis là où ils sont les plus vulnérables, c'est-à-dire en ciblant des cibles non combattantes, telles que des civils. Si l'on considère les attaques terroristes du 11 septembre 2001 (11 septembre), on constate que la cible principale d'al-Qaïda était le World Trade Center, le centre financier du pays. Des cibles militaires, telles que le Pentagone, ont également été touchées, mais l'objectif des attaques était de punir le peuple américain et de faire pression sur le gouvernement américain pour qu'il modifie sa politique étrangère et son comportement international. Si nous devions utiliser l'explication du choix rationnel du terrorisme, alors les attentats du 11 septembre n'ont pas été commis par un groupe irrationnel d'extrémistes, mais comme un groupe engagé dans une stratégie délibérée visant à obtenir un résultat politique. En effet, il serait contreproductif de les qualifier d' « irrationnels », car cela pourrait conduire à sous-estimer une autre attaque.

    Les preuves sont mitigées en ce qui concerne l'efficacité du terrorisme non étatique. Les actions terroristes peuvent entraîner un changement spécifique de la politique gouvernementale, mais il y a eu peu de changements globaux notables en matière de politique étrangère. Par exemple, al-Qaïda a bombardé plusieurs gares de Madrid en 2004 en réaction à l'implication du gouvernement espagnol dans l'invasion de l'Irak menée par les États-Unis. Les attaques ont eu lieu juste avant les élections nationales et ont influencé la manière dont les citoyens espagnols ont voté. Une fois le nouveau gouvernement arrivé, il a retiré les forces espagnoles des combats de la coalition en Irak. Cependant, les attaques de Madrid n'ont pas changé l'ensemble de la guerre en Irak. D'autres pays ont refusé de changer de cap.

    Fichier : Atentado 11M.jpg
    Figure\(\PageIndex{1}\) : (Source : Les restes de l'un des trains bombardés lors des attentats à la bombe perpétrés à Madrid en 2004 par Ramon Peco via Wikimedia Commons sont sous licence CC BY 2.0)

    Les actions terroristes peuvent également entraîner des modifications de la politique gouvernementale qui n'étaient pas prévues par le groupe. Par exemple, les assaillants du 11 septembre n'ont pas intentionnellement souhaité modifier les politiques aéroportuaires aux États-Unis. Cependant, comme tous ceux qui ont voyagé au cours des vingt dernières années le savent, les attaques ont eu un impact dramatique. Désormais, tous les voyageurs aux États-Unis doivent se soumettre à des protocoles de sécurité plus intrusifs, y compris les radiographies, le retrait de leurs chaussures, l'ouverture des bagages de cabine, l'interdiction de consommer des liquides, etc. Avant ces attaques, presque tout le monde pouvait entrer dans un aéroport, sans autant d'intrusions. Par exemple, des personnes ont pu passer le contrôle de sécurité sans billet et accompagner leurs proches jusqu'à la porte d'embarquement. De même, ils pouvaient attendre à la porte pour accueillir à nouveau leurs proches. Ces privilèges n'existent plus.

    D'un autre côté, il arrive que les objectifs étatiques d'une organisation terroriste échouent complètement. L'appel de l'État islamique en Irak et en Syrie (EIIS) à la création d'un califat en est un bon exemple. Un califat est essentiellement un État dirigé par des autorités politiques islamiques. Un califat n'existe plus depuis des siècles. Les dirigeants de l'EIIS, qui prétendaient représenter les intérêts de tous les musulmans du monde entier, souhaitaient construire un califat dans les régions de Syrie et d'Irak qu'ils avaient conquises. Un calife est considéré comme le successeur légitime du prophète Mahomet, un concept important dans l'histoire de l'islam. Pourtant, malgré tous les efforts de l'Etat islamique, le califat n'a pas duré. Les forces syriennes, russes, kurdes et américaines ont largement vaincu l'EIIS en 2019. Même si l'EIIS a commis des violences atroces et tué de nombreux non-combattants, il n'a finalement pas atteint son objectif politique principal.

    Alors, comment se protéger d'un éventuel attentat terroriste ? La plupart des pays élaborent des politiques antiterroristes, en particulier celles qui ont été ciblées par le passé ou qui le sont activement aujourd'hui. Les politiques antiterroristes sont définies comme les efforts du gouvernement ou de l'armée visant à prévenir ou à contrecarrer le terrorisme. Parmi les exemples de politiques antiterroristes, citons les efforts du gouvernement américain pour mettre fin au financement du terrorisme. Cela se fait en surveillant les transactions financières entrantes et sortantes, telles que les virements et les dépôts bancaires. D'autres exemples incluent des vérifications approfondies des antécédents pour les visas d'étudiants internationaux et des scans de la rétine et des empreintes digitales aux postes de contrôle frontaliers. Un autre bon exemple concerne les efforts déployés par l'UE pour déradicaliser les terroristes condamnés. Ils ont développé un réseau de sensibilisation à la radicalisation (RAN). Selon la Commission européenne, « le RAN est un réseau de praticiens de première ligne qui travaillent au quotidien auprès des personnes vulnérables à la radicalisation et de celles qui l'ont déjà été ». (Commission européenne, s.d.)

    Révolution

    Le terme révolution a été utilisé dans divers contextes. Par exemple, les journalistes qualifieront les informations dans lesquelles un groupe de citoyens proteste politiquement (et souvent violemment) et défie le gouvernement au pouvoir en tant que révolution. Les manifestations pro-démocratie qui se déroulent actuellement à Hong Kong en sont un exemple. Certains médias ont qualifié ces manifestations de révolution. Même les participants à la manifestation ont utilisé le mot révolution dans leur slogan « Libérez Hong Kong, la révolution de notre temps ». Bien que les journalistes puissent utiliser le mot révolution, il n'est généralement pas approprié de décrire la lutte comme une révolution. Comme indiqué au chapitre 2, les politologues doivent définir clairement les termes avant de tirer des conclusions descriptives ou causales concernant l'événement qui les intéresse. Sinon, toute action de violence politique potentielle peut être qualifiée de révolution.

    Selon Skocpol (1979), une révolution est définie comme une prise publique de l'État dans le but de renverser le gouvernement et le régime existants. Cette définition comporte trois parties importantes. Tout d'abord, le public doit participer au mouvement. Cela signifie que le public doit jouer un rôle essentiel. Cette caractéristique d'une révolution la différencie des autres types de violence politique tels que le coup d'État. Rappelons, dans le chapitre 3, qu'un coup d'État est une tentative des élites de renverser le gouvernement actuel d'un État par une prise brutale du pouvoir et la destitution de la direction du gouvernement. Alors que de nombreux défis politiques et violences sont initiés par les élites politiques, une révolution doit être soutenue par le grand public.

    Deuxièmement, l'objectif principal d'une révolution est de s'emparer publiquement de l'État. D'autres types de violence politique peuvent ne pas nécessiter la prise de l'État. Certains acteurs politiques violents peuvent atteindre leurs objectifs avec des concessions de la part de l'État. Par exemple, certains insurgés peuvent se contenter d'un élargissement du droit de vote ou d'une protection significative des droits civils. Ou bien, certains terroristes peuvent se contenter d'un changement de politique. Une révolution, en revanche, se terminera lorsque le groupe rebelle contrôlera l'appareil d'État et prendra le contrôle total de la fonction du gouvernement.

    Troisièmement, une fois que l'État sera capturé par les rebelles, il y aura un changement de régime. Cette caractéristique est essentielle lorsqu'il s'agit de différencier une révolution de tous les autres types de violence politique contre l'État. Sans changement de régime, ces actions sont classées dans d'autres types de violence politique (par exemple, guerre civile). Il est très important de pouvoir déterminer clairement si un événement particulier constitue une révolution ou non lorsque l'on étudie le début, la nature et la solution possible de la violence politique. Bien que les épisodes violents puissent sembler initialement identiques du point de vue de la cause, les chercheurs sont plus susceptibles d'observer des différences dans la durée ou la nature de la violence entre les révolutions et les non-révolutions.

    La révolution russe de 1917 est un excellent exemple de révolution telle que décrite par Skocpol. Elle a marqué la fin de siècles de domination impériale russe, avec l'assassinat de la famille Romanov en 1918. La guerre civile qui a suivi a vu les communistes, ou bolcheviks, se battre sous les ordres de Vladimir Lénine. Leur armée rouge s'est battue contre l'armée blanche, une association lâche de loyalistes, de capitalistes et d'autres éléments. Le succès des communistes en 1923 a entraîné une réorganisation spectaculaire de la société russe. Une société essentiellement agraire a été industrialisée collectivement au cours des décennies qui ont suivi. De nouvelles normes sociales ont été introduites. C'était vraiment une révolution dans tous les sens du terme.

    La discussion ci-dessus traite généralement d'une révolution accomplie par des moyens violents. Cependant, dans certains cas, des révolutions peuvent se produire sans violence. De nombreux mouvements de non-violence ont réussi à obtenir un changement de régime. Les mouvements de non-violence sont définis comme des mouvements qui se livrent à des pratiques non violentes pour atteindre des objectifs politiques. Les tactiques peuvent inclure des manifestations, des boycotts, des sit-in et la désobéissance civile. Ils sont également appelés résistance non violente ou manifestations non violentes. Les trois éléments identifiés par Skocpol doivent exister : la participation du public, la saisie publique d'un État et un changement de régime. Là où les révolutions non violentes diffèrent, c'est lorsque les dirigeants du mouvement convainquent l'armée de l'État, ou une partie de celle-ci, que l'État se porte mieux sous un nouveau régime. Il ne s'agit pas d'un coup d'État en soi, car un coup d'État est dirigé par des élites militaires. Dans les révolutions non violentes, l'armée refuse d'intervenir et/ou abandonne totalement le régime au pouvoir. Lorsque cela se produira, l'autorité militaire régnante travaillera avec le nouveau régime pour maintenir la paix et la sécurité.

    La chute des régimes communistes en 1989 est un excellent exemple de révolution non violente. L'Union soviétique a installé des régimes loyaux dans les pays d'Europe de l'Est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Dans le cadre du Pacte de Varsovie, des pays tels que la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Bulgarie, la Hongrie et l'Allemagne de l'Est étaient des États satellites dont la légitimité et la survie dépendaient de l'Union soviétique. Lorsque des soulèvements populaires ont eu lieu, en Hongrie en 1956, en Tchécoslovaquie en 1968, les forces soviétiques sont intervenues, anéantissant tout espoir de démocratie. Lorsque des soulèvements populaires se sont de nouveau produits en 1989, les forces soviétiques se sont retirées cette fois, laissant les régimes communistes fantoches s'effondrer. L'Europe orientale a rapidement adopté des modèles capitalistes démocratiques. Peu de violences se sont produites, à l'exception de l'exécution de Nicolae Ceaușescu en Roumanie.