Skip to main content
Query

6.1 : Introduction à l'identité politique

  • Page ID
    166212
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Objectifs d'apprentissage

    À la fin de cette section, vous serez en mesure de :

    • Définissez l'identité politique et les termes connexes tels que socialisation politique et mobilisation politique de l'identité.
    • Identifier les moyens par lesquels les individus se socialisent politiquement en vue de la formation d'une identité politique.
    • Examinez les liens entre l'identité politique et la mobilisation politique.

    Identité politique et termes connexes

    L'identité, considérée au sens large, répond à la question « Qui suis-je ? » ainsi que « Comment est-ce que je veux être vu par les autres ? et « Comment voudrais-je être vu dans le futur ? » L'identité d'une personne se développe à partir d'une combinaison de facteurs, notamment ses expériences, ses relations, sa perception du monde, le calcul du risque et de la menace dans le monde, ainsi que ses observations et son expérience des mœurs, de la morale et des valeurs de la société. Souvent, l'identité peut s'imposer sur des caractéristiques sur lesquelles les gens n'ont aucun contrôle réel, comme la race, la taille, la couleur des yeux, la classe socio-économique d'une personne, etc. Dans tous les cas, l'identité se forme à travers un processus de socialisation, au cours duquel l'individu se découvre et où il pense s'intégrer à l'ordre social. L'identité et le calcul de son identité peuvent avoir de profondes répercussions sur la société. Puisque l'identité, une fois formée ou identifiée, peut diviser les gens en groupes de « similitudes » et de « différences », un conflit s'ensuit généralement. Par conséquent, le développement et les résultats de l'identité, en soi, façonnent le monde qui nous entoure et les conflits qui surgissent. Cela peut également nous aider à comprendre l'histoire et les conflits passés à travers le prisme d'un récit centré sur l'identité.

    Il n'est donc pas surprenant que le terme identité politique partage presque tous les mêmes traits que le terme identité lui-même. L'identité politique répond également à la question « Qui suis-je ? » et « Comment est-ce que je veux être vu par les autres », mais d'un point de vue politique. L'identité politique est définie comme la façon dont une personne ou un groupe de personnes se perçoit par rapport à la politique et au gouvernement d'un pays. Il fait référence aux étiquettes et aux caractéristiques auxquelles une personne choisit de s'associer en fonction d'une multitude de facteurs, y compris, mais sans s'y limiter, sa perception des idéologies politiques, des plateformes et des partis, ainsi que la façon dont elle se perçoit sur le plan national, racial, ethnique, linguistique, culturel et de genre. perspectives.

    Les politologues se sont penchés sur de nombreuses identités politiques au cours des deux dernières décennies, certaines étant ancrées dans la biologie et la génétique (race, genre biologique, etc.) et une grande partie dans des origines symboliques, religieuses et patriotiques. (Par exemple, c'est la différence entre naître dans une certaine race et s'identifier à cette race et décider d'appartenir à un groupe religieux de son plein gré). L'une des principales raisons pour lesquelles les politologues ont commencé à se concentrer sur l'identité politique est que l'attachement humain à ces identités a été mobilisé pour/avec des conséquences politiques. La mobilisation politique est définie comme des activités organisées visant à motiver des groupes de participants à prendre des mesures politiques sur une question particulière. Il existe de nombreux exemples d'identité politique qui ont donné lieu à une mobilisation politique.

    Prenons l'exemple du printemps arabe de 2010, qui a consisté en une série de manifestations contre des régions gouvernementales oppressives au Moyen-Orient. Des manifestations ont eu lieu à Bahreïn, en Arabie Saoudite, en Égypte, en Libye, en Syrie, en Tunisie, aux Émirats arabes unis et au Yémen, et ont parfois donné lieu à des violences. Les manifestants appartenaient généralement à deux principaux groupes identitaires. Un groupe était constitué de jeunes de chaque pays, c'est-à-dire de jeunes mécontents des régimes autoritaires et qui souhaitaient des gouvernements démocratiques. Un autre groupe appartenait à des syndicats, qui étaient constamment menacés dans ces pays. Dans ces circonstances, l'identité de la population plus jeune, ainsi que celle de ceux qui appartenaient à des syndicats et souhaitaient la reconnaissance de leur identité ainsi que la capacité d'être représentés politiquement, se mobilisaient pour exiger des changements. Bien que le conflit persiste dans tous ces pays, le printemps arabe aurait pris fin en 2012, et l'une des principales conclusions était que les pays qui ne possédaient pas de pétrole et/ou de richesses pétrolières étaient beaucoup plus susceptibles de subir une transition de régime à la suite de ces manifestations que les pays riches en pétrole.

    Un autre exemple plus récent est l'attaque du Capitole des États-Unis du 6 janvier 2021, un événement aux États-Unis au cours duquel environ 2 000 à 2 500 partisans du président Donald Trump ont attaqué le bâtiment du Capitole à Washington D.C. dans le but de renverser les élections de 2020. résultats où Joseph Biden a remporté la présidence. Ces manifestations ont été planifiées et initiées par un certain nombre de partisans de Trump qui se sont identifiés à une faction du Parti républicain qui pensait que la fraude électorale et la corruption étaient monnaie courante lors de l'élection présidentielle de 2020. S'organisant sur les réseaux sociaux et assistant au discours de Trump dans la matinée du 6 janvier, les manifestants ont mobilisé leur identité politique collective pour attaquer le Capitole. Certains ont prétendu que le discours de Trump avait pour but d'inciter à la violence, bien qu'il puisse être difficile de prouver que le discours incite à l'action. Voici un extrait du discours de Trump :

    Nous tous ici présents ne voulons pas que notre victoire électorale soit volée par des démocrates de gauche radicale enhardis, et c'est ce qu'ils font. Et volé par les faux médias. C'est ce qu'ils ont fait et ce qu'ils font. Nous n'abandonnerons jamais, nous ne céderons jamais. Cela n'arrive pas. On ne concède pas s'il s'agit d'un vol. Notre pays en a assez. Nous n'en prendrons plus et c'est de cela qu'il s'agit. Et pour reprendre un terme favori que vous avez tous vraiment inventé : nous allons arrêter le vol. [Discours de Donald Trump lors de l'attaque du Capitole des États-Unis du 6 janvier 2021] (Naylor, 2021)

    Après le discours de Trump, des manifestants se sont rendus au Capitole, ont attaqué et infiltré le bâtiment, ont agressé les forces de l'ordre, vandalisé des biens et sont restés sur place pendant des heures. Au total, l'attaque du Capitole a fait cinq morts et blessé plus de 130 policiers qui tentaient de protéger le Capitole. L'attachement à une identité, en l'occurrence à des républicains qui croyaient que l'élection était frauduleuse, a clairement abouti à l'attaque ultime contre le Capitole.

    Avant d'examiner les différentes identités qui ont joué un rôle déterminant dans la mobilisation politique à l'échelle mondiale, il est utile d'examiner la manière dont les identités politiques se forment et se consolident. Pour cela, nous examinerons le processus de socialisation politique dans la section suivante.

    Le processus de socialisation politique

    L'identité politique, qui représente l'essence, les besoins et les désirs des individus, a des implications majeures dans le domaine de la science politique. L'identité politique est souvent un facteur clé à prendre en compte lors de la formation des États, ainsi que dans le contexte des causes des conflits. Si la population d'un État est assez homogène ou d'identité similaire, il peut parfois être plus facile d'avoir des lois et des politiques qui correspondent à l'identité politique de la population. Si une population est hétérogène ou a des identités différentes, il peut y avoir davantage de conflits et moins de capacité à unir les gens selon des lois et des normes similaires. Cela ne signifie pas qu'une société diversifiée ne peut pas être pacifique ou efficace, mais lorsque les identités sont suffisamment différentes en termes de valeurs et de préoccupations, les conflits sont plus susceptibles de survenir. Si l'on considère le cas de l'Inde, la formation de l'État a été un défi, en partie en raison de la variété des identités politiques qui existaient et des identités politiques traduites dans des communautés ayant des religions, des ethnies, des valeurs et des croyances potentiellement différentes. On pourrait comparer l'exemple de la situation diversifiée de l'Inde à la situation homogène d'un autre État, comme la Chine ou le Japon. Dans les deux exemples. Bien que très différente, l'identité politique est un facteur important qui intervient à la fois dans la formation et le maintien du régime d'un État.

    Comment se forme l'identité politique ? D'où vient l'identité politique d'une personne ? Les individus forment leur identité politique par le biais du processus de socialisation politique, qui découle de la vie en société. La société, au sens large, fait référence à une population qui s'est organisée sur la base d'idées communes sur la manière dont le monde agit et devrait agir par le biais d'institutions formelles et informelles. En vivant dans une société, les individus se socialisent politiquement. La socialisation politique est le processus par lequel nos convictions politiques se forment au fil du temps. C'est ainsi que les individus perçoivent le monde politique qui les entoure, comprennent comment la société est organisée et comment ils perçoivent leur propre rôle dans la société sur la base de ces perceptions. Certains aspects de l'identité ont tendance à être figés et peuvent découler de facteurs tels que la race et le sexe biologique (qui seront abordés dans les chapitres suivants). Les facteurs biologiques ont tendance à être des facteurs stationnaires qui échappent au contrôle de l'individu.

    D'autres aspects de l'identité se forment en fonction du sens symbolique, de l'idéologie, du genre, de la religion et de la culture. Que les aspects de l'identité soient fixes ou dynamiques, le processus de socialisation, qui permet aux individus de s'attacher à une identité et d'établir des liens avec elle, peut être influencé et façonné par l'influence d'un certain nombre d'acteurs/institutions différents dans la vie d'une personne. L'un des premiers endroits où un individu commence sa socialisation politique est avec sa famille. Le processus peut démarrer simplement et implicitement. Si la mère, le père, le tuteur ou le mentor de ses parents ont partagé leurs croyances et leurs perceptions à l'égard de la société, un enfant peut commencer à adopter des perceptions similaires. À certains égards, le fait qu'un enfant adopte les mêmes points de vue que ses parents, tuteurs ou tuteurs peut dépendre, du moins en partie, du fait que l'enfant reconnaisse réellement ces acteurs comme légitimes et autoritaires. Si l'enfant reconnaît que ces acteurs sont des sources légitimes d'autorité, ils peuvent être enclins à adopter des points de vue similaires. Si un enfant ne considère pas ses parents, tuteurs ou tuteurs comme légitimes, il peut adopter des positions opposées fondées, en partie, sur sa perception que ces acteurs n'ont pas de valeur des positions parce que leur position d'autorité n'était pas non plus valide ou garantie dans l'esprit de l'enfant.

    L'école est un deuxième lieu de socialisation politique pour beaucoup. Dans de nombreux pays, les écoles sont des institutions qui fournissent aux étudiants des informations sur le monde qui les entoure. Les enseignants et les personnes impliquées dans les activités scolaires, parascolaires et extrascolaires de leurs élèves peuvent avoir une influence sur la façon dont les élèves perçoivent l'organisation sociale qui les entoure. Dans un certain nombre de pays du monde, les écoles dispensent un enseignement structuré et standardisé pour aborder des sujets de base que la société juge importants d'aborder. Aux États-Unis, nous proposons des matières telles que les mathématiques, les sciences, l'anglais, la lecture, l'écriture et des cours optionnels tels que l'art, l'économie domestique, les cours d'atelier, l'art dramatique, l'automobile, etc. Ces matières, à elles seules, montrent aux élèves ce que la société valorise ou, à tout le moins, considère comme important pour leur éducation. Dans ce cadre, les enseignants peuvent avoir un impact énorme sur ce que l'étudiant retient en pensant à une matière ou à un cours donné. À certains égards, ce qu'un élève pense de ce que dit un enseignant peut être similaire à ce qu'un enfant pense de son parent, de son tuteur ou de son mentor. La personne se posera la question suivante : Ai-je confiance en cette personne ? Est-ce que je pense que cette personne sait de quoi elle parle ? Si les élèves font confiance à la personne et croient que l'enseignant sait de quoi ils parlent, ils peuvent adopter des points de vue et des croyances similaires à ceux de cette personne. À l'inverse, si l'élève ne fait pas confiance à l'enseignant ou ne croit pas en lui, il peut adopter des points de vue opposés. Bien souvent, les élèves du primaire seront plus enclins à faire confiance à ceux qui enseignent, mais à l'arrivée de l'adolescence, ils commenceront à se poser ces questions de manière plus critique.

    Un troisième endroit où la socialisation politique peut se produire pour les individus est par l'intermédiaire de leurs amis et de leurs pairs. À mesure que les enfants atteignent l'adolescence, ils peuvent être davantage influencés par leurs amis et leurs pairs d'une manière qu'ils n'ont pas été aussi influencés que les jeunes enfants. De nombreuses études portant sur le rôle de l'adolescence dans la formation de l'identité politique ont permis de tirer des conclusions intéressantes. L'un des principaux enseignements de toutes ces recherches est la découverte que les adolescents sont fortement influencés par leurs pairs dans des proportions qui peuvent être à la fois extrêmes et ne pas être représentatives ou prédictives de l'identité politique qu'ils formeront plus tard dans la vie. Les adolescents, désireux de s'intégrer à leurs amis ou de leur plaire, seront influencés par leurs pensées, leurs idées, leurs attitudes et leurs croyances.

    Les médias et, plus récemment, les médias sociaux constituent une quatrième façon de socialiser les individus sur le plan politique. Au cours des 40 dernières années, l'influence des médias s'est considérablement accrue aux États-Unis et dans le monde entier. Au début des années 1980 et avant, les nouvelles aux États-Unis se diffusaient en grande partie à une heure de la journée, à 18 heures, et les informations locales à 22 heures. Aujourd'hui, les informations sont diffusées chaque heure de chaque jour selon ce que l'on appelle un cycle d'actualités de 24 heures. CNN a été le premier organe de presse à disposer d'une chaîne d'information 24 heures sur 24 au début des années 1980, et d'autres médias ont lentement emboîté le pas. Au cours des dernières décennies, il y a eu également une prolifération de différents organes d'information capables de proposer des jugements politiques fondés sur des tendances idéologiques politiques, parlant davantage du point de vue d'une idéologie que d'une position d'objectivité totale. Aujourd'hui, plus que jamais, il existe un large éventail de médias, de gauche à droite, qui proposent des analyses du point de vue de ces contextes idéologiques.

    Outre un cycle d'actualités 24 heures sur 24 où les actualités nationales, nationales et mondiales peuvent être consultées à volonté, il y a également eu une augmentation des comptes de réseaux sociaux via des applications telles que Facebook, Twitter, Instagram, etc. Ces plateformes ont permis aux individus d'avoir une connaissance en temps quasi réel de ce qui se passe dans le monde qui les entoure et de projeter leurs propres pensées, croyances et jugements sur ce qui se passe dans le monde. Les opinions sont facilement disponibles sur les réseaux sociaux, et les opinions ne sont pas éditées, gérées, corrigées, considérées comme exactes par aucune source globale pour gérer les perceptions du public. Cela peut être à la fois une bonne et une mauvaise chose pour la socialisation politique ainsi que pour la démocratie dans son ensemble. La plupart des personnes vivant dans une démocratie, en particulier aux États-Unis, invoqueront leur liberté d'expression pour s'exprimer et exprimer leurs opinions sur diverses plateformes. La liberté d'expression doit être protégée car c'est l'une des pierres angulaires de la démocratie. D'autre part, l'élévation des opinions au statut de radiotélédiffusion peut amplifier les jugements qui ne sont pas fondés sur des faits ou sur une évaluation scolaire. Ce manque de responsabilité s'est traduit par une situation dangereuse où les opinions peuvent être considérées comme des faits avec très peu de preuves pour étayer ou valider l'opinion. (Donnez quelques exemples) Tous ces facteurs façonnent, pour le meilleur ou pour le pire, l'identité politique d'une personne.

    Un cinquième domaine à prendre en compte dans la socialisation politique des individus est l'influence de la religion. La religion peut être une force puissante dans la vie de nombreuses personnes du monde entier. À l'heure actuelle, plus de 80 % des citoyens américains, selon de vastes enquêtes par sondage, déclarent croire en une « puissance supérieure ». Bien que l'on puisse déduire de cette constatation que les citoyens américains sont similaires en termes de religion et de valeurs religieuses, ce serait une erreur. En 2020, 65 % des citoyens américains ont déclaré être chrétiens (un chiffre qui est en forte baisse depuis cinquante ans), et seulement 40 % des Américains ont déclaré que la religion était importante dans leur vie. Même au sein des 65 % de chrétiens aux États-Unis, il existe des divisions majeures, en particulier entre la population majoritairement protestante et la population catholique minoritaire. Outre la population chrétienne, les autres religions représentées aux États-Unis incluent le mormonisme, le bouddhisme, le musulman, l'hindouisme, l'agnostique et l'athée. Les personnes qui fréquentent l'église ou participent à des activités ou à des événements religieux peuvent commencer à percevoir les facteurs politiques d'un point de vue religieux, spirituel ou moraliste.

    Un dernier aspect à prendre en compte pour la socialisation politique est ce que dit ou fait le gouvernement lui-même et la façon dont les individus perçoivent leurs actions et leurs valeurs dans le contexte de leur société au sens large. Dans les sections suivantes, nous examinerons l'importance et l'influence des principaux groupes identitaires en ce qui concerne la mobilisation politique. À cette fin, nous tiendrons compte de la culture, de la race, de l'ethnicité et du genre.