Skip to main content
Query

7.4 : Erreurs

  • Page ID
    166411
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Une erreur est une erreur de raisonnement. Une erreur indique que la logique du raisonnement déductif ou inductif pose problème. Cela diffère d'une erreur factuelle, qui consiste simplement à se tromper sur les faits. Plus précisément, une erreur est un « argument » dans lequel les prémisses avancées pour la conclusion ne fournissent pas le degré d'appui nécessaire.

    Une erreur est une erreur dans la manière dont la conclusion finale de l'argument, ou toute conclusion intermédiaire, est logiquement liée aux prémisses qui les sous-tendent. Lorsqu'il y a une erreur dans un argument, celui-ci est considéré comme non fondé ou invalide

    La présence d'une erreur logique dans un argument n'implique pas nécessairement que ce soit sur les prémisses de l'argument ou sur sa conclusion. Les deux arguments sont peut-être exacts, mais l'argument n'est toujours pas valide parce que la conclusion ne découle pas des prémisses fondées sur les principes d'inférence de l'argument.

    Reconnaître les erreurs est souvent difficile, et en fait, des arguments fallacieux convainquent souvent leur public cible. Détecter et éviter les raisonnements fallacieux empêchera au moins l'adoption de certaines conclusions erronées.

    Types d'erreurs

    Les erreurs sont généralement reconnues isolément, mais intégrées au contexte d'un argument, elles peuvent passer inaperçues, à moins que le penseur critique ne s'y méfie. Certains défenseurs utilisent ouvertement des erreurs afin d'exploiter un public qui ne le sait pas, mais nous utilisons souvent des erreurs involontairement. De nombreuses erreurs existent. Voici quelques-unes des plus couramment utilisées dans l'argumentation quotidienne.

    Faux dilemme L'erreur du faux dilemme se produit lorsqu'un argument propose une fausse gamme de choix et exige que vous en choisissiez un. Habituellement, l'erreur du faux dilemme prend la forme suivante : A ou B est vrai. Si A n'est pas vrai, alors B est vrai. « Soit tu m'aimes, soit tu me détestes. » La fourchette est fausse parce qu'il peut y avoir d'autres choix non énoncés qui ne feraient que saper l'argument initial. Si vous acceptez de choisir l'un de ces choix, vous acceptez la prémisse que ces choix sont effectivement les seuls possibles. Considérer quelque chose comme « noir et blanc » est un exemple de faux dilemme.

    Appel à l'émotion Cette erreur est commise lorsque quelqu'un manipule les émotions des gens afin de les amener à accepter une réclamation. Plus formellement, ce type de « raisonnement » implique la substitution de divers moyens de produire des émotions fortes au lieu de preuves à l'appui d'une allégation. Ici, il s'agit de transférer une émotion positive que vous éprouvez sur une chose à l'objet ou à la croyance qui fait l'objet de discussions.

    Ce type de « raisonnement » est très courant en politique et sert de base à une grande partie de la publicité moderne. La plupart des discours politiques visent à susciter des sentiments chez les gens, afin que ces sentiments les poussent à voter ou à agir d'une certaine manière. Combien de fois verrez-vous des photos de drapeaux américains dans une publicité politique ? Le drapeau et les autres images traditionnelles visent à impliquer émotionnellement le public. Dans le cas de la publicité, les publicités visent à susciter des émotions qui inciteront les gens à acheter certains produits. Les publicités pour la bière incluent souvent des personnes lors de fêtes afin de susciter l'intérêt des consommateurs potentiels pour le produit. Dans de nombreux cas, ces discours et publicités sont notoirement exempts de preuves réelles.

    Non-sequitur L'expression « non-sequitur » signifie en latin « ça ne suit pas ». Si une inférence qui ne découle pas logiquement des prémisses de l'argument précédent est alors une inférence non séquentielle. Par exemple, « Je porte mon chapeau porte-bonheur aujourd'hui, rien ne peut aller de travers. » Bien que le terme « non-séquentiel » puisse être utilisé au sens large comme une erreur informelle pour décrire toute conclusion injustifiée, il est le plus souvent utilisé lorsqu'une déclaration se contredit ouvertement et n'a tout simplement aucun sens.

    Slippery Slope Cette erreur réduit un argument à l'absurdité en l'étendant au-delà de ses limites raisonnables. Il s'agit d'un abus du raisonnement causal en tentant de relier des événements qui n'ont normalement que très peu de rapport les uns avec les autres. Par exemple : la légalisation de la marijuana entraînera la légalisation de la cocaïne. Si vous légalisez la cocaïne, vous pourrez acheter du crack et toutes les autres drogues au 7-11 de votre localité. Dans cet argument, on affirme que la légalisation de la marijuana finira par entraîner l'achat de crack dans les locaux 7-11. Une fois que l'on accepte la légalisation de la marijuana, on suppose que l'on est sur la pente glissante vers la légalisation et la disponibilité de toutes les autres drogues. Dans un argument de Slippery Slope, vous suggérez qu'une série d'événements se produiront menant à une conclusion indésirable au lieu d'une seule étape comme dans le raisonnement causal.

    Ad Hominem Traduit du latin vers l'anglais, « Ad Hominem » signifie « contre l'homme » ou « contre la personne ». Une erreur ad hominem consiste à dire que l'argument d'une personne est faux uniquement à cause de quelque chose concernant la personne plutôt que de l'argument lui-même. Vous entendrez des gens à la radio et à la télévision rejeter les propos de personnes qu'ils qualifient de conservatrices ou de libérales, simplement à cause de la façon dont ils les étiquettent. Le simple fait d'insulter une autre personne ou de mettre en doute la crédibilité d'une personne ne constitue pas nécessairement une erreur ad hominem. Pour que cette erreur existe, il doit être clair que le but de la caractérisation est de discréditer la personne qui présente l'argument, dans le but d'inviter d'autres personnes à ensuite écarter ses arguments.

    L'erreur Ad Hominem a été utilisée par ceux qui voulaient faire taire Greta Thunberg, militante du changement climatique âgée de 16 ans. Ceux qui n'étaient pas d'accord avec elle ont fait valoir qu'elle devrait être ignorée puisqu'elle n'est qu'une enfant.

    Généralisation hâtive Cette erreur se produit lorsqu'un argumentaire fonde sa conclusion sur trop peu d'exemples, qui ne sont pas nécessairement typiques de la conclusion à tirer. Par exemple, « Mes deux petits amis ne se sont jamais inquiétés de mes sentiments. Par conséquent, tous les hommes sont insensibles, égoïstes et émotionnellement insouciants. » Ou encore : « J'ai lu que cet homme avait attrapé des vers en mangeant des sushis. J'ai toujours su que les sushis n'étaient pas bons à manger. » Sans plus d'exemples, ces arguments peuvent être considérés comme fallacieux.

    Raisonnement circulaire L'erreur du raisonnement circulaire est l'affirmation ou l'affirmation répétée d'une conclusion, sans donner de raisons à l'appui. En d'autres termes, étayer une prémisse par une prémisse plutôt que par une conclusion. Cela peut laisser entendre que la conclusion va de soi ou la reformuler pour qu'elle ressemble à une raison. Le raisonnement circulaire crée une illusion de soutien en affirmant simplement sa conclusion comme s'il s'agissait d'une raison, ou en réaffirmant la même affirmation en des termes différents. Par exemple, « le kérosène est combustible ; il brûle donc ». Ou encore : « George Clooney est le meilleur acteur que nous ayons jamais eu, parce qu'il est le plus grand acteur de tous les temps ».

    Appel à l'ignorance Dans cette erreur, l'auteur prétend que quelque chose n'est valable que parce que sa fausseté n'a pas été prouvée. Cette erreur est erronée en tentant de faire valoir cet argument dans un contexte où la charge de la preuve incombe à l'auteur de démontrer que sa position est réellement exacte, et pas simplement qu'elle n'a pas encore été démontrée fausse. L'argument confond l'absence de preuve avec la preuve du contraire. En fait, l'argument dit : « Personne ne sait que c'est exact. C'est donc faux. » Par exemple, « rien ne prouve que la législation sur les armes de poing réduira la criminalité. Interdire les armes de poing serait donc un geste futile. » Ou encore : « Nous n'avons aucune preuve que Dieu n'existe pas, donc Dieu doit exister. » L'ignorance de quelque chose ne dit rien de son existence ou de sa non-existence.

    Platon et un ornithorynque entrent dans un bar
    clipboard_e62a80e553ce1af405c5aab2b08be50ba.png
    7.4.1 : « La couverture de Platon et un ornithorynque entrent dans un bar » (usage équitable ; Paul Buckley & Penguin Group via Wikimedia Commons)

    Dans leur livre, les auteurs Thomas Cathcart et Daniel Klein illustrent des principes logiques et des erreurs à l'aide de blagues classiques. Par exemple, pour illustrer l'erreur de l'ergo propter hoc post hoc, ils utilisent ce qui suit :

    « En général, nous sommes trompés par l'ergo propter hoc post hoc parce que nous ne remarquons pas qu'il existe une autre cause à l'œuvre.

    Un garçon de New York est conduit à travers les marécages de la Louisiane par son cousin. « Est-il vrai qu'un alligator ne vous attaquera pas si vous portez une lampe de poche ? » demande le garçon de la ville.

    Son cousin répond : « Cela dépend de la vitesse à laquelle vous transportez la lampe de poche. »

    Le garçon de la ville a vu la lampe de poche comme un accessoire alors qu'elle n'était qu'un accessoire. » 1

    Le terme « erreur du train en marche » vient de l'expression « sauter dans le train en marche » ou « monter dans le train en marche », un train en marche étant un wagon assez grand pour contenir un groupe de musiciens. Lors des campagnes politiques passées, les candidats empruntaient le train en marche à travers la ville et les gens leur montraient leur soutien en montant à bord du chariot. L'expression en est venue à désigner le fait de rejoindre une cause en raison de sa popularité. Par exemple, essayer de vous convaincre que vous devez faire quelque chose parce que tout le monde le fait est une erreur. « Tout le monde achète une voiture Tesla, vous devriez en faire autant. »

    Post hoc ergo propter hoc L'erreur post hoc ergo propter hoc, « après cela, donc à cause de cela », repose sur l'idée erronée selon laquelle, simplement parce qu'une chose se produit après l'autre, le premier événement est à l'origine du second événement. Le raisonnement post hoc est à la base de nombreuses superstitions et croyances erronées.

    Par exemple, les tremblements de terre en Californie se produisent toujours après des conditions météorologiques inhabituelles. Ou bien, Allison marque toujours un but lorsqu'elle porte ses chaussures de foot rouges et blanches. Ou bien, j'ai porté ma chemise des Packers et mon équipe des Packers a gagné. Je porte désormais ma chemise des Packers à chaque match. Ce sont toutes des erreurs post hoc, ergo propter hoc.

    Appel à la pitié Avec cette erreur, l'argumentateur essaie d'amener les gens à accepter sa conclusion en suscitant de la pitié et de la sympathie à l'égard de la situation ou de la situation d'un tiers. En faisant appel à la capacité des gens à sympathiser avec les autres, une puissante force émotionnelle peut être créée. Malheureusement, quelle que soit la gravité des problèmes d'une autre personne, cela ne rend pas automatiquement ses affirmations plus logiques. Ma sympathie pour cette situation ne constitue pas une base raisonnable pour croire ses affirmations. Par exemple, « J'ai vraiment besoin de ce travail car ma grand-mère est malade » ou « Je devrais recevoir un « A » dans cette classe. Après tout, si je n'obtiens pas un « A », je n'obtiendrai pas la bourse dont j'ai besoin. » Ces appels suscitent des émotions, mais ne sont pas nécessairement logiques.

    Erreur de Straw-Man L'argumentaire attaque un argument qui est différent et généralement plus faible que le meilleur argument de l'opposition. Déformer ou déformer un argument que l'on essaie de réfuter, c'est ce que l'on appelle l'erreur de l'homme de paille. Dans une erreur d'homme de paille, l'argument de l'adversaire est déformé, mal cité, exagéré, mal présenté ou simplement inventé. Cela facilite la défaite de l'argument et peut également être utilisé pour faire passer les opposants pour des extrémistes ignorants. La réfutation peut sembler bonne à quelqu'un qui ne connaît pas l'argument initial.

    Les erreurs logiques sont des erreurs de raisonnement, des erreurs qui peuvent être reconnues et corrigées par des penseurs critiques. Des erreurs peuvent être créées involontairement, ou elles peuvent être créées intentionnellement dans le but de tromper d'autres personnes. La grande majorité des erreurs couramment identifiées impliquent des arguments, bien que certaines impliquent des explications, des définitions ou d'autres produits du raisonnement. Parfois, le terme erreur est utilisé de manière encore plus large pour désigner toute fausse croyance ou cause d'une fausse croyance. Une erreur est un argument qui trompe parfois le raisonnement humain, mais qui n'est pas logiquement valable.

    Dans son livre, PERSUASION : THEORY AND PRACTICE, Kenneth Anderson écrit :

    « Les appels logiques sont de puissantes forces de persuasion. Cependant, la logique seule est rarement suffisante pour convaincre. Les désirs et les besoins des récepteurs influencent et déterminent ce qu'ils accepteront comme une démonstration logique. Ainsi, il est possible qu'une personne déclare qu'elle est convaincue par la logique utilisée alors qu'une autre personne reste horrifiée par l'absence de logique présentée. » 2

    Vous pouvez avoir des preuves de grande qualité, mais mener à des conclusions incorrectes parce que votre argument est mal raisonné. Vous voulez toujours créer l'argument le plus « solide » ou le plus logique possible. Et vous souhaitez également examiner la logique des autres présentations afin de déterminer quelles erreurs peuvent être évidentes.

    Référence

    1. Cathcart, Thomas et Daniel Klein. Platon et un ornithorynque entrent dans un bar. New York : Penguin Books, 2007.
    2. Anderson, Kenneth. Persuasion : théorie et pratique. Boston : Presse américaine, 1983.