Skip to main content
Query

12.5 : L'avenir de la race et de l'ethnicité aux États-Unis

  • Page ID
    166708
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Le paysage racial et ethnique des États-Unis devrait changer radicalement au cours des prochaines décennies. La figure\(\PageIndex{1}\) montre la répartition raciale et ethnique aux États-Unis en 2008 et la distribution projetée pour 2050. Alors qu'environ les deux tiers du pays étaient composés en 2008 de Blancs d'origine européenne, en 2050, seuls 46 % du pays devraient être des Blancs non latino-américains, les Latinos enregistrant les gains les plus importants de tous les autres groupes raciaux et ethniques. Par contre, les personnes de couleur constituent aujourd'hui environ un tiers du pays, mais leur nombre augmentera pour atteindre environ 54 % du pays en 2050 (Roberts, 2008).

    Ce graphique montre la répartition raciale et ethnique aux États-Unis en 2008 et la distribution projetée pour 2050. Alors qu'environ les deux tiers du pays étaient composés en 2008 de Blancs d'origine européenne, en 2050, seuls 46 % du pays devraient être des Blancs non latino-américains, les Latinos enregistrant les gains les plus importants de tous les autres groupes raciaux et ethniques. D'un autre côté de la médaille, les personnes de couleur constituent aujourd'hui environ un tiers du pays, mais leur nombre augmentera pour atteindre environ 54 % du pays en 2050.

    Figure\(\PageIndex{1}\) : Composition raciale et ethnique des États-Unis, 2008 et 2050 (projection). (Données tirées de Roberts, S. (2008, 14 août). Dans une génération, les minorités constitueront peut-être la majorité des États-Unis. The New York Times, p. A1.)

    Dans trente ans, les Blancs, le groupe racial dominant aujourd'hui en termes de pouvoir et de privilèges, constitueront moins de la moitié du pays. On parle également de devenir une nation majoritairement minoritaire, c'est-à-dire une majorité de personnes de couleur. Il est difficile à ce stade précoce de prévoir la différence que ce changement démographique signifiera pour les relations raciales et ethniques aux États-Unis.

    En raison de cette évolution démographique, il est encore plus urgent que les individus, dans leur vie quotidienne et les gouvernements locaux, étatiques et fédéraux, dans leurs politiques, fassent tout leur possible pour favoriser la compréhension mutuelle et éliminer la discrimination individuelle et institutionnelle. Dans la démocratie qu'est l'Amérique, nous devons essayer de faire mieux pour qu'il y ait vraiment « liberté et justice pour tous ». Si ce n'est pas le cas, nous sommes condamnés à répéter les expériences du passé.

    Mère et fille ensemble. La fille tient une pancarte d'amour dessus.

    Figurine\(\PageIndex{2}\) : Love ! (CC BY-NC 2.0 ; Peg Hunter via Flickr)

    Conclusion

    Alors que les États-Unis s'efforcent, même de manière hésitante, de réduire les inégalités raciales et ethniques, la sociologie a beaucoup à offrir en mettant l'accent sur les fondements structurels de cette inégalité. Cette insistance indique clairement que l'inégalité raciale et ethnique a beaucoup moins à voir avec les fautes personnelles des personnes de couleur qu'avec les obstacles structurels auxquels elles sont confrontées, notamment la discrimination persistante et le manque d'opportunités. Les efforts visant à éliminer ces obstacles sont donc essentiels à long terme pour réduire les inégalités raciales et ethniques (Danziger, Reed et Brown, 2004 ; Loury, 2003 ; Syme, 2008).

    Certains de ces efforts sont notamment les suivants :

    1. Adopter une politique nationale de « plein emploi » impliquant des programmes de formation professionnelle et de travaux publics financés par le gouvernement fédéral.
    2. Augmenter l'aide fédérale aux travailleurs pauvres, y compris les crédits de revenu gagné et les subventions pour la garde d'enfants pour les personnes ayant des enfants.
    3. Augmenter le salaire minimum fédéral et étatique pour refléter un salaire décent.
    4. Mettre en place des programmes d'intervention auprès des jeunes enfants bien financés.
    5. Améliorer la scolarisation et augmenter le financement des écoles.
    6. Fournir des services de santé accessibles et abordables aux individus et aux familles.
    7. Renforcer les programmes d'action positive dans les limites imposées par les décisions de justice.
    8. Renforcer l'application légale des lois existantes interdisant la discrimination raciale et ethnique en matière d'embauche et de promotion.
    9. Renforcer les efforts visant à réduire la ségrégation résidentielle.
    10. Encourager une réforme globale de la justice pénale.

    Principaux points à retenir du chapitre 12

    • Il est essentiel de mettre l'accent sur des programmes axés sur l'équité pour atteindre l'égalité raciale et ethnique. L'équité implique de s'attaquer directement aux obstacles à l'égalité tout en fournissant un soutien intentionnel, en particulier aux groupes traditionnellement et systématiquement défavorisés.
    • L'action positive est un programme axé sur l'équité qui vise à permettre aux personnes de couleur et aux femmes d'accéder à l'emploi et à l'éducation afin de compenser la discrimination passée. Bien que toujours en place, les efforts juridiques visant à s'opposer aux programmes d'action positive ont limité leur nombre et leur portée.
    • La réparation fait référence à l'acte qui consiste à réparer les dommages et à réparer les préjudices passés. Des réparations sous forme de paiement unique ont été accordées aux Américains d'origine japonaise internés pendant la Seconde Guerre mondiale. Des réparations pour la communauté afro-américaine sont toujours préconisées aujourd'hui.
    • Des thèmes tels que la criminalité, la concurrence pour les emplois et le statut de citoyenneté ont inspiré une grande partie de la politique d'immigration pendant le mandat du président Trump. La réforme de la politique d'immigration est une priorité importante pour le président Biden.
    • On estime que les États-Unis seront un pays majoritairement minoritaire d'ici 2050. Il est difficile à ce stade précoce de prévoir la différence que cette évolution démographique aura sur les relations raciales et ethniques.

    Contributeurs et attributions

    • Rodriguez, Lisette. (Université de la ville de Long Beach)
    • Tsuhako, Joy. (Collège Cerritos)
    • Sociologie (Barkan) (CC BY-NC-SA 4.0)

    Ouvrages cités

    • Danziger, S., Reed, D., et Brown, T. (2004). Pauvreté et prospérité : perspectives de réduction des disparités économiques raciales/ethniques aux États-Unis. Genève : UNRISD.
    • Loury, G. C. (2003). L'anatomie de l'inégalité raciale. Cambridge, MA : Harvard University Press.
    • Syme, SL (2008). Réduire les inégalités raciales et de classe sociale en matière de santé : la nécessité d'une nouvelle approche. Affaires de santé, 27, 456—459.
    • Roberts, S. (2008, 14 août). Dans une génération, les minorités constitueront peut-être la majorité des États-Unis. The New York Times, p. A1.