Skip to main content
Query

14.7 : Groupe des Sept des Premières Nations

  • Page ID
    166818
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Artiste

    Groupe natif

    Daphné Odjig

    Ojibwé

    Jackson Bardy

    Anishinini

    Alex Janvier

    Déné Suline/Saulteaux

    Eddy Cobiness

    Ojibwé

    Norval Morrisseau

    Ojibwé

    Carl Ray

    Cri

    William Ronald Reid Junior

    Haïda

    Fondé en 1973, l'Indian Group of Seven (Professional Native Indian Artists Association) était un groupe d'artistes professionnels du Canada. Daphne Odjig a fondé le groupe après une exposition conjointe réussie avec d'autres artistes en 1972 basée sur l'art des peuples autochtones. L'œuvre présentée dans l'exposition a été nommée avec des numéros de traité basés sur les traités numérotés entre le gouvernement du Canada et les groupes autochtones. Elle a invité Alex Janvier, Jackson Beardy, Eddy Cobiness, Norval Morrisseau, Carl Ray et Joseph Sanchez à créer une communauté artistique. Bill Reid, un artiste haïda, a été ajouté plus tard.

    Utilisant un style de peinture impressionniste pour ses paysages canadiens, le groupe a organisé des expositions conjointes couronnées de succès, mais n'est resté ensemble que pendant trois ans. Ils avaient uni leurs forces pour promouvoir l'art des peuples autochtones dans le monde artistique occidental, désireux de passer de l'art indigène à une valeur artistique moderne reconnue. Ils ont créé des fonds qui ont permis aux artistes de faire carrière dans la peinture et ont élaboré une stratégie de marketing pour vendre des œuvres d'art, se sont rendus dans des communautés éloignées pour encourager les jeunes artistes et ont créé des fonds fiduciaires et des programmes de bourses pour les jeunes artistes. En peu de temps, ils ont fait entrer l'art des peuples autochtones dans la partie la plus importante du monde artistique canadien et ont contribué à ouvrir la voie aux jeunes générations.

    Daphne Odjig (1919-2016) était une Ojibwa et membre fondatrice de la Professional Native Indian Artists Association (Indian Group of Seven). Sa première œuvre marquante est constituée de dessins à la plume et à l'encre représentant les peuples autochtones cris. Elle a exploré des thèmes érotiques dans certaines de ses œuvres, ce qui était très inhabituel dans les œuvres d'art des Premières Nations. Odjig a ouvert la première galerie canadienne à présenter exclusivement l'art des Premières Nations.

    Jackson Beardy (1944—1984) était un Anishinini dont les œuvres décrivaient des légendes cries et des histoires apprises auprès de sa grand-mère. Il a peint des légendes spécifiques sur l'équilibre de la nature et l'interdépendance de toutes choses. Beardy a utilisé de l'huile, de l'acrylique et du tempura dans un style graphique avec des zones définies de rubans de peinture incurvés et des zones plates de couleur chaude.

    Alex Janvier (né en 1935) est d'origine dénée, suline et saultelaise et considéré comme le premier peintre moderniste autochtone canadien. Il a créé son style visuel en se basant sur les traditions culturelles et spirituelles du peuple déné de l'Alberta, au Canada. Le travail de Javier a été abstrait et il a peint des œuvres à grande échelle.

    Morning Star (14,40) est peint dans le dôme du Musée canadien de l'histoire, un dôme de sept étages au-dessus du sol couvrant 418 mètres carrés. La peinture présente un guide pour trouver des directions, et chacune des quatre zones de couleurs distinctes représente une période de l'histoire des peuples autochtones. Le quadrant jaune représente une époque où les peuples autochtones étaient en harmonie avec la nature, le Grand Esprit et les uns avec les autres. Le quadrant bleu montre la faiblesse de la culture autochtone en raison de l'afflux de la culture européenne. Le quadrant rouge est l'époque d'un nouvel optimisme et de nouvelles luttes alors que les peuples autochtones tentent de définir leur voie, et dans le dernier quadrant se trouve le retour à l'harmonie grâce à la réconciliation, à la guérison et à un respect de soi renouvelé.

    Étoile du matin
    14h40 Morning Star

    Eddy Cobiness (1933-1996) était un Ojibwa qui dépeignait des scènes de la vie en plein air et de la nature. Cobiness appartenait à la Woodland School of Art et était graphiste. Son travail a commencé de façon réaliste et est passé à un style plus abstrait, travaillant principalement à l'encre et à l'aquarelle.

    Norval Morrisseau (1932-2007), un Ojibwa, également connu sous le nom de Copper Thunderbird, et certains le considéraient comme le Picasso du Nord. Ses peintures dépeignaient les légendes de son peuple, en particulier les tensions politiques et culturelles entre les traditions européennes et les traditions autochtones du Canada. Morrisseau a utilisé des contours noirs épais dans sa peinture, des couleurs vives se remplissant entre les lignes. Il a utilisé tous les matériaux sur lesquels il pouvait peindre, en particulier de la peau d'orignal ou de l'écorce de bouleau. Dans un premier temps, il a peint sur les mythes et les traditions des Anishnaabe et s'est penché sur ses luttes.

    Carl Ray (1943-1978) était un artiste des Premières Nations du Canada et un peintre de style boisé. Ray était membre de la communauté crie de l'Ontario et était connu sous le nom de Tall Straight Poplar, un nom indigène qui lui a été donné alors qu'il mesurait 6 pieds 4 pouces. Il a peint des scènes de croyance sacrée et des histoires sur les Cris, ainsi que sur la faune et les paysages dans un style européen. Ray a créé des images puissantes en deux ou trois couleurs, principalement le marron, le bleu et le noir, mélangeant fréquemment de l'encre et de l'aquarelle. Dans ses peintures de paysages, il a souvent utilisé des teintes de bleu électrique pour créer la beauté de la région de Sandy Lake. Parfois, il combinait les deux styles pour peindre des images de légendes cries dans des couleurs électrisantes.

    William (Bill) Ronald Reid Junior (1920-1998) est né au Canada, sa mère, membre du peuple haïda, originaire d'une région de la côte de la Colombie-Britannique. Il a découvert l'héritage haïda auprès de son grand-père, également artiste haïda. Reid a commencé à fabriquer des bijoux, puis s'est lancé dans des œuvres plus importantes en cèdre rouge et jaune en utilisant des concepts du folklore haïda et en créant des personnages et des animaux dans des scènes reflétant les traditions de sa famille.

    14.24 L'esprit de Haida Gwaii
    14.41 L'esprit de Haida Gwaii

    L'une des œuvres les plus connues de Reid est la sculpture en bronze, l'Esprit de Haida Gwaii (14.41), représentant le patrimoine des peuples autochtones de la région haïda. Il en a fabriqué un dans un bronze vert placé à l'aéroport de Vancouver et un autre en noir situé à l'ambassade du Canada à Washington, D.C. La pirogue mesure six mètres de long et environ quatre mètres de haut et pèse 5 000 kilogrammes. Le canot transporte The Raven, un filou ; la femme-souris assise sous la queue du corbeau ; le grizzli qui regarde le corbeau ; la mère ours, la femme du grizzli et les oursons Good Bear et Bad Bear ; l'oncle du corbeau, le castor, l'aigle, la grenouille, le loup ; un pagayeur humain ; et le point focal principal, un chaman qui porte vêtements traditionnels haïdas. La diversité des passagers à bord du canot reflète la tradition haïda d'interdépendance dans l'environnement naturel ; ils ne sont pas toujours en harmonie mais dépendent les uns des autres dans le monde.

    La sculpture en bronze de la mère ourse (14.41) représente la célèbre légende haïda selon laquelle une femme n'a pas respecté les ours locaux et a été forcée d'épouser le chef de l'ours, une histoire et une image que l'on retrouve fréquemment sur les mâts totémiques. Sculpté dans un gros morceau de cèdre jaune, Raven (14.43) est une puissante créature d'un mythe qui joue des tours sur le monde.

    Mère ours
    14.42 Mère ours
    Le Corbeau
    14.43 Le Corbeau