Skip to main content
Query

5.1 : Introduction à la protection et à la prévention des incendies

  • Page ID
    166546
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Feu

    Chaque année, environ 5 000 personnes perdent la vie à la suite d'un incendie. L'OSHA estime que près de 10 % de ces décès peuvent être attribués à des incendies sur le lieu de travail. La sous-partie F des normes de construction de 1926 est conçue pour protéger les travailleurs contre les risques associés aux incendies sur le lieu de travail, mais plus particulièrement pour les chantiers de construction et les travaux de construction. La sous-partie F contient des exigences relatives aux équipements de lutte contre les incendies sur les lieux de travail, aux issues de secours, aux plans d'urgence et de prévention des incendies sur les lieux de travail, à la formation des employés et à la manipulation et au stockage appropriés

    La sous-partie E et la sous-partie L de la norme générale de l'industrie se concentrent sur les sorties d'urgence et la planification des urgences tout en fournissant les exigences de la National Fire Protection Association (NFPA) intégrées dans le code du bâtiment et de sécurité. Par conséquent, la construction, le secteur maritime et l'agriculture sont exclus des exigences de cette norme.

    La science du feu - Types de feux

    Général

    Le triangle de feu classique est utilisé depuis des années pour représenter les trois éléments nécessaires à la survenue d'un incendie : chaleur, combustible et oxygène. Récemment, un tétraèdre d'incendie, une figure à quatre côtés, a remplacé le triangle (voir Figure 5.1.1). Le quatrième côté est la réaction chimique et représente une réaction chimique en chaîne qui se produit lors de la combustion de liquides inflammables ou combustibles et de gaz inflammables. Chacun des côtés représente l'une des quatre manières d'éteindre un incendie.

    L'élimination de la chaleur du feu, par exemple en ajoutant de l'eau ou d'autres produits chimiques, peut éteindre le feu. Il est un peu plus difficile de retirer le combustible du feu, par exemple pour les incendies de réservoirs de stockage de liquides. L'oxygène peut être retiré du feu en étouffant le feu et la réaction chimique du feu peut être interrompue, arrêtant ainsi la croissance du feu.

    Le tétraèdre du feu

    Cette image a été décrite dans le texte précédent
    Figure\(\PageIndex{1}\) : Le tétraèdre représentant les éléments d'une réaction en chaîne, à savoir l'oxygène, la chaleur, le combustible et les éléments d'une réaction en chaîne. (Source ; domaine public)

    Classification des incendies

    Les incendies sont classés dans les catégories A, B, C, D et K.

    Feux de classe A

    Les incendies de classe A se produisent dans des matériaux ordinaires tels que le bois, le papier et les chiffons. L'utilisation d'eau ou de solutions à base d'eau est la plus efficace pour éteindre ce type d'incendie.

    Feux de classe B

    Des incendies de classe B se produisent dans le mélange vapeur-air à la surface de liquides inflammables tels que l'essence, l'huile, la graisse et les diluants à peinture. Le moyen le plus efficace d'éteindre ces incendies est de limiter la quantité d'oxygène ou d'interrompre la réaction chimique en chaîne. Des jets d'eau solides sont susceptibles de propager le feu, mais dans certains cas, une buse à brouillard d'eau contenant une fine brume peut s'avérer efficace. En général, des produits chimiques ou des mousses secs et polyvalents sont utilisés pour éteindre ces incendies.

    Feux de classe C

    Des incendies de classe C se produisent à l'intérieur ou à proximité d'équipements électriques Les agents non conducteurs, tels que les agents extincteurs chimiques secs, le dioxyde de carbone et les agents d'extinction halogénés, sont couramment utilisés pour éteindre les incendies de classe C. Il ne faut pas utiliser de mousse ou de jets d'eau car ils sont de bons conducteurs.

    Feux de classe D

    Il existe également un incendie de classe D, mais ce type d'incendie n'est pas fréquent dans le secteur de la construction. Ces incendies se produisent dans des métaux combustibles tels que le magnésium, le titane, le sodium, etc.

    Des techniques et des équipements spécialisés doivent être utilisés pour contrôler et éteindre ces types d'incendies. Les agents extincteurs normaux ne doivent pas être utilisés car ils peuvent augmenter l'intensité de l'incendie.

    Feux de classe K

    Les feux de classe K impliquent des huiles végétales, des huiles animales ou des graisses présentes dans les appareils de cuisson. Les extincteurs de classe K sont conçus pour éteindre les incendies impliquant des huiles végétales, des huiles animales ou des graisses utilisées dans les appareils de cuisson commerciaux.

    Extincteurs portatifs

    Les équipements de lutte contre l'incendie, tels que les extincteurs portatifs, doivent être adaptés à la classe d'incendie dans laquelle ils doivent être utilisés. Les extincteurs de classe A sont identifiables par un triangle contenant la lettre « A » et, s'ils sont colorés, par la couleur verte. Les extincteurs de classe B sont identifiables par un carré contenant la lettre « B » et, s'ils sont colorés, par la couleur rouge. Les extincteurs de classe C sont identifiables par un cercle contenant la lettre « C » et, s'ils sont colorés, par la couleur bleue.

    Protection contre les incendies

    Responsabilité des employeurs

    L'employeur est responsable de l'élaboration d'un programme de protection contre les incendies à suivre pendant toutes les phases des travaux de construction et de démolition. En outre, l'employeur doit fournir l'équipement de lutte contre l'incendie tel que spécifié dans la présente sous-partie. En cas de risque d'incendie, la fourniture de l'équipement nécessaire ne doit pas être retardée.

    Dans la mesure où le projet le justifie, l'employeur doit fournir une organisation de lutte contre les incendies formée et équipée (sapeurs-pompiers) afin d'assurer une protection adéquate de la vie humaine.

    Accessibilité des équipements anti-incendie

    L'accès à tous les équipements de lutte contre les incendies disponibles doit être maintenu à tout moment. Tout le matériel de lutte contre les incendies fourni par l'employeur doit être placé bien en vue. Tous les équipements de lutte contre les incendies doivent être inspectés périodiquement et maintenus en état de fonctionnement. L'équipement défectueux doit être immédiatement remplacé.

    Alimentation en eau

    Une alimentation en eau temporaire ou permanente, d'un volume, d'une durée et d'une pression suffisants, nécessaire au bon fonctionnement de l'équipement de lutte contre l'incendie doit être mise à disposition dès que des matériaux combustibles s'accumulent. Lorsque des conduites d'eau souterraines doivent être fournies, elles doivent être installées, achevées et mises en service dès que possible.

    Exigences relatives aux extincteurs du site

    Un extincteur d'une valeur nominale d'au moins 2A doit être fourni pour chaque 3 000 pieds carrés de la zone protégée du bâtiment, ou pour la majeure partie de celle-ci. La distance à parcourir entre tout point de la zone protégée et l'extincteur d'incendie le plus proche ne doit pas dépasser 100 pieds. Un baril d'eau ouvert de 55 gallons avec deux seaux à incendie peut être remplacé par un extincteur de classe 2A.

    Un ou plusieurs extincteurs d'une valeur nominale d'au moins 2A doivent être installés à chaque étage. Dans les bâtiments à plusieurs étages, au moins un extincteur doit être situé à côté de l'escalier. Les extincteurs et les bidons à eau soumis au gel doivent être protégés contre le gel.

    Caractéristiques nominales des extincteurs

    Les valeurs nominales des extincteurs font référence à l'efficacité relative de l'extincteur par rapport à un gallon d'eau. Un extincteur 2A est donc deux fois plus efficace qu'un gallon d'eau ou aussi efficace que deux gallons d'eau sur un feu de matières combustibles ordinaires (feu de classe A). Un tuyau d'arrosage de jardin de 1/2 pouce de diamètre, ne dépassant pas 100 pieds de long et équipé d'une buse, peut être remplacé par un extincteur de classe 2A, à condition qu'il soit capable de décharger un minimum de cinq gallons par minute avec une plage de jet minimale de 30 pieds à l'horizontale. Les tuyaux de jardin doivent être montés sur des supports ou des bobines classiques. Le nombre et l'emplacement des supports à tuyaux ou des enrouleurs doivent être tels qu'au moins un jet de tuyaux puisse être appliqué à tous les points de la zone. La capacité des extincteurs doit être conforme à la norme ANSI/UL711, « Évaluation et essais d'incendie des extincteurs ».

    Liquides inflammables ou combustibles

    Un extincteur, d'une classe d'au moins 10B, doit être placé à moins de 50 pieds de tout endroit où plus de 5 gallons de liquides inflammables ou combustibles ou 5 livres de gaz inflammables sont utilisés sur le chantier. Cette prescription ne s'applique pas aux réservoirs de carburant intégrés des véhicules à moteur.

    Inspection et maintenance

    Les extincteurs portatifs doivent être inspectés périodiquement et maintenus en bon état de fonctionnement. L'employeur doit veiller à ce que les extincteurs portatifs soient maintenus à pleine charge et en état de marche et qu'ils soient conservés aux endroits désignés à tout moment, sauf pendant leur utilisation.

    L'employeur doit s'assurer que les extincteurs portatifs sont soumis à un contrôle de maintenance annuel. Les extincteurs à pression entreposés ne nécessitent pas d'examen interne. L'employeur doit enregistrer la date d'entretien annuelle et conserver cette date pendant un an après la dernière entrée ou la durée de vie de la coque, la valeur la plus courte étant retenue.

    Homologation des équipements d'extinction

    Les extincteurs, qui ont été répertoriés ou approuvés par un laboratoire d'essais reconnu au niveau national, doivent être utilisés pour répondre aux exigences de la sous-partie F.

    Entraînement

    Lorsque l'employeur a fourni des extincteurs portatifs à l'usage des employés sur le lieu de travail, il doit également fournir un programme éducatif visant à familiariser les employés avec les principes généraux de l'utilisation des extincteurs et les dangers liés à la lutte contre les incendies au stade initial. La formation doit avoir lieu dès l'embauche initiale et au moins une fois par an par la suite

    Démolition ou modifications

    Pendant la démolition ou les modifications, les installations de gicleurs automatiques existantes doivent être maintenues en service aussi longtemps que cela est raisonnable. Le fonctionnement des vannes de commande des gicleurs ne doit être autorisé que par des personnes dûment autorisées. La modification des systèmes de gicleurs pour permettre des modifications ou des démolitions supplémentaires doit être accélérée afin que la protection automatique puisse être remise en service le plus rapidement possible. Les vannes de commande des gicleurs doivent être contrôlées quotidiennement à la fin des travaux pour s'assurer que la protection est en service.

    Notification d'urgence

    Un système d'alarme, par exemple un système téléphonique, une sirène, etc., doit être mis en place par l'employeur afin que les employés du site et le service d'incendie local puissent être alertés en cas d'urgence. Le code d'alarme et les instructions de signalement doivent être affichés bien en évidence sur les téléphones et aux entrées des employés.

    Prévention des incendies

    Général

    Il est interdit de fumer à l'intérieur ou à proximité des installations qui présentent un risque d'incendie, et la mention « Interdiction de fumer ou flamme nue » doit être bien visible.

    Dispositifs d'extinction d'incendie portatifs

    Des dispositifs d'extinction d'incendie portatifs, adaptés au risque d'incendie concerné, doivent être installés à des endroits pratiques et bien visibles dans la zone de la cour. Les extincteurs portatifs, d'une valeur nominale d'au moins 2A, doivent être placés de telle sorte que la distance maximale à parcourir jusqu'à l'unité la plus proche ne dépasse pas 100 pieds.

    Matériaux stockés à l'extérieur

    Les matériaux combustibles installés dans des aires de stockage ouvertes doivent être empilés en tenant dûment compte de la stabilité des pieux et ne doivent en aucun cas dépasser 20 pieds. La méthode d'empilage doit être solide dans la mesure du possible et en pieux ordonnés et réguliers. Aucun matériau combustible ne doit être entreposé à l'extérieur à moins de 10 pieds d'un bâtiment ou d'une structure.

    Matériaux stockés à l'intérieur

    Le stockage dans des locaux intérieurs ne doit pas obstruer ni nuire aux moyens de sortie. Tous les matériaux doivent être entreposés, manipulés et empilés en tenant dûment compte de leurs caractéristiques de résistance au feu. Les matériaux incompatibles susceptibles de créer un risque d'incendie doivent être séparés par une barrière ayant une résistance au feu d'au moins une heure.

    Les matériaux entreposés à l'intérieur doivent être empilés afin de minimiser la propagation du feu à l'intérieur et de permettre un accès pratique pour la lutte contre les incendies. Un empilage stable doit être maintenu en tout temps. L'espace entre les allées doit être maintenu de manière à accueillir en toute sécurité le véhicule le plus large pouvant être utilisé dans le bâtiment à des fins de lutte contre les incendies.

    Un espace libre de 24 pouces doit être maintenu autour de la trajectoire des portes coupe-feu, à moins qu'une barricade ne soit prévue, auquel cas aucun dégagement n'est nécessaire. Le matériel ne doit pas être entreposé à moins de 36 pouces de l'ouverture d'une porte coupe-feu.

    Un espace doit être maintenu autour des lampes et des unités de chauffage pour empêcher l'inflammation des matériaux combustibles. Un espace libre d'au moins 36 pouces doit être maintenu entre le niveau supérieur du matériel stocké et les déflecteurs des arroseurs.

    Liquides inflammables et combustibles

    Général

    Seuls des conteneurs et des citernes mobiles agréés doivent être utilisés pour le stockage et la manipulation de liquides inflammables et combustibles. Des bidons de sécurité en métal approuvés doivent être utilisés pour la manipulation et l'utilisation de liquides inflammables en quantités supérieures à un gallon, sauf que cela ne s'applique pas aux matières liquides inflammables, qui sont très visqueuses (extrêmement difficiles à couler), qui peuvent être utilisées et manipulées dans les conteneurs d'expédition d'origine. Pour les quantités d'un gallon ou moins, seul le contenant d'origine ou les bidons de sécurité en métal approuvés doivent être utilisés pour le stockage, l'utilisation et la manipulation de liquides inflammables.

    Rangement

    Pas plus de 25 gallons de liquides inflammables ou combustibles doivent être stockés dans une pièce à l'extérieur d'une armoire de rangement approuvée. Le câblage et l'équipement électriques situés à l'intérieur des locaux de stockage doivent être approuvés pour les emplacements dangereux de classe 1, division 1.

    Les liquides inflammables ou combustibles ne doivent pas être stockés dans les zones utilisées pour les sorties, les escaliers ou normalement utilisées pour le passage en toute sécurité des personnes. Les matériaux susceptibles de réagir avec l'eau et de créer un risque d'incendie ne doivent pas être entreposés dans la même pièce que des liquides inflammables ou combustibles.

    Aux endroits où des vapeurs inflammables peuvent être présentes, des précautions doivent être prises pour empêcher l'inflammation en éliminant ou en contrôlant les sources d'inflammation. Les sources d'inflammation peuvent inclure les flammes nues, la foudre, la fumée, le découpage et le soudage, les surfaces chaudes, la chaleur due au frottement, les étincelles (statiques, électriques et mécaniques), l'inflammation spontanée, les réactions chimiques et physico-chimiques et la chaleur rayonnante.

    L'équipement situé dans des zones dangereuses classées (classe I, classe II, classe III) doit également être adapté à ces emplacements et ne pas permettre l'inflammation de vapeurs, de gaz ou de poussières combustibles.

    Protection et prévention des incendies — Définitions

    Approuvé aux fins de cette sous-partie : Équipement répertorié ou approuvé par un laboratoire d'essais reconnu au niveau national (NRTL) tel que Factory Mutual Engineering Corp., ou Underwriters' Laboratories, Inc. ou des agences fédérales telles que le Bureau of Mines ou la Garde côtière américaine, qui émet approbations pour de tels équipements.

    Liquides combustibles : Tout liquide dont le point d'éclair est égal ou supérieur à 140 °F (60 °C) et inférieur à 200 °F (93,4 °C).

    Liquides inflammables : Tout liquide dont le point d'éclair est inférieur à 140 °F et dont la pression de vapeur ne dépasse pas 40 livres par pouce carré (valeur absolue) à 100 °F.

    Point d'éclair : Température à laquelle il dégage une vapeur suffisante pour former un mélange inflammable avec l'air à proximité de la surface du liquide ou à l'intérieur du récipient utilisé, déterminée par une procédure et un appareil d'essai appropriés.

    Température d'inflammation : température minimale requise pour amorcer ou provoquer une combustion autonome. La température d'inflammation de certains matériaux courants est indiquée ci-dessous :

    Températures d'inflammation de certains matériaux
    Matériau Température d'inflammation
    Journal 446 °F
    Baton en coton 450 °F
    Essence 500 À 850 °F
    Sciure 400 À 500 °F

    Limite inférieure d'explosivité (LEL) : concentration minimale de vapeur dans l'air ou l'oxygène en dessous de laquelle la flamme ne se propage pas au contact d'une source d'inflammation.

    Bidon de sécurité : Un contenant fermé approuvé, d'une capacité maximale de 5 gallons, doté d'un écran antiflash, d'un couvercle à ressort et d'un couvercle à bec verseur et conçu de manière à relâcher la pression interne en cas d'exposition au feu en toute sécurité. Les contenants en plastique peuvent être utilisés à condition qu'ils soient « approuvés ».

    Limite supérieure d'explosivité (UEL) : concentration maximale dans l'air ou l'oxygène en dessous de laquelle la flamme ne se propage pas au contact d'une source d'inflammation.

    Liaison électrique : Pratique qui consiste à connecter électriquement intentionnellement tous les éléments métalliques exposés qui ne sont pas conçus pour transporter l'électricité dans une pièce ou un bâtiment afin de les protéger contre les chocs électriques et contre l'accumulation de charges électrostatiques.

    Mise à la terre des installations électriques : pour s'assurer que les personnes présentes dans la zone ne sont pas exposées à des tensions électriques dangereuses. Fournir une capacité de transport de courant capable d'accepter le courant de défaut de sol sans créer de risque d'incendie ou d'explosion.