Skip to main content
Query

10.4 : Institutions sociales

  • Page ID
    166789
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    10.4 : Institutions sociales

    Identités religieuses du Moyen-Orient

    Environ 55 % de la population mondiale professent l'une des principales confessions monothéistes du Moyen-Orient (2,2 milliards de chrétiens ; 1,6 milliard de musulmans ; 14 millions de juifs). Ces religions sont appelées « religions abrahamiques » parce que chacune trouve son origine dans le prophète hébreu Abraham. Les similitudes entre les religions abrahamiques et les autres groupes religieux peuvent être attribuées à des histoires, des valeurs et des pratiques culturelles communes. Aujourd'hui, le Moyen-Orient est marqué par les conflits et l'antagonisme, mais il existe de nombreuses visions du monde partagées au sein de ces religions, en plus des différences. Par exemple, toutes ces religions considèrent que le mont du Temple à Jérusalem est au cœur de leurs traditions et de leur compréhension de la spiritualité.

    Vue aérienne du mont du Temple, sacré pour les juifs, les chrétiens et les musulmans.

    Figure\(\PageIndex{1}\) : Vue aérienne du « Mont du Temple », lieu sacré pour les juifs, les chrétiens et les musulmans. (CC BY-SA 4.0 ; Godot13 (Andrew Shiva) via Wikimedia)

    La religion a été une force sociale puissante dans la région parce que, notamment par le passé, l'identité religieuse s'est rapprochée d'une ethnie au Moyen-Orient, définissant l'identité culturelle et la spiritualité de chacun. Il existe des aspects culturels généraux communs au judaïsme, au christianisme et à l'islam. Ils ont chacun :

    • ont été fondés par une ou plusieurs personnes sémitiques ;
    • Faites référence au même Dieu : Yahvé en hébreu ; Jéhovah en anglais ; Allah en arabe ; Khuda en persan.
    • Utilisez des concepts similaires de justice. Par exemple, l'idée qu'il faut toujours considérer Dieu comme étant présent lorsqu'on juge. Hormis le meurtre, l'adultère et le vol, le fait de porter de faux témoignages a été l'un des crimes les plus graves commis dans les sociétés à l'origine de ces religions.

    L'islam et le judaïsme présentent plus de similitudes doctrinales qu'ils n'en ont avec le christianisme, en particulier en ce qui concerne leurs concepts de monothéisme (Dieu étant sans progéniture ni partenaire — il s'agit d'une référence spécifique à la sourate al-Ikhlas du Coran en islam), leurs systèmes juridiques et leur rigueur restrictions à la vie et à la pratique quotidiennes, telles que leurs protocoles alimentaires. Cependant, contrairement au judaïsme, l'islam et le christianisme sont des religions universelles, c'est-à-dire qu'il n'est pas nécessaire d'y être né pour participer à la religion. La grille de comparaison religieuse suivante indique les principaux domaines de similitude et de différence entre eux.

    Figure\(\PageIndex{2}\) : Tableau de comparaison des religions abrahamiques. (CC BY-SA 4.0 ; via Payind et McClimans)

    Tableau de comparaison des religions abrahamiques

    Croyance/Pratique Judaïsme Le christianisme Islam
    Concept de Dieu, monothéisme Un seul dieu, considéré comme créateur et gardien de l'univers. Le culte de tout autre dieu est découragé en interdisant les images d'humains et d'animaux qui pourraient être des idoles. Un seul dieu, considéré comme créateur et gardien de l'univers. Dieu comme cause de l'immaculée conception de Marie et « père » de Jésus. Un seul dieu, considéré comme créateur et gardien de l'univers. Dieu n'a pas de partenaire, pas de descendance. Le culte de tout autre dieu ou idole est strictement interdit. Le culte de tout autre dieu est découragé en interdisant les images d'humains et d'animaux qui pourraient être des idoles.
    Messagers de Dieu/Prophètes Croire aux prophètes de Dieu. Croire aux prophètes de Dieu. Jésus est considéré comme le Fils de Dieu. Croire aux prophètes de Dieu. Croyance que Muhammad est le dernier des prophètes de Dieu. Jésus est considéré comme un prophète.
    Calendrier du culte ou du rassemblement communautaire hebdomadaire. Il s'agit d'un jour de repos, du vendredi soir au samedi soir étant une période de repos obligatoire par rapport au travail quotidien normal. Les services de synagogue du samedi sont des heures réservées à la communauté. C'est un jour de repos, de culte communautaire le dimanche. Il s'agit d'un jour de repos obligatoire par rapport au travail quotidien normal. Le vendredi est le jour de la prière en groupe. Le travail est toutefois autorisé.
    Écriture Torah (y compris les dix commandements). Torah (y compris les dix commandements) ; Nouveau Testament. Torah (y compris les dix commandements) ; Psaumes ; Évangiles de la Bible chrétienne ; Coran
    Au-delà de la vie/Eschatologie Jour du Jugement, ci-après Jour du Jugement, Au-delà, Ciel, Enfer, Purgatoire, Limbes Jour du Jugement, ci-après
    Histoires d'origine humaine Adam et Eve en tant que premiers humains ; le grand déluge ; Adam et Eve en tant que premiers humains ; le grand déluge ; Adam et Eve en tant que premiers humains ; le grand déluge ;
    Aumône Donner la dîme ou donner une partie de votre patrimoine à ceux qui sont dans le besoin. La dîme, ou le fait de donner une partie de votre santé à ceux qui en ont besoin. L'aumône, ou Zaka, est l'un des cinq piliers
    Circoncision Obligatoire pour les hommes. Non obligatoire. Obligatoire pour les hommes.
    pèlerinage Était nécessaire, jusqu'à ce que le temple de Jérusalem soit détruit. pas obligatoire. de nombreux sites de pèlerinage, cependant. nécessaires à La Mecque. Tombes et sanctuaires pouvant également être des lieux de pèlerinage.
    Utilisation rituelle de l'eau Des ablutions avant la prière et, traditionnellement, avant d'entrer dans le temple de Jérusalem. L'eau bénite est utilisée avant d'entrer dans une église, pour bénir les fidèles pendant la messe et pour baptiser. Les ablutions sont obligatoires avant la prière.
    Les attentes messianiques Le roi reviendra un jour. Jésus reviendra le jour du Jugement Les chiites s'attendent à ce que l'imam, ou Mahdi, bien guidé, revienne.
    Entités surnaturelles Anges Anges, Satan/Lucifer Anges, djinns, Satan ou Shaytan/Iblis
    Jeûne et restrictions alimentaires Jeûner pour Yom Kippour. Restrictions et exigences multiples en matière de préparation, y compris la manière d'abattre les animaux. Pas de porc. Usage rituel d'alcool. Jeûner pour le carême Le christianisme orthodoxe oriental exige un régime végétarien pour le carême. Le porc est autorisé. Usage rituel d'alcool. Jeûner pour le Ramadan Restrictions et exigences multiples en matière de préparation, y compris la manière d'abattre les animaux. Pas de porc. Pas d'alcool.

    Diversité religieuse

    Au sein de chacune de ces religions, il existe une immense diversité. Par exemple, beaucoup ne savent pas à quel point l'État d'Israël est diversifié en réalité. Les citoyens israéliens peuvent être juifs, musulmans, druzes ou chrétiens. Ils peuvent également être arabes, en plus de tous les héritages ethniques du monde. En général, les juifs d'origine européenne sont appelés juifs ashkénazes, tandis que les juifs du Moyen-Orient sont appelés juifs séfarades, ou Mizrachim. Les principes fondamentaux de la Torah sont partagés par toutes les communautés juives, mais les pratiques qui les entourent varient d'une communauté à l'autre.

    De même, il existe une grande diversité au sein des pays à majorité musulmane et au sein de la population musulmane mondiale dans son ensemble. Plusieurs communautés suivent des pratiques religieuses qui mettent l'accent sur des aspects différents de ceux de l'islam traditionnel, se sont séparées en une théologie ou associent des théologies à d'autres religions :

    • Le chiisme alaouite : une forme de chiisme, mais davantage centrée sur la vénération d'Ali. Il existe de nombreuses communautés en Syrie et en Turquie
    • La foi druze : fondement islamique, mais pratiques et théologie radicalement différentes
    • La foi bahaïe : liée à l'islam chiite, reconnaissant toutefois un prophète qui est venu après Mahomet.
    • Le yazidisme ; combinaison de l'islam, de la tradition zoroastrienne et d'autres traditions

    Ces facettes de la diversité montrent combien de personnes de couleur il y a et ont vécu au Moyen-Orient, et combien il peut être difficile de généraliser sur la vision religieuse d'un pays, voire d'une petite région d'un pays. Aux États-Unis et dans d'autres pays du monde, de nombreux immigrants du Moyen-Orient représentent des communautés minoritaires du Moyen-Orient.

    Les communautés chrétiennes des pays du Moyen-Orient sont peut-être les communautés les moins représentées dans les principales sources d'information. Les Assyriens, les Arméniens, les Coptes et d'autres groupes culturels majoritairement chrétiens sont de plus en plus minoritaires dans les pays à majorité musulmane alors que nombre de leurs communautés font partie de la diaspora. Seuls les Arméniens ont leur propre État-nation. Les communautés chrétiennes du Moyen-Orient sont plus importantes aux États-Unis, car elles représentent un pourcentage plus élevé du nombre total de personnes ayant émigré du Moyen-Orient vers les États-Unis que les musulmans. Par conséquent, il est plus probable que l'on rencontre un chrétien d'origine moyen-orientale aux États-Unis que dans la région. Comme dans les exemples ci-dessous.

    Photographie d'André Agassi jouant au tennis.

    Figure\(\PageIndex{3}\) : André Agassi, célèbre joueur de tennis américain d'origine iranienne, assyrienne et arménienne. (CC BY-SA 2.5 ; Akademan via Wikimedia)
    Photographie de Paula Abdul.

    Figure\(\PageIndex{4}\) : Paula Abdul, chanteuse américaine d'origine judéo-syrienne. (CC BY-SA 3.0 ; Toglenn via Wikimedia)

    Nous abordons plus en détail l'islam et les pratiques islamiques en raison de l'impact que l'islam a eu sur tous les membres de la société (y compris les non-musulmans) et de la nécessité de corriger les stéréotypes omniprésents sur les musulmans.

    Qu'est-ce que la Charia ?

    La loi islamique, ou charia, guide les pratiques religieuses des communautés musulmanes et peut également servir de base au gouvernement. La charia demeure un guide important de la vie quotidienne pour de nombreux musulmans, mais sa législation se trouve désormais en dehors du système juridique de la plupart des pays à majorité musulmane, avec des niveaux d'implication et d'influence différents. Dans certains cas, la charia est restée le gouvernement et le système juridique de l'État, comme en Arabie saoudite. Dans toute communauté musulmane, cependant, les préceptes de bonne conduite de l'islam restent primordiaux. Les cinq piliers constituent le fondement d'une pratique religieuse appropriée et sont les suivants (par ordre d'importance) :

    1. Shahada, ou Déclaration de foi ;
    2. Salat, ou prière (5 fois par jour) ;
    3. Saum, ou jeûne (surtout pendant le mois de Ramadan) ;
    4. Zakat, ou aumône (2,5 % de ses revenus devraient aller à ceux qui en ont besoin, à condition d'en avoir autant après avoir subvenu à ses propres besoins, à ceux de sa famille immédiate et à ceux de la communauté environnante) ;
    5. Haj, ou pèlerinage (si l'on a les moyens de santé et les moyens financiers, un musulman est tenu de se rendre à La Mecque une fois dans sa vie, pendant le mois d'aj et d'accomplir un ensemble spécifique de rituels)

    Dans l'Islam, la seule condition requise pour devenir musulman est le premier pilier, qui consiste simplement à prononcer la Shahada, ou Déclaration de foi (traduction, Payind) : « Je témoigne qu'il n'y a pas d'autre Dieu que le Dieu unique. Je témoigne que Muhammad est le serviteur messager de Dieu. »

    Image de la Shahada en calligraphie arabe.
    Figure\(\PageIndex{5}\) : Image de la Shahada en calligraphie arabe. (CC PDM 1.0 ; via Pixabay)

    Au-delà des cinq piliers, la vie morale comprend toutefois les principes du Coran et l'exemple donné par le prophète Mahomet, qui constituent le fondement moral des pratiques et des lois destinées à guider tous les aspects de la vie individuelle, des familles et de la société dans son ensemble. Ces principes pour mener une vie correcte nécessitent souvent une lutte morale pour être atteints. Cela se rapporte à un devoir de l'Islam appelé djihad.

    Le concept du djihad

    Le djihad signifie lutte : il peut être interne et spirituel/moral, ou externe et physique/combat. La lutte intérieure est considérée comme le « Grand Jihad », ou Jihad al-Akbar, en raison de sa plus grande difficulté et de sa plus grande importance dans la vie d'un musulman. Le Jihad al-Akbar est vénéré par les musulmans. L'autre sens du djihad, lié à la guerre contre un ennemi, est le moindre djihad, ou Jihad al-Asghar. Il s'agit de la lutte contre l'injustice, l'oppression ou l'invasion, et elle permet le recours à la force militaire. Jihad al-Asghar jouit d'une plus grande renommée en Occident, en raison de trois facteurs puissants :

    1. Les groupes extrémistes djihadistes dans les médias,
    2. Les conflits européens entre l'Europe et ce qu'ils appelaient « l'islam », que l'on appelait à l'époque « guerre sainte » (le djihad continue d'être traduit par « guerre sainte » pour cette raison).
    3. Les stéréotypes selon lesquels les musulmans sont des agresseurs colériques et violents envahissent la base de connaissances occidentale en raison de cette histoire et du renforcement de ces images par le biais de divers médias.

    À la suite des attentats du 11 septembre 2001 par le groupe terroriste Al-Qaïda, le mot « djihad » est devenu un terme controversé associé aux extrémistes qui justifient leurs actions violentes dans le cadre d'un projet politique ou d'une guerre de religion contre des non-croyants. Malgré les multiples et nombreuses applications bienveillantes du concept de djihad, il est aujourd'hui souvent étroitement associé à une forme de guerre sainte ou au sacrifice de sa vie pour l'amour de Dieu.

    Al-Qaïda (la « base » ou la « fondation ») est un réseau terroriste d'extrémistes islamiques et de djihadistes salafistes (un groupe dissident de l'islam sunnite). L'extrémisme islamique n'est pas la même chose que l'islam. L'islam, par définition, est pacifique. Al-Qaïda s'est formée pendant la guerre soviéto-afghane (1979-1989) et a eu une forte présence à plusieurs reprises dans différentes régions du Moyen-Orient. Il est lié à l'Etat islamique (État islamique en Irak et en Syrie), également appelé État islamique en Irak et au Levant, ou État islamique, qui contrôlait récemment de vastes zones en Irak et en Syrie, mais a perdu la quasi-totalité de son territoire significatif en mars 2019. L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité des attentats-suicides de Pâques au Sri Lanka, qui ont fait plus de 250 morts dans des églises et des hôtels, et a également été lié à des activités terroristes au Congo, aux Philippines, au Nigéria, en Libye et dans certaines parties de l'Égypte. Il est important de noter qu'Al-Qaïda et d'autres groupes terroristes ou sectes dissidentes ne sont pas représentatifs de l'islam dans son ensemble, tout comme les terroristes chrétiens extrémistes tels que le bombardier d'Oklahoma City Timothy McVeigh ne sont pas représentatifs des croyances chrétiennes dominantes.