Skip to main content
Query

3.3 : Intersectionnalité

  • Page ID
    166836
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Intersectionnalité et stratification

    Dans la théorie de l'intersectionnalité, un individu possède de multiples identités qui se recoupent. Ces identités sont influencées par les appartenances à des groupes telles que le sexe, la classe, la race, la sexualité, l'ethnicité, les capacités, la religion, la nativité, l'identité de genre, etc. (Case, 2013). Les identités croisées placent un individu dans un lieu social particulier. Les individus peuvent avoir des expériences similaires avec d'autres personnes au sein d'une même communauté, par exemple des expériences similaires à celles d'autres personnes de leur pays d'origine, mais leurs expériences peuvent également être très différentes selon les autres identités qu'ils possèdent. Prenons l'exemple d'une immigrante lesbienne à la peau foncée, de la classe moyenne et originaire d'Amérique centrale ; toutes ses identités se combinent pour créer son expérience unique qui peut varier considérablement de celle des autres immigrants d'Amérique centrale.

    Les axes d'oppression sont décrits plus en détail ci-dessous
    Figure\(\PageIndex{1}\) : Schéma adapté par Natalya D. D'après Morgan, K.P. (1996). Décrire les nouveaux vêtements de l'Emporaro : trois mythes de l' (in) égalité en matière d'éducation. Dans A. Diller (éd.). La question du genre dans l'éducation : théorie, pédagogie et politique. Boulder, Colorado : Westview. (Schéma créé par Natalya D. via Intersectionality)

    Classe et travail

    L'étape la plus critique vers le bien-être économique consiste à obtenir un emploi adéquat. Les immigrés représentent plus de 17 % de la population active des États-Unis, bien qu'ils ne représentent que 13 % de la population (Migration Policy Institute, 2013). Le taux de chômage des personnes nées à l'étranger est actuellement de 5,6 %, alors qu'il est de 6,3 % pour les personnes nées dans le pays (Bureau of Labor Statistics des États-Unis, 2015). Bien que les immigrés aient des taux d'activité relativement élevés, les opportunités et les avantages qui s'offrent à eux dépendent du niveau d'emploi qu'ils peuvent obtenir. Nous aborderons chacun à tour de rôle.

    Des enfants immigrés à Ellis Island.
    Figure\(\PageIndex{2}\) : Enfants immigrés à Ellis Island (CC BY 2.0 ; David Fulmer (daveynin) via Flickr)

    Main-d'œuvre peu qualifiée

    Les immigrants constituent la moitié de la main-d'œuvre peu qualifiée aux États-Unis (Bureau of Labor Statistics des États-Unis, 2011). En 2005, on a estimé que les immigrés sans papiers représentaient 23 % de la main-d'œuvre peu qualifiée (Capps, Fortuny et Fix, 2007). Les travailleurs immigrés peu qualifiés ont tendance à être surreprésentés dans certaines industries, en particulier celles où les salaires sont moins élevés. Le tableau\(\PageIndex{3}\) présente la main-d'œuvre née à l'étranger par profession.

    Tableau\(\PageIndex{3}\) : Migration Policy Institute (MPI) (tabulation des données du Bureau du recensement des États-Unis 2013 ACS)
    Profession Proportion de travailleurs nés à l'étranger exerçant une profession (%) Proportion de travailleurs nés dans le pays exerçant une profession (%)
    Management, professionnel et connexes 29,8 37,7
    Un service 25.1 17
    Ventes et bureaux 17.1 25,6
    Production, transport et transport de matériel 15,2 11,6

    Ressources naturelles, construction et entretien

    12,9 8.1

    Environ 20 % des travailleurs immigrés travaillent dans les secteurs de la construction, de la restauration et de l'agriculture (Singer, 2012). Plus de la moitié des travailleurs employés dans les ménages privés sont des immigrés, et les immigrés représentent également un tiers des travailleurs du secteur de l'hôtellerie (Newbuger et Gryn, 2009). La majorité des postes dans ces industries sont des emplois à bas salaires.

    Photo d'un ouvrier agricole à la ferme South Central à Los Angeles
    Figure\(\PageIndex{4}\) : South Central Farm à Los Angeles, l'un des plus grands jardins urbains des États-Unis. (CC BY 2.5 ; Jonathan McIntosh via Wikimedia)

    Main-d'œuvre moyennement et hautement qualifiée

    Les travailleurs immigrés plus instruits et plus qualifiés peuvent obtenir des emplois bien rémunérés et offrant une stabilité d'emploi, tels que ceux dans les domaines de la santé, de la fabrication de haute technologie, des technologies de l'information et des sciences de la vie. Les travailleurs immigrés suivent le rythme de la main-d'œuvre née au pays dans ces industries hautement qualifiées (Singer, 2012). Par rapport à leurs pairs nés dans le pays, les immigrants sont titulaires d'un baccalauréat et d'un diplôme d'études supérieures à des taux similaires, soit 30 % et 11 % respectivement (Singer, 2012).

    Photo d'une pomme portant le nom Google
    Figure\(\PageIndex{5}\) : « Google-Apple » (CC BY-NC-SA 2.0 ; tuaulamac via Flickr)

    Obstacles à l'amélioration de l'emploi

    Les principaux obstacles à l'accès à des emplois mieux rémunérés pour les immigrants sont le manque d'éducation et le manque de capacité à parler anglais. Environ 29 % des travailleurs immigrants ne sont pas titulaires d'un diplôme d'études secondaires, contre seulement 7 % de leurs pairs nés dans le pays (Singer, 2012). En outre, environ 46 % des travailleurs immigrés se considéreraient comme des locuteurs d'anglais limités (Capps, Fix, Passel, Ost et Perez-Lopez, 2003). Plus de 62 % des travailleurs immigrés occupant des emplois faiblement rémunérés parlent peu l'anglais, contre seulement 2 % des travailleurs nés dans le pays occupant des emplois faiblement rémunérés (Capps, Fix, Passel, Ost et Perez-Lopez, 2003). Une étude menée par la Fondation Robert Wood Johnson (Garrett, 2006) a révélé qu'il est extrêmement difficile pour les réfugiés de passer d'un emploi peu rémunéré à un emploi mieux rémunéré après s'être adaptés à la vie aux États-Unis, car nombre d'entre eux ne maîtrisent pas l'anglais et ne sont pas scolarisés. Il est difficile pour les immigrés de poursuivre leurs études ou leur formation, en raison de la nécessité pressante de travailler pour subvenir aux besoins de leur famille. Quitter la main-d'œuvre pour suivre une formation peut les rendre financièrement vulnérables.

    Les travailleurs immigrés qui ont un salaire moyen sont toujours défavorisés. Par rapport à ses pairs nés dans le pays qui gagnent un revenu médian de 820 dollars par semaine, un travailleur immigrant salarié à temps plein gagne 664 dollars par semaine (Bureau of Labor Statistics des États-Unis, 2015). De plus, ces travailleurs gagnent 12 % de moins en salaire horaire que leurs homologues nés dans le pays ; cet écart salarial est de 26 % en Californie, État qui compte la plus grande main-d'œuvre immigrée, soit 37 % (Bohn et Schiff, 2011).

    Ces désavantages salariaux sont dus en partie à la discrimination de l'employeur. En 1996, la loi sur la réforme de l'immigration illégale et la responsabilité des immigrants (IRCA) a introduit des restrictions supplémentaires sur la vérification de l'éligibilité à l'emploi, y compris des sanctions pour les employeurs qui embauchent des immigrés sans papiers. Bien qu'il soit illégal pour un employeur de faire de la discrimination fondée sur l'origine nationale ou le statut de citoyenneté, de nombreux employeurs ont choisi d'éviter d'embaucher des personnes qui semblaient étrangères, afin d'éviter des sanctions. Un rapport du General Accounting Office des États-Unis soumis au Congrès a révélé que 19 % des employeurs (environ 891 000 employeurs) ont reconnu avoir discriminé des personnes sur la base de la langue, de l'accent, de l'apparence ou de la citoyenneté par crainte de violer l'IRCA.

    Les travailleurs immigrés sont également confrontés à des taux élevés de violations salariales et professionnelles. Une étude portant sur les violations sur le lieu de travail dans trois grandes métropoles des États-Unis (Chicago, Los Angeles et New York) a révélé que les travailleurs immigrés étaient deux fois plus susceptibles de subir une violation du salaire minimum que leurs pairs nés dans le pays (Bernhardt, Milkman, Theodore, Heckathorn, Auer, DeFilippis, González, Narro, Perelshteyn, Polson et Spiller, 2008). Une autre étude menée par Orrenius et Zavodny (2009) a également révélé que les immigrants sont plus susceptibles d'être employés dans des industries dangereuses que leurs pairs nés dans le pays, et qu'ils sont également victimes d'un plus grand nombre de blessures et de décès sur le lieu de travail. Dans ces blessures, des compétences limitées en anglais sont un facteur contributif. Ces travailleurs peuvent avoir peur de parler pour eux-mêmes alors que leur gagne-pain est en jeu et se retrouvent à la merci des autres. Les travailleurs immigrés ont cruellement besoin d'être représentés, mais ils y ont rarement accès. Seulement 10 % de la main-d'œuvre immigrée est représentée par des syndicats, contre 14 % de la main-d'œuvre née dans le pays (Batalova, 2011).

    Enfin, comme l'a évalué et conclu JooHee (2020), « je trouve que les immigrants dont le teint est plus foncé sont plus pénalisés dans le processus de migration vers les États-Unis en raison de leur mobilité professionnelle descendante plus prononcée que ceux dont le teint est plus clair ». Bien que tous les immigrants ne soient pas confrontés à une discrimination fondée sur leur statut juridique et/ou leurs limitations linguistiques, le phénotype, en tant que marqueur identifiable de la race, a un impact sur tous les immigrants car il est immédiatement visible/perceptible.

    Santé et santé mentale

    Bien que les immigrants aient des taux d'activité élevés, ils sont moins susceptibles que leurs pairs nés dans le pays de bénéficier d'une assurance maladie (Derose, Bahney, Lurie et Escarce, 2009). Aux États-Unis, peu de services sont aussi cruciaux et complexes que le système de santé, qui continue d'être un indicateur majeur de réussite socio-économique. L'incapacité d'une personne à accéder aux services de santé et à les utiliser est une indication claire des besoins critiques non satisfaits et des obstacles qui entravent la capacité de s'intégrer et de participer avec succès à la société. Les immigrants sont confrontés à des obstacles importants en matière d'accès aux soins de santé, notamment un accès restreint aux services de santé publics, des difficultés linguistiques et des différences culturelles.

    Un médecin de l'armée de l'air fournit des services par l'intermédiaire
    Figure\(\PageIndex{6}\) : Un médecin de l'Air Force fournit des services par l'intermédiaire d'un interprète (CC PDM 1.0 ; sergente Veronica Pierce via Wikimedia)

    Utilisation réduite des soins de santé

    Les dépenses totales de santé sont inférieures pour les adultes immigrants que pour leurs pairs nés dans le pays (Derose et coll., 2009). De plus, les immigrants sont moins susceptibles de signaler une source ou un fournisseur régulier de soins de santé et de faire état d'une moindre utilisation des soins de santé que leurs pairs nés dans le pays (Derose et al., 2009). Cela signifie que, dans l'ensemble, les immigrants ont moins accès aux soins de santé et les utilisent moins que la plupart des personnes nées dans le pays.

    Les immigrés sans papiers ont des taux particulièrement faibles d'assurance maladie et d'utilisation des soins de santé (Ortega, Fang, Perez, Rizzo, Carter-Pokras, Wallace et Gelberg, 2007). Les Latinos/AS sans papiers consultent moins de médecins chaque année que les Latinos/AS nés dans leur pays d'origine (Ortega et al., 2007). Les immigrants sans papiers sont plus susceptibles que les immigrants en situation régulière ou les personnes nées dans le pays de déclarer qu'ils ont de la difficulté à comprendre leur médecin ou qu'ils pensent qu'ils obtiendraient de meilleurs soins s'ils appartenaient à une race ou à une ethnie différente. Malgré leur faible taux de consommation, les immigrés ont besoin de soins de santé. Les enfants d'immigrants sont également plus de deux fois plus susceptibles que les enfants d'autochtones d'être en « bonne » ou « mauvaise » santé (Reardon-Anderson, Capps et Fix, 2002).

    Le statut juridique limite l'éligibilité aux prestations de santé

    Le statut d'immigrant est un critère juridique important qui peut entraver l'accès aux prestations de santé. La Personal Responsibility and Work Opportunity Reconciliation Act (PRWORA), adoptée en 1996, a restreint l'éligibilité des immigrés à Medicaid. Les immigrés ne peuvent pas bénéficier d'une couverture, sauf en cas d'urgence médicale, au cours de leurs cinq premières années dans le pays. Les États peuvent choisir d'octroyer une aide sur leurs propres fonds, mais aucun fonds fédéral de protection sociale ne peut être utilisé pour les soins de santé des immigrants. La réforme stipulait également que l'éligibilité d'un immigrant aux services publics dépendrait du revenu du parrain de l'immigrant, qui pourrait être tenu financièrement responsable des avantages publics utilisés par l'immigrant. Enfin, la loi exigeait que les États ou les administrations locales qui financent les prestations destinées aux immigrés sans papiers prennent des mesures pour identifier leur éligibilité (Derose, Escarce et Lurie, 2007). Ainsi, les prestations de santé et l'assurance pour la plupart des immigrés dépendent fortement de leur éligibilité par le biais de l'emploi.

    Santé mentale

    Les familles immigrent aux États-Unis pour diverses raisons. Certains immigrants volontaires peuvent choisir de quitter leur pays d'origine à la recherche de meilleures opportunités, tandis que d'autres sont contraints de fuir en raison de la guerre, de l'oppression politique ou de problèmes de sécurité. Certaines familles parviennent à rester ensemble tout au long de leur voyage, mais nombre d'entre elles sont divisées ou séparées par le processus de migration. Cela est particulièrement vrai pour les familles de réfugiés dont la migration est involontaire, précipitée et traumatisante (Rousseau, Mekki-Berrada et Moreau, 2001). Les réfugiés en particulier peuvent avoir survécu à des événements traumatisants et à des violences, notamment à la guerre, à la torture, à de multiples relocalisations et à des réinstallations temporaires dans des camps de réfugiés (Glick, 2010 ; Jamil, Hakim-Larson, Farrag, Kafaji et Jamil, 2002 ; Keys et Kane, 2004 ; Steel, Chey, Silove, Marnane, Bryant et Van Ommeren, 2009). La nature destructrice de la guerre « implique une réorganisation complète de la famille et de la société autour d'une situation traumatisante de longue durée » (Rousseau et al., 2001, p. 1264) et les individus et les familles peuvent continuer à subir un stress traumatique lié à la famille laissée pour compte et à des conditions de vie stressantes longtemps après avoir se sont réinstallés.

    En matière de santé mentale et physique, les réfugiés font partie d'une population particulièrement vulnérable. Alors que certains s'adaptent à la vie aux États-Unis sans problèmes majeurs, des études ont documenté l'impact négatif d'un passé traumatisant sur le bien-être psychologique des réfugiés (Birman et Tran, 2008 ; Keller, Lhewa, Rosenfeld, Sachs, Aladjem, Cohen, Smith et Porterfield, K, 2006). Les expériences antérieures à la migration peuvent exacerber les problèmes de santé mentale des réfugiés, en particulier aux premiers stades de la réinstallation (Beiser, 2006 ; Birman et Tran, 2008). Ces expériences peuvent inclure le fait d'être témoin et d'être victime de violence, de fuir une maison familiale située dans une ville ou un village détruit et de marcher pour trouver refuge et sécurité pendant des jours ou des semaines avec de la nourriture, de l'eau et des ressources limitées. Les conditions qui suivent la migration, telles que l'adaptation à la vie dans un camp de réfugiés surpeuplé ou la tentative de reconstruire une vie dans un pays étranger, ainsi que les facteurs de stress structurels, tels que le fait de suivre la procédure légale pour obtenir l'asile ou des documents juridiques, peuvent également précipiter une cascade de problèmes de santé mentale individuels et problèmes relationnels familiaux. Les expériences et les facteurs de stress des réfugiés avant et après la migration peuvent s'aggraver et créer un « effet cumulatif sur leur capacité à faire face » (Lacroix et Sabbah, 2011). Passer des semaines, des mois, voire des années à gérer des expériences stressantes et traumatisantes peut affaiblir la capacité d'une personne ou d'une famille à faire face aux changements continus et aux multiples facteurs de stress liés à la réinstallation.

    Bien qu'il soit rapporté que les réfugiés sont exposés à des taux plus élevés de troubles psychiatriques tels que le syndrome de stress post-traumatique (TSPT), la dépression, l'anxiété, le deuil compliqué, la psychose et le suicide (Akinsulure-Smith et O'Hara, 2012 ; Birman et Tran, 2008 ; Jamil et al., 2002 ; Jensen, 1996 ; Kandula, Kersey, et amp ; Lurie, 2004 ; Steel et al., 2009), les immigrants sont également à risque de développer ces complications de santé mentale, en particulier s'ils ont été exposés à de multiples événements traumatisants. Toutefois, lorsqu'on travaille avec des immigrants et des réfugiés, il est important de se rappeler qu'on ne peut pas présumer que tous les membres d'une population touchée sont traumatisés psychologiquement et présenteront les mêmes symptômes de santé mentale (Shannon, Wieling, Simmelink et Becher, 2014 ; Silove, 1999). De plus, la symptomatologie de la santé mentale s'exprime de diverses manières culturellement reconnues. Par exemple, les troubles somatiques tels que maux de tête, étourdissements, palpitations et fatigue peuvent être un moyen d'éviter la stigmatisation et la honte souvent associées à l'aveu de problèmes de santé mentale (Shannon, Wieling, Im, Becher et Simmelink, 2014).

    Nous savons que la santé mentale d'une personne n'existe pas de manière isolée ; les expériences d'une personne au sein d'une famille ou d'une communauté ont des répercussions sur les autres. Malheureusement, la majorité de la littérature sur la santé mentale des immigrants et des réfugiés met l'accent sur la santé mentale en tant que processus individuel ; les ramifications systémiques sont peu étudiées et sous-représentées dans la littérature universitaire (Landau, Mittal et Wieling, 2008 ; Nickerson, Bryant, Brooks, Steel, Silove et Chen, 2011).

    Contributeurs et attributions

    Ouvrages cités

    • Akinsulure-Smith, A. M., et O'Hara, M. (2012). Travailler avec les migrants forcés : problèmes thérapeutiques et considérations pour les conseillers en santé mentale. Journal de conseil en santé mentale 34 (1), 38-55.
    • Anthias, F. (2001). Le concept de division sociale et la théorisation de la stratification sociale : examen de l'ethnicité et de la classe. Sociologie 35 (4), 835-854.
    • Anthias, F. et Yuval-Davis, N. (2005). Frontières racialisées : race, nation, sexe, couleur et classe sociale et lutte antiraciste. New York, New York : Routledge.
    • Batalova, J. (2011). Travailleurs et travailleurs salariés nés à l'étranger faisant partie de la population active et des syndicats américains. Institut de politique migratoire.
    • Beiser, M. (2006). Recherche longitudinale visant à promouvoir une réinstallation efficace des réfugiés. Psychiatrie transculturelle 43:1, 56-71.
    • Berg, J. A. (2010). Race, classe sociale, genre et espace social : utilisation d'une approche intersectionnelle pour étudier les attitudes en matière d'immigration. The Sociological Quarterly 51, 278—302.
    • Bernhardt, A., Milkman, R., Théodore, N., Heckathorn, D., Auer, M., DeFilippis, J., González, A. Z., Narro, V., Perelshteyn, J., Polson, D. et Spiller, M. (2009). Des lois enfreintes, des travailleurs non protégés. Projet national de droit du travail.
    • Birman, D. et Tran, N. (2008). Détresse psychologique et adaptation des réfugiés vietnamiens aux États-Unis : association avec des facteurs avant et après la migration. Journal américain d'orthopsychiatrie 78 (1), 109-120.
    • Bohn, S. et Schiff, E. (2011). Les immigrés et le marché du travail. Institut des politiques publiques de Californie.
    • Bradley, H. (1996). Identités fracturées : évolution des modèles d'inégalité. Cambridge, Massachusetts : Polity Press.
    • Capps, R., Fix, M., Passel, J.S., Ost, J. et Perez-Lopez, D. (2003). Un profil de la main-d'œuvre immigrée à bas salaires. L'Institut urbain.
    • Case, K. (2013). Déconstruire le privilège : enseigner et apprendre en tant qu'alliés en classe. New York, New York : Routledge.
    • Cialdini, R.B., et Trost, M. R. (1998). Influence sociale : normes sociales, conformité et conformité. Dans D.T. Gilbert, S.T. Fiske, G. Lindzey (Eds), The Handbook of Social Psychology. 4e éd., p. 151—192. Boston, Massachusetts : McGraw-Hill.
    • Cialdini, R. B. (2001). Influence : science et pratique. 4e éd. Boston, Massachusetts : Allyn et Bacon.
    • Cole, E. R. (2009). Intersectionnalité et recherche en psychologie. Psychologue américain 64, 170—180.
    • Crenshaw, K. (1989). Démarginaliser l'intersection entre la race et le sexe : une critique féministe noire de la doctrine antidiscrimination, de la théorie féministe et de la politique antiraciale. Forum juridique de l'Université de Chicago 140, 139-167.
    • Derose, K. P., Escarce, J. J. et Lurie, N. (2007). Les immigrés et les soins de santé : sources de vulnérabilité. Affaires de santé 26 (5), 1258-1268.
    • Derose, K. P., Bahney, B. W., Lurie, N., et Escarce, J. J. (2009). Immigrants et accès aux soins de santé, qualité et coût. Recherche et examen des soins médicaux 66 (4), 355-408.
    • Farver, J. A. M., Narang, S. K., et Bhadha, B. R. (2002). Quand l'Orient rencontre l'Occident : identité ethnique, acculturation et conflits dans les familles indiennes d'Asie. Journal de psychologie familiale 16 (3), 338-350.
    • J. Glick (2010). Connecter des processus complexes : une décennie de recherche sur les familles immigrées. Journal du mariage et de la famille 72:3, 498-515.
    • Gottfried, H. (2000). Positions compromettantes : néo-fordismes émergents et contrats de genre intégrés. Le British Journal of Sociology 51:2, 235-259.
    • Jamil, H., Hakim-Larson, J., Farrag, M., Kafaji, T. et Jamil, L. (2002). Une étude rétrospective sur les patients arabo-américains souffrant de troubles mentaux : les traumatismes et les réfugiés irakiens. Journal américain d'orthopsychiatrie 72 (3), 355-361.
    • Jensen, SB. (1996). La santé mentale dans des conditions de guerre pendant la guerre de 1991-1995 en ex-Yougoslavie. Statistiques sanitaires mondiales trimestrielles 49, 213—217.
    • Joe Hee, Han. (2020). Le teint est-il important ? la mobilité des immigrants sur le marché du travail américain. Démographie 57:2, 705-726.
    • Kandula, N., Kersey, M. et Lurie, N. (2004). Garantir la santé des immigrés : ce que nous disent les principaux indicateurs de santé. Revue annuelle Public Health 25, 357-376.
    • Keller, A., Lhewa, D., Rosenfeld, B., Sachs, E., Aladjem, A., Cohen, I., Smith, H. et Porterfield, K. (2006). Expériences traumatisantes et détresse psychologique au sein d'une population réfugiée urbaine sollicitant des services de traitement. Journal des maladies nerveuses et mentales 194:3, 188-194.
    • Keys, E. et Kane, C. (2004). Appartenance et adaptation : santé mentale des réfugiés bosniaques vivant aux États-Unis. Problèmes liés aux soins infirmiers en santé mentale 25, 809-831.
    • Lacroix, M. et Sabbath, C. (2011). Détresse psychologique post-traumatique et réinstallation : nécessité d'une pratique différente pour aider les familles de réfugiés. Journal du travail social familial 14, 43-53.
    • Landau, J., Mittal, M. et Wieling, E. (2008). Relier les systèmes humains : renforcer les individus, les familles et les communautés à la suite de traumatismes de masse. Journal de thérapie conjugale et familiale 34 (2), 193-209.
    • Institut des politiques migratoires. (2010). Part des immigrants dans la population et la main-d'œuvre civile des États-Unis, 1980 à ce jour.
    • Modood, T., Berthoud, R., Lakey, J., Nazroo, J., Smith, P., Virdee, S. et Beishon, S. (1997). Minorités ethniques en Grande-Bretagne : diversité et désavantage, n° 843. Londres, Royaume-Uni : Institut d'études politiques.
    • Nam, Y., Lee, E.J., Huang, J. et Kimm J. (2015). Capacité financière, propriété d'actifs et immigration à un âge avancé : données recueillies auprès d'un échantillon d'immigrants asiatiques âgés à faible revenu. Journal de gérontologie et de travail social 58 (2), 114-27.
    • Newburger, E. et Gryn, T. (2009). La population active née à l'étranger aux États-Unis : 2007. Bureau du recensement des États-Unis.
    • Nickerson, A., Bryant, R.A., Brooks, R., Steel, Z., Silove, D. et Chen, J. (2011). L'influence familiale des pertes et des traumatismes sur la santé mentale des réfugiés : une analyse des parcours à plusieurs niveaux. Journal du stress traumatique 24 (1), 25-33.
    • Orrenius, P.M. & Zavodny, M. (2009). Les immigrés occupent-ils des emplois plus risqués ? Démographie 46 (3), 535-551.
    • Ortega, A. N., Fang, H., Pérez, V. H., Rizzo, J. A., Carter-Pokras, O., Wallace, S. P. et Gelberg, L. (2007). Accès aux soins de santé, utilisation des services et expériences des Mexicains sans papiers et d'autres Latinos. Archives de médecine interne 167 (21), 2354-2360.
    • Phinney, J.S., Horenczyk, G., Liebkind, K., et Vedder, P. (2001). Identité ethnique, immigration et bien-être : une perspective interactionnelle. Journal des questions sociales 57 (3), 493-510.
    • Pollert, A. (1996). Le genre et la classe sociale revisités ; ou la pauvreté du patriarcat. Sociologie 30 (4), 639-659.
    • Reardon-Anderson, J., Capps, R. et Fix, M.E. (2002). La santé et le bien-être des enfants issus de familles immigrées. L'Institut urbain.
    • Rousseau, C., Mekki-Berrada, A., et Moreau, B. (2001). Traumatisme et séparation prolongée d'avec la famille chez les réfugiés latino-américains et africains à Montréal. Journal de psychiatrie 64 (1), 40-59.
    • Rumbaut, R. G. (1994). Le creuset intérieur : identité ethnique, estime de soi et assimilation segmentée chez les enfants d'immigrants. Revue des migrations internationales 28 (4), 748-794.
    • Sakamoto, I. (2007). Un examen critique de l'acculturation des immigrés : vers un modèle de travail social anti-oppressif avec des adultes immigrés dans une société pluraliste. Journal britannique du travail social 37, 515-535.
    • Shannon, P., Wieling, E., Im, H., Becher, E. et Simmelink, J. (2014). Au-delà de la stigmatisation : obstacles à la discussion sur la santé mentale chez les populations réfugiées. Journal des pertes et des traumatismes 20:3, 281-296.
    • Shannon, P., Wieling, E., Simmelink, J., et Becher, E. (2014). Exploration des effets sur la santé mentale des traumatismes politiques chez les réfugiés nouvellement arrivés. Recherche qualitative en santé 25:4, 443-457.
    • Shields, S.A. (2008). Genre : une perspective d'intersectionnalité. Rôles sexuels 59, 301—311.
    • Silove, D. (1999). Les effets psychosociaux de la torture, des violations massives des droits de l'homme et des traumatismes des réfugiés : vers un cadre conceptuel intégré. Journal des maladies nerveuses et mentales 187, 200-207.
    • Steel, Z., Chey, T., Silove, D., Marnane, C., Bryant, R.A., et Van Ommeren, M. (2009). Association de la torture et d'autres événements potentiellement traumatisants à des problèmes de santé mentale chez les populations exposées à des conflits et à des déplacements de masse : revue systématique et méta-analyse. Journal de l'Association médicale américaine 302, 537—549.
    • Bureau de la comptabilité générale des États-Unis. (1990). Réforme de l'immigration : sanctions contre les employeurs et question de la discrimination.
    • Bureau des statistiques du travail des États-Unis. (2015). Caractéristiques de la population active des travailleurs nés à l'étranger.
    • Bureau des statistiques du travail des États-Unis. (2013). Estimations nationales de l'emploi et des salaires professionnels aux États-Unis.
    • Weber, L. (1998). Un cadre conceptuel pour comprendre la race, la classe sociale, le genre et la sexualité. Revue trimestrielle sur la psychologie des femmes 22:1, 13-32.