Skip to main content
Query

7.5 : Étude de cas comparative - Israël et Iran - L'intersection de la politique et de l'identité

  • Page ID
    166436
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Objectifs d'apprentissage

    À la fin de cette section, vous serez en mesure de :

    • Décrire l'approche des systèmes les plus différents en méthodologie comparative
    • Identifier la variable dépendante : résultats politiques favorables à la religion
    • Décrivez quelques exemples de la façon dont la religion est liée à l'identité en Israël et en Iran

    Présentation

    Comme indiqué au chapitre 2, nous utilisons l'approche systémique la plus différente en matière de méthodologie comparative. Cette méthode examine les cas qui sont très différents les uns des autres, mais qui ont le même résultat. Différentes variables existent entre les cas, telles que régime démocratique contre régime autoritaire, économie de marché libérale contre économie de marché non libérale. Il pourrait également inclure des variables telles que l'homogénéité de la société par rapport à l'hétérogénéité sociale, où un pays peut se retrouver unifié sur le plan ethnique/religieux/racial, ou fragmenté selon les mêmes critères. En d'autres termes, pourquoi différents systèmes produisent-ils le même résultat ?

    Dans une approche systémique très différente, la variable dépendante est la même dans tous les cas. La variable dépendante est la variable qui est affectée par (« dépend de ») la présence de la variable indépendante. C'est « l'effet ». Pour notre étude de cas comparative, la variable dépendante est celle des résultats politiques qui favorisent la religion. Pour l'Iran, c'est l'islam chiite, alors que pour Israël, c'est le judaïsme. Comment sont-ils dominants dans chaque pays ? Tout d'abord, les codes juridiques favorisent chaque groupe (Stern, 2017 ; Pargoo, 2021). Nous voyons également un système judiciaire dans lequel les tribunaux religieux jouent un rôle. Deuxièmement, les données des sciences sociales suggèrent également que chaque groupe bénéficie d'un accès économique et d'un traitement favorable au sein de l'économie. Nous observons également du favoritisme et des préférences pour les étudiants en religion et pour l'enseignement religieux. Enfin, nous voyons cela à travers la représentation politique de chaque groupe et dans le rôle des partis ou factions religieux dans le système politique de chaque pays.

    D'autres facteurs peuvent avoir une incidence sur la variable dépendante. Dans l'approche systémique la plus différente, ces variables peuvent varier, généralement de manière significative. Comme mentionné ci-dessus, cela inclut le type de régime, où Israël est considéré comme une démocratie, tandis que l'Iran est considéré comme un régime autoritaire (Marshall et Elzinger-Marshall, 2017). Pour le type d'économie politique, Israël est une économie de marché libérale. L'Iran est une économie non marchande, souvent considérée comme un marché émergent, où les forces du marché sont soit largement absentes, soit en phase de développement précoce. Dans la plupart des marchés émergents, le patrimonialisme est l'élément clé lorsqu'il existe une relation mécène-client. Sur ces marchés, un personnage clé (le patron ou le mécène) accorde généralement des privilèges à des personnes inférieures (clients). Ils deviennent à leur tour leurs propres mécènes et créent leurs propres clients. Ce processus se répète jusqu'à ce que la majeure partie, sinon la totalité, de l'économie soit dominée par ce système (Bozonelos, 2015).

    Parmi les autres variables qui diffèrent, citons les indicateurs socio-économiques. Israël est considéré comme une société technologiquement avancée. Il occupe une place importante en termes de PIB par habitant, de développement humain et d'alphabétisation, se classant 19e dans le Rapport sur le développement humain 2020 du Programme des Nations Unies pour le développement. L'Iran se classe bien plus bas, autour du 70e rang. (Programme des Nations Unies pour le développement, 2020).

    Une autre variable différente est le niveau de sécularisation. La sécularisation est définie comme « le processus par lequel des secteurs de la société et de la culture sont soustraits à la domination des institutions et des symboles religieux » (Fowler, 2014). Ce processus est souvent considéré comme linéaire ; à mesure que les sociétés agraires traditionnelles gouvernées par une autorité arbitraire deviennent des sociétés urbaines sophistiquées régies par l'État de droit, le pays devrait devenir plus laïque. Il est intéressant de noter que ce n'est pas ainsi qu'Israël ou l'Iran se sont développés. Chaque pays possède un mélange d'autorité laïque et religieuse, Israël ayant une orientation plus laïque. L'Iran était résolument laïque lorsque le shah régnait. Cette sécularisation forcée s'est retournée contre elle et a contribué à la révolution islamique de 1979. L'Iran est désormais défini comme un État islamique et est gouverné par des institutions islamiques. Cependant, il existe un sentiment croissant de laïcité dans le pays, mais pas nécessairement de la manière dont le terme est défini dans les études occidentales (Pargoo, 2021). Israël peut être considéré comme un État laïque et de nombreux auteurs définiraient le pays comme tel. En effet, le parti travailliste, qui est au centre de gauche, a toujours bénéficié du soutien de la partie la plus laïque de la société israélienne. Cependant, une loi récente adoptée en 2018 définit Israël comme l'État-nation du peuple juif. Cette loi reflète l'affirmation croissante de la partie la plus religieuse de la société israélienne.

    Femmes célébrant avec le drapeau d'Israël
    (Source : Women of the Wall célébrant avec le drapeau d'Israël par Yochi Rappeport via Wikimedia Commons est sous licence CC BY-SA 4.0)

    La dernière variable majeure inclut la coopération internationale avec les pays occidentaux. Sur le plan international, Israël entretient des relations étroites avec l'Occident, en particulier avec les États-Unis, où le soutien militaire et économique direct est légiféré chaque année. Cela contraste avec l'Iran, où leurs relations avec les pays occidentaux sont beaucoup plus éloignées, en particulier avec les États-Unis. Après la révolution islamique, les États-Unis ont toujours imposé un certain niveau de sanctions à l'Iran, avec un répit sous l'administration Obama.

    État d'Israël

    • Nom complet du pays : État d'Israël
    • Chef (s) d'État : Président, Premier ministre
    • Gouvernement : République parlementaire unitaire
    • Langues officielles : hébreu
    • Système économique : économie mixte
    • Lieu : Asie occidentale
    • Capitale : Jérusalem
    • Superficie totale du terrain : 8 522 miles carrés
    • Population : 9 508 220 hab.
    • PIB : 478,01 milliards de dollars
    • PIB par habitant : 50 200 dollars
    • Devise : Nouveau shekel

    La religion et le nationalisme jouent un rôle central dans l'identité de la plupart des Israéliens. La plupart des Israéliens s'identifient comme juifs Le concept de sionisme est étroitement lié à cela. Le sionisme est le moteur idéologique d'un État juif indépendant. Ce mouvement politique trouve ses racines à la fin des années 1800, lorsque les minorités juives étaient confrontées à une grave oppression en Europe, en particulier dans l'Empire russe. Cette pression, combinée à la prise de contrôle britannique de l'ancienne région ottomane de Palestine, a conduit à une série d'aliyahs, ou migrations. À mesure que la situation des minorités juives s'aggravait en Europe, ces migrations devenaient de plus en plus urgentes. Finalement, un conflit a éclaté entre les groupes migrants et la population arabe qui y vivait depuis des siècles. Incapables de maintenir leur puissance militaire, les Britanniques ont quitté la Palestine, et des groupes juifs se sont unis pour déclarer leur indépendance en 1948.

    L'indépendance de l'État d'Israël a renforcé l'importance de l'identité juive. Israël est un État explicitement créé comme patrie pour le peuple juif. L'identité juive en Israël a pris deux formes, une identité juive culturelle et une identité juive religieuse. De nombreux citoyens israéliens, et dans une plus large mesure les Juifs d'autres pays, s'identifient comme étant culturellement juifs. Pour ces personnes, être juif est une question d'ascendance et de culture, et pas nécessairement de pratique religieuse, qui peut aller d'une absence totale de participation à l'observation de fêtes importantes. Les gens appartiennent, mais ils ne croient pas nécessairement ou ne se comportent pas nécessairement. Les juifs religieux sont beaucoup plus enclins à intégrer leurs croyances et pratiques religieuses dans leur vie quotidienne. Ces gens croient, se comportent et appartiennent, ce qui peut expliquer leur lien fort.

    L'identité politique israélienne repose également sur l'accent mis sur le maintien d'une vision westphalienne de la souveraineté. Cela peut être attribué à la création en 1947, par les Nations Unies, d'un plan de partition selon lequel les groupes juifs et arabes seraient divisés en deux États. [Heaphy] Cette décision de donner une patrie au peuple juif était en grande partie une réaction au génocide des Juifs pendant l'Holocauste pendant la Seconde Guerre mondiale. Comme indiqué ci-dessus, la création de l'État d'Israël a entraîné presque immédiatement la guerre. La guerre initiale qui a suivi la création d'Israël, ainsi que les conflits qui ont suivi, ont entraîné une expansion significative du territoire revendiqué par Israël que les Palestiniens [et les autres Arabes] considèrent comme le leur. Le maintien du contrôle sur le territoire accordé par l'ONU et acquis par la guerre est donc l'un des principaux moteurs de l'identité politique des Juifs israéliens.

    La religion joue également un rôle central pour ceux qui se sentent exclus de la vie politique israélienne. Les juifs ultra-orthodoxes « rejettent le nationalisme juif car ils perçoivent les juifs comme un groupe religieux qui ne devrait pas être politiquement souverain » avant la fin des temps pour l'humanité. Les Israéliens arabes « s'opposent aux éléments juifs exclusifs » promus par l'État. Ces identités différentes contribuent à expliquer les différentes réponses à l'action gouvernementale lors de la pandémie de coronavirus en 2020. De nombreux juifs ultra-orthodoxes et arabes israéliens « vivent dans des villes surpeuplées et, comme ils sont plus religieux que le reste de la population, ils se rassemblent souvent pour la prière et d'autres événements communautaires ». En fait, la proportion de cas de coronavirus était plus élevée parmi la population ultra-orthodoxe que parmi les autres groupes en Israël. [Eiran]

    République islamique d'Iran

    • Nom complet du pays : République islamique d'Iran
    • Chef (s) de l'État : Supreme Leader
    • Gouvernement : République islamique théocratique théocratique unitaire khoménéiniste
    • Langues officielles : persan
    • Système économique : économie mixte
    • Lieu : Asie occidentale
    • Capitale : Téhéran
    • Superficie totale du terrain : 8 522 miles carrés
    • Population : 83 1832 741 hab.
    • PIB : 1 573 billions de dollars
    • PIB par habitant : 20 261$
    • Devise : rial iranien

    La religion et l'identité religieuse jouent également un rôle majeur en Iran. Bien que l'Iran soit situé géographiquement au Moyen-Orient, principalement entouré d'États arabes, l'Iran n'est pas un pays arabe. Les pays arabes sont ceux où la langue arabe est la langue dominante. La plupart des Arabes sont musulmans, mais en termes de population, la plupart des musulmans ne le sont pas. L'Iran n'est pas arabe, la langue dominante est le farsi, mais l'Iran est majoritairement musulman.

    La majorité des musulmans d'Iran, environ 90 %, s'identifient comme chiites. Le chiisme est une branche de l'islam qui englobe entre 13 % et 15 % de la population musulmane mondiale. La majorité des musulmans, entre 80 % et 85 %, sont des musulmans sunnites. Les chiites pensent que la direction de la oumma, ou communauté religieuse, aurait dû être transférée à Ali ibn Ali Talib, cousin et gendre du prophète Mahomet à sa mort en 632 de notre ère. Au lieu de cela, Abu Bakr a été choisi pour être le premier calife, ou successeur de Mahomet. Ali est finalement devenu calife vingt ans plus tard et a été assassiné environ cinq ans plus tard. Son fils, Husayn, petit-fils du Prophète, a défendu la cause de son père. Husayn a été tué à la bataille de Karbala en 680 de notre ère, et son martyre est considéré comme un événement majeur pour les chiites et sa mort est commémorée chaque année (Achoura).

    Comprendre comment les chiites sont nés fournit une base pour comprendre la politique iranienne d'aujourd'hui. Alors que les musulmans sunnites profitent de la gloire des empires précédents, les musulmans chiites sont confrontés à une histoire d'oppression et de mauvais traitements. De nombreux chiites considèrent cette oppression comme une épreuve de la part de Dieu et le martyre de Hussein est devenu un cri de ralliement pour les chiites pendant des années d'assujettissement aux mains des dirigeants musulmans sunnites. La révolution iranienne de 1979, qui a porté les religieux chiites au pouvoir, est considérée comme l'aboutissement de cette lutte en Iran.

    La révolution iranienne de 1979 marque un tournant dans l'histoire. La révolution iranienne a été motivée par une série de facteurs. Tout d'abord, le Shah, ou roi d'Iran, a promu un État fortement laïque, où le clergé chiite était persécuté et les fêtes islamiques minimisées. Le Shah a promu une identité iranienne dissociée de la religion par son désir de moderniser le pays, notamment par l'émancipation des femmes et les réformes qui ont aggravé la situation des riches terriens. Il est souvent revenu à l'histoire, notamment aux 2 500 ans de célébration d'un ancien empire perse dans les années 1970. Cette approche s'est révélée inefficace, car la plupart des Iraniens avaient un haut niveau de religiosité. Ils croyaient, appartenaient et se comportaient. Ainsi, les efforts visant à moderniser et à récupérer le patrimoine persan ancien étaient un affront à leur sensibilité. Ce fort sentiment d'identité religieuse a créé des liens solides entre les religieux iraniens, ce qui a permis aux clercs de devenir la principale opposition politique.

    Deuxièmement, les efforts modernistes en Iran ont été soutenus par les puissances occidentales, en particulier les États-Unis. À mesure que la présence d'intérêts commerciaux américains, principalement liés au pétrole, et la présence ultérieure de l'armée américaine augmentaient, le ressentiment des Iraniens s'est accru. [Suisse]. L'ayatollah Ruhollah Khomeini était un critique acharné, qui a vécu en exil. Son message d'un Iran fondé sur les « lois de Dieu » et l'abolition du régime monarchique a séduit le grand public. Lorsque le Shah a quitté l'Iran en 1979 pour se faire soigner apparemment, Khomeini a profité de son absence pour rentrer dans le pays. Son retour a été accueilli par des millions de personnes et il s'est immédiatement mis au travail pour transformer le pays en République islamique d'Iran.

    Les rapports de recensement officiels de l'Iran montrent que plus de 99 % s'identifient comme musulmans Cependant, des enquêtes indépendantes montrent qu'il pourrait être aussi bas que 40 %. Ce chiffre officiel remarquablement élevé reflète probablement l'absence de liberté religieuse perçue en Iran. Ce chiffre inférieur pourrait être dû à la stricte définition que les gens donnent du fait d'être musulman. [Arabe et Maleki]

    L'identité en Iran ne se limite pas à un lieu de naissance, à une culture et à une langue, elle dépend également de la façon dont les Iraniens perçoivent les États-Unis et de l'opinion des Iraniens autour des positions et des actions que le gouvernement iranien devrait adopter. Compte tenu de la nature de cette facette de l'identité iranienne, nous pouvons mieux comprendre la tension entre les États-Unis et l'Iran à ce jour. Il convient également de noter que le lien entre une révolution enracinée dans un sentiment anti-occidental [anti-américain] et l'identité iranienne représente un défi pour les Américains d'origine iranienne lorsqu'il s'agit de définir leur propre identité. [Hassan]

    Comme dans la plupart des pays, l'identité en Iran comporte de multiples facettes. Comme indiqué précédemment dans le chapitre, plusieurs identités peuvent coexister avec succès au sein d'un même pays. Cependant, lorsque ces différentes identités prétendent être la « véritable » identité, un conflit [pacifique ou violent] a tendance à s'ensuivre. Être iranien peut inclure plusieurs choses. Cela peut signifier être persan. Cela peut signifier être musulman. Il peut se concentrer sur la révolution islamique de 1979 ou sur la culture iranienne avant la révolution, y compris l'importance de la monarchie et de la révolution constitutionnelle de 1906. [Saleh]

    Une autre complication liée à l'identité en Iran concerne la population kurde. Les Kurdes sont un groupe ethnique indigène qui partage une langue commune et qui vit historiquement dans certaines régions de l'Iran, de l'Irak, de la Syrie et de la Turquie. La langue kurde est similaire au persan, la langue dominante de l'Iran. Les Kurdes n'ont pas leur propre État. Cependant, il existe une zone de terre identifiable souvent appelée « Kurdistan ». [Britannica] Bien que les Kurdes vivent dans la région qui est aujourd'hui l'Iran depuis des siècles, ils ne s'identifient pas comme des Iraniens. Ils se sentent « exclus du système politique [...] et n'ont aucun lien affectif avec l'identité iranienne ». Les Kurdes recherchent l'indépendance depuis au moins le milieu du XXe siècle et les conflits armés sont monnaie courante dans les régions kurdes d'Iran et à proximité [ainsi qu'en Turquie, en Irak et en Syrie]. Le gouvernement iranien y voyant « un affront à la rhétorique officielle sur l'unité ethnique », il a réagi par la force militaire, ce que l'on appelle parfois une « réponse sécuritaire ». [Akbarzaheh, et al] En 2017, lorsque les Kurdes ont annoncé la tenue d'un référendum sur l'indépendance, le gouvernement iranien a menacé de « fermer tous les points de passage frontaliers » et a laissé entendre la possibilité d'une « action militaire plus forte et plus fréquente ». [Nadimi]

    Comme en Israël, la religion figure en bonne place sur le drapeau iranien. La bande verte en haut représente la foi islamique, tandis que la bande blanche représente la paix et la bande rouge le courage. Après la révolution de 1979, l'inscription « Allahu akbar » [traduit par « Dieu est grand »] a été ajoutée au-dessus et en dessous du symbole central. La phrase est répétée 22 fois sur le drapeau, en référence à la date de la révolution. Selon Britannica, l'expression « Allahu Akbar » est utilisée « pour appeler les fidèles musulmans à la prière cinq fois par jour » et est également entendue comme « un cri de guerre islamique ».

    Les billets de banque iraniens présentent également des images religieuses. Le billet comporte une photo de l'ayatollah Ruhollah Khomeini. Le conflit le plus discuté impliquant Israël est le conflit israélo-palestinien, ou plus largement le conflit israélo-arabe. Ce conflit est motivé par l'identité religieuse ainsi que par des conflits territoriaux historiques. Cependant, il existe également de fortes tensions entre Israël et l'Iran.