Skip to main content
Query

2.2 : Quatre approches de recherche

  • Page ID
    166340
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Objectifs d'apprentissage

    À la fin de cette section, vous serez en mesure de :

    • Identifiez et distinguez les quatre approches de recherche différentes.
    • Examinez les avantages et les inconvénients de chaque approche de recherche.
    • Comparez et opposez les quatre approches de recherche.
    • Identifier les meilleures pratiques pour savoir quand et comment utiliser les études de cas.

    Présentation

    Dans la recherche empirique, il existe quatre approches de base : la méthode expérimentale, la méthode statistique, les méthodes d'études de cas et la méthode comparative. Chacune de ces méthodes implique des questions de recherche, l'utilisation de théories pour mieux comprendre le problème de recherche, la vérification d'hypothèses et/ou la génération d'hypothèses. Chaque méthode vise à comprendre la relation entre deux variables ou plus, que cette relation soit corrélationnelle ou causale, deux éléments qui seront abordés ci-dessous.

    La méthode expérimentale

    Qu'est-ce qu'une expérience ? Une expérience est définie par McDermott (2002) comme « des études de laboratoire dans lesquelles les chercheurs gardent le contrôle du recrutement, de l'affectation à des conditions aléatoires, du traitement et de la mesure des sujets » (p. 32). Les méthodes expérimentales sont alors les aspects des conceptions expérimentales. Ces aspects méthodologiques impliquent « la standardisation, la randomisation, la conception entre sujets par rapport à l'intérieur d'un même sujet et le biais expérimental » (McDermott, 2002, p. 33). La méthode expérimentale aide à réduire les biais dans la recherche et, pour certains chercheurs, elle est très prometteuse pour la recherche en sciences politiques (Druckman, et al. 2011). Les méthodes expérimentales en science politique font presque toujours appel à des outils statistiques pour discerner la causalité, ce qui sera discuté dans le paragraphe suivant.

    Une expérience est utilisée chaque fois que le chercheur cherche à répondre à des questions causales ou recherche une inférence causale. Une question causale implique de discerner la cause et l'effet, également appelée relation causale. C'est le cas lorsqu'une modification d'une variable provoque de manière vérifiable un effet ou une modification d'une autre variable. Cela diffère d'une corrélation, ou lorsque seule une relation ou une association peut être établie entre deux variables ou plus. Corrélation n'est pas synonyme de causalité ! C'est une devise souvent répétée en science politique. Ce n'est pas parce que deux variables, mesures, constructions, actions, etc. sont liées que l'une est à l'origine de l'autre. En effet, dans certains cas, la corrélation peut être fausse ou constituer une fausse relation. Cela peut souvent se produire dans les analyses, en particulier si certaines variables sont omises ou mal construites.

    Causalité et corrélation
    Figure\(\PageIndex{1}\) : Cette image illustre la différence entre la causalité et la corrélation. Sur la gauche, nous voyons que la variable X provoque la variable Y, appelée causalité. Sur la droite, nous voyons que la variable X est liée à la variable Y, appelée corrélation. Il vaut mieux ne pas trop réfléchir à la corrélation. Lorsque X est présent, Y l'est également. Inversement, lorsque Y est présent, X. Les deux variables vont de pair.

    Le capitalisme et la démocratie en sont un bon exemple. Les politologues affirment que le capitalisme et la démocratie sont liés. Que lorsque nous voyons le capitalisme, nous voyons la démocratie, et vice versa. Notez que rien n'est dit sur la variable qui cause l'autre. Il se peut que le capitalisme soit à l'origine de la démocratie. Ou bien, il se peut que la démocratie soit à l'origine du capitalisme. Donc X pourrait provoquer Y ou Y pourrait provoquer X. De plus, X et Y pourraient se provoquer mutuellement, c'est-à-dire que le capitalisme et la démocratie s'entretiennent mutuellement. De même, il pourrait y avoir une variable supplémentaire Z qui pourrait provoquer à la fois X et Y. Par exemple, il se peut que ce ne soit pas le capitalisme qui cause la démocratie ou que la démocratie cause le capitalisme, mais plutôt quelque chose de complètement indépendant, comme l'absence de guerre. La stabilité qui découle de l'absence de guerre pourrait permettre au capitalisme et à la démocratie de prospérer. Enfin, il pourrait y avoir une (n) variable (s) intermédiaire (s), entre X et Z. Ce n'est pas le capitalisme en soi qui conduit à la démocratie, ou vice versa, mais l'accumulation de richesses, souvent désignée comme l'hypothèse de la classe moyenne. Dans ce cas, ce serait X→A→Y. En utilisant notre exemple, le capitalisme produit de la richesse, qui mène ensuite à la démocratie.

    Des exemples concrets de la discussion ci-dessus existent. La plupart des pays riches sont démocratiques. Les exemples incluent les États-Unis et la majeure partie de l'Europe occidentale. Mais ce n'est pas le cas pour tous. Les pays producteurs de pétrole du golfe Persique sont considérés comme riches, mais non démocratiques. En effet, la richesse produite dans les pays riches en ressources naturelles peut renforcer le manque de démocratie, car elle profite principalement aux classes dirigeantes. Il existe également des pays, tels que l'Inde, qui sont des démocraties fortes, mais qui sont considérés comme des pays en développement ou plus pauvres. Enfin, certains pays autoritaires ont adopté le capitalisme et sont finalement devenus démocratiques, ce qui semble confirmer l'hypothèse de la classe moyenne évoquée plus haut. Les exemples incluent la Corée du Sud et le Chili. Cependant, nous constatons que de nombreux autres pays, tels que Singapour, qui sont considérés comme très capitalistes ont développé une classe moyenne forte, mais n'ont pas encore pleinement adopté la démocratie.

    Ces contradictions potentielles expliquent pourquoi nous faisons preuve de prudence en science politique lorsqu'il s'agit de faire des déclarations causales. La causalité est difficile à établir, en particulier lorsque l'unité d'analyse implique des pays, ce qui est souvent le cas en politique comparée. La causalité est un peu plus facile à établir lorsque l'expérimentation implique des individus. L'inclusion d'une variable de traitement ou la manipulation d'une seule variable dans un certain nombre de cas peut suggérer un lien de causalité. La répétition d'une expérience à plusieurs reprises peut le confirmer. Un bon exemple est celui des effets des intervieweurs sur les personnes interrogées dans les enquêtes. Les expériences montrent régulièrement que la race, le sexe et/ou l'âge de l'intervieweur peuvent influencer la façon dont une personne interrogée répond à une question. Cela est particulièrement vrai si l'intervieweur est une personne de couleur et que la personne interrogée est blanche et que la question posée porte sur la race ou les relations raciales. Dans ce cas, nous pouvons faire valoir avec force que les effets de l'intervieweur sont causaux. Ce X provoque une sorte d'effet dans Y.

    Compte tenu de cela, y a-t-il des déclarations causales faites par les comparativistes ? La réponse est un oui nuancé. Souvent, le désir de causalité est la raison pour laquelle les politologues comparés étudient un petit nombre de cas ou de pays. Les analyses d'un cas/pays, ou d'un petit nombre de cas/pays, se prêtent bien à la recherche d'un mécanisme causal, qui sera examiné plus en détail dans la section 2.4 ci-dessous. Y a-t-il des déclarations de cause à effet dans la politique comparée qui concernent de nombreux cas/pays ? La réponse est encore une fois un oui nuancé. La théorie de la paix démocratique est expliquée dans la section 4.2 de ce manuel :

    « Les démocraties en tant que telles ne se font pas la guerre parce qu'elles ont trop de choses en commun, parce qu'elles ont trop de valeurs organisationnelles, politiques et socio-économiques communes pour être prêtes à s'affronter. Par conséquent, plus les nations seront démocratiques, plus le monde deviendra et restera pacifique. »

    Cela se rapproche autant qu'il s'agit du droit empirique en politique comparée. Pourtant, même dans la théorie de la paix démocratique, il existe des « exceptions ». Certains citent la guerre civile américaine comme une guerre entre deux démocraties. Cependant, on peut faire valoir que la Confédération était une démocratie imparfaite ou non consolidée et qu'en fin de compte, il ne s'agissait pas d'une guerre entre deux véritables démocraties. D'autres évoquent les interventions des États-Unis dans divers pays pendant la guerre froide. Ces pays, l'Iran, le Guatemala, l'Indonésie, la Guyane britannique, le Brésil, le Chili et le Nicaragua, étaient tous des démocraties. Pourtant, même ces interventions ne sont pas convaincantes pour certains chercheurs, car il s'agissait de missions secrètes dans des pays qui n'étaient pas tout à fait démocratiques (Rosato, 2003).

    Méthodes statistiques

    Que sont les méthodes statistiques ? Les méthodes statistiques sont l'utilisation de techniques mathématiques pour analyser les données collectées, généralement sous forme numérique, telle qu'une échelle d'intervalle ou de ratio. En science politique, les analyses statistiques des ensembles de données sont la méthode préférée. Cela s'est principalement développé à partir de la vague comportementale des sciences politiques, où les chercheurs se sont davantage concentrés sur la façon dont les individus prennent des décisions politiques, comme voter lors d'une élection donnée, ou sur la manière dont ils peuvent s'exprimer idéologiquement. Cela implique souvent le recours à des enquêtes pour recueillir des preuves concernant le comportement humain. Les répondants potentiels sont échantillonnés à l'aide d'un questionnaire conçu pour obtenir des informations sur un sujet particulier. Par exemple, nous pouvons élaborer une enquête demandant aux Américains s'ils ont l'intention de prendre l'un des vaccins approuvés contre la COVID-19, s'ils ont l'intention de recevoir un vaccin de rappel à l'avenir et ce qu'ils pensent des restrictions liées à la pandémie. Les choix des répondants sont ensuite codés, généralement à l'aide d'une échelle de mesure, et les données sont ensuite analysées souvent à l'aide d'un logiciel statistique. Les chercheurs peuvent également s'appuyer sur les données existantes provenant de diverses sources (agences gouvernementales, groupes de réflexion et autres chercheurs, par exemple) pour effectuer leurs analyses statistiques. Les chercheurs étudient les corrélations entre les variables construites pour étayer leurs hypothèses sur le sujet (Omae et Bozonelos, 2020).

    Les méthodes statistiques sont idéales pour discerner les corrélations ou les relations entre les variables. Des techniques mathématiques avancées ont été développées pour permettre de comprendre des relations complexes. Étant donné que la causalité est difficile à prouver en science politique, de nombreux chercheurs utilisent par défaut des analyses statistiques pour comprendre dans quelle mesure certains éléments sont liés. Cela est particulièrement vrai lorsqu'il s'agit de recherche appliquée. La recherche appliquée est définie comme « la recherche qui tente d'expliquer des phénomènes sociaux ayant des implications immédiates en matière de politique publique » (Knoke, et. al. 2002, p. 7). Les méthodes statistiques constituent également l'approche privilégiée lorsqu'il s'agit d'analyser les données d'enquêtes. La recherche par sondage implique l'examen d'un échantillon provenant d'une population plus large. Si l'échantillon est représentatif de la population, les résultats de l'échantillon permettront de tirer des conclusions sur certains aspects de la population (Babbie, 1998).

    À ce stade, nous devrions revoir la discussion concernant l'une des principales partitions de la science politique, comme indiqué dans le chapitre 1, les méthodes quantitatives impliquent un type d'approche de recherche qui consiste à tester une théorie ou une hypothèse, généralement par des moyens mathématiques et statistiques, en utilisant des données provenant d'un taille de l'échantillon. Les méthodes qualitatives sont un type d'approche de recherche qui se concentre sur l'exploration d'idées et de phénomènes, potentiellement dans le but de consolider des informations ou de développer des preuves pour former une théorie ou une hypothèse à tester. Les chercheurs quantitatifs collectent des données sur des comportements ou des actions connus, ou des recherches fermées où nous savons déjà ce qu'il faut rechercher, puis font des déclarations mathématiques à leur sujet. Les chercheurs qualitatifs collectent des données sur des actions inconnues ou des recherches ouvertes où nous ne savons pas encore quoi rechercher, puis font des déclarations verbales à leur sujet. Ce fossé s'est quelque peu atténué grâce à des efforts concertés visant à développer des méthodes de recherche mixtes. Cependant, les chercheurs se répartissent souvent dans l'un de ces deux camps.

    Si l'on considère les trois approches de base, les deux premières méthodes, expérimentale et statistique, entrent carrément dans le camp quantitatif, alors que la politique comparée est principalement considérée comme qualitative. Les méthodes expérimentales et statistiques trouvent leurs racines dans la révolution comportementale des années 1950, qui a déplacé le centre de l'enquête des institutions vers l'individu. Par exemple, les domaines de l'économie comportementale et de la psychologie sociale se prêtent bien aux expériences. Les deux études se concentrent sur le comportement de personnes individuelles. Par exemple, les économistes comportementaux s'intéressent au jugement humain lorsqu'il s'agit de décisions financières et économiques. Les psychologues sociaux se sont traditionnellement intéressés davantage au comportement d'apprentissage et au traitement de l'information. Au fur et à mesure que la science politique s'est orientée vers l'étude du comportement politique individuel, l'expérimentation et l'analyse statistique des données collectées, par le biais d'expériences, d'enquêtes et d'autres méthodes.

    Pour en savoir plus sur l'histoire de ce clivage et sur la manière dont il a affecté la science politique, voir le chapitre de Franco et Bozonelos (2020) sur l'histoire et le développement de l'étude empirique de la politique dans Introduction aux méthodes de recherche en sciences politiques.

    La méthode comparative

    Qu'est-ce que la méthode comparative ? La méthode comparative est souvent considérée comme l'une des plus anciennes approches de l'étude de la politique. Des philosophes de la Grèce antique, tels que Platon, auteur de La République, Aristote, auteur de Politique, et Thucydide, auteur de l'Histoire de la guerre du Péloponnèse, ont écrit sur la politique de leur époque de manière comparative. En effet, comme l'a dit Laswell (1968), toutes les sciences sont « inévitablement comparatives ». La plupart des expériences scientifiques ou des analyses statistiques auront un groupe témoin ou de référence. La raison en est que nous puissions comparer les résultats de notre expérience et/ou de notre analyse actuelles à ceux d'un groupe de référence. C'est ainsi que les connaissances se développent, en y greffant de nouvelles connaissances grâce à la comparaison.

    De même, la comparaison est bien plus qu'une simple description. Nous ne nous contentons pas d'analyser les différences et/ou les similitudes, nous les conceptualisons. On ne saurait trop insister sur l'importance des concepts en science politique. Un concept est défini comme « une idée abstraite ou générique généralisée à partir de cas particuliers » (Merriam-Webster). Pour les politologues, les concepts sont « généralement considérés comme non mathématiques et traitent de questions de fond » (Goertz, 2006). Par exemple, si nous voulons comparer des démocraties, nous devons d'abord définir ce qui constitue exactement une démocratie.

    Même dans les analyses quantitatives, les concepts sont toujours compris en termes verbaux. Étant donné qu'il existe de nombreuses manières de formuler des mesures quantitatives, la conceptualisation est essentielle. Pour développer les bonnes échelles, indicateurs ou mesures de fiabilité, il faut avoir les bons concepts. Le concept simple mais complexe de démocratie en est un bon exemple. Encore une fois, qu'est-ce qui constitue exactement une démocratie ? Nous sommes certains que cela doit inclure des élections, mais toutes les élections ne sont pas identiques. Une élection aux États-Unis n'est pas la même chose qu'une élection en Corée du Nord. De toute évidence, si nous voulons déterminer le degré de démocratie d'un pays et développer de bons indicateurs à partir desquels mesurer, les concepts sont importants.

    Les méthodes comparatives occupent une place intéressante dans la méthodologie. Les méthodes comparatives impliquent « l'analyse d'un petit nombre de cas, impliquant au moins deux observations ». Pourtant, cela implique également « trop peu [de cas] pour permettre l'application de l'analyse statistique conventionnelle » (Lijphart, 1971 ; Collier, 1993, p. 106). Cela signifie que la méthode comparative implique plus qu'une étude de cas ou une recherche sur l'azote unique (dont il est question en détail ci-dessous), mais moins qu'une analyse statistique ou une étude à grande échelle sur l'azote. C'est pour cette raison que la politique comparée est si étroitement liée à la méthode comparative. Lorsque nous avons tendance à comparer les pays sur le plan de la politique comparée, les chiffres se situent quelque part entre les deux, allant de quelques-uns à parfois plus de cinquante. L'analyse croisée des cas, par la comparaison de caractéristiques clés, est la méthode préférée en matière d'études politiques comparées.

    Dessin des trois approches de recherche empirique.
    Figure\(\PageIndex{2}\) : Comparaison des trois approches de recherche empirique (méthodes scientifiques). Il existe des méthodes expérimentales. Il existe également des méthodes non expérimentales, notamment des méthodes à grande concentration d'azote (statistiques), des méthodes à N intermédiaire (comparatives) et à N unique (études de cas).

    Études de cas

    Pourquoi voudrions-nous utiliser une étude de cas ? Les études de cas sont l'une des principales techniques utilisées par les comparativistes pour étudier les phénomènes. Les cas permettent une recherche traditionnelle approfondie. Souvent, il y a une lacune dans les connaissances ou une question de recherche qui nécessite un certain niveau de détail. Naumes et Naumes (2015) écrivent que les études de cas impliquent la narration et que le message de l'histoire a du pouvoir. De toute évidence, ce sont des histoires qui sont basées sur des faits plutôt que sur de la fiction, mais qui sont néanmoins importantes car elles décrivent des situations, des personnages et les mécanismes qui expliquent pourquoi les choses se produisent. Par exemple, la cause exacte de la façon dont le virus SARS-CoV-2, plus communément appelé COVID-19, impliquera de raconter cette histoire.

    Un cas est défini comme un « phénomène délimité dans l'espace (une unité) observé à un moment donné ou sur une période donnée » (Gerring, 2007). D'autres définissent un cas comme « une description factuelle d'événements survenus à un moment donné dans le passé » (Naumes et Naumes, 2015). Par conséquent, un cas peut être défini de manière générale. Il peut s'agir d'une personne, d'un foyer familial, d'un groupe ou d'une communauté, ou d'une institution, telle qu'un hôpital. La question clé de toute étude de recherche est de clarifier les cas qui ont leur place et ceux qui n'en ont pas (Flick, 2009). Si nous faisons des recherches sur la COVID-19, à quel niveau devrions-nous faire des recherches ? C'est ce que l'on appelle la sélection des cas, dont nous discutons en détail à la section 2.4.

    Pour de nombreux comparativistes en sciences politiques, l'unité (cas) souvent observée est un pays ou un État-nation. Une étude de cas est donc un examen approfondi de ce cas unique, souvent dans le but de nous aider à mieux comprendre une variable d'intérêt particulière. Par exemple, nous pourrions faire des recherches sur un pays qui a connu des niveaux plus faibles d'infections à la COVID-19. Cette étude de cas pourrait consister en une seule observation dans le pays, chaque observation ayant plusieurs dimensions. Par exemple, si nous voulons observer la réponse réussie du pays à la COVID-19, cette observation pourrait inclure le niveau de préparation sanitaire du pays, la réponse de son gouvernement et l'adhésion de ses citoyens. Chacun de ces éléments peut être considéré comme une dimension de l'observation unique, à savoir la réponse réussie.

    Cette description ci-dessus est considérée comme la conception traditionnelle de la recherche par études de cas, à savoir l'analyse approfondie d'un cas, dans notre exemple de ce pays, pour découvrir comment un phénomène particulier s'est produit, une réponse réussie à la COVID-19. Une fois que nous avons étudié et découvert les processus internes qui ont conduit à la réponse réussie, nous voulons naturellement la comparer à d'autres pays (cas). Lorsque cela se produit, en déplaçant l'analyse d'un seul pays (cas) vers d'autres pays (cas), nous appelons cela une étude de cas comparative. Une étude de cas comparative est définie comme une étude structurée sur la comparaison de deux cas ou plus. Encore une fois, pour les politologues comparateurs, nous comparons souvent des pays et/ou leurs actions.

    Enfin, comme indiqué au chapitre 1, il peut également exister des études de cas infranationales. C'est à ce moment-là que les gouvernements infranationaux, tels que les gouvernements provinciaux, les gouvernements régionaux et d'autres gouvernements locaux souvent appelés municipalités, sont les cas qui sont comparés. Cela peut se produire entièrement au sein d'un pays (cas), par exemple en comparant les taux de réponse à la COVID-19 entre les États du Mexique. Ou cela peut se produire entre des pays, où les gouvernements infranationaux sont comparés. Cela se produit souvent dans les études sur la politique de l'UE et/ou de l'Union européenne. Il existe de nombreux gouvernements infranationaux dotés d'un pouvoir politique important. Les exemples incluent les régions totalement autonomes, telles que la Catalogne en Espagne, les régions partiellement autonomes, telles que la Flandre et les Wallons en Belgique, et les régions où le pouvoir a été délégué, comme l'Écosse au Royaume-Uni.

    Utilisation d'études de cas en politique comparée

    Comme indiqué ci-dessus, les études de cas constituent un élément important de la politique comparée, mais elles ne sont pas exclusives à la science politique. Les études de cas sont largement utilisées dans les études commerciales, par exemple. Ellet (2018) note que les études de cas sont « un analogue de la réalité ». Ils aident les lecteurs à comprendre des scénarios de décision commerciale particuliers ou des scénarios d'évaluation dans lesquels certains processus, produits, services ou politiques sont évalués en fonction de leurs performances. Les études de cas commerciales présentent également des scénarios de diagnostic de problèmes, dans lesquels les auteurs étudient les cas d'échec d'une entreprise et tentent de comprendre les actions, les processus ou les activités qui ont conduit à l'échec. Les études de cas sont également pertinentes pour les études médicales. Les études de cas cliniques examinent comment un diagnostic a été posé. Solomon (2006) note que bon nombre des études de cas publiées par les médecins sont des rapports anecdotiques, dans lesquels ils indiquent leurs procédures de diagnostic. Ces études de cas sont d'une importance vitale pour le domaine de la médecine car elles permettent aux chercheurs de formuler des hypothèses sur des maladies et des troubles médicaux particuliers.

    Les études de cas sont essentielles au développement de théories en science politique. Ils sont les pierres angulaires des différents discours de la discipline. Blatter et Haverland (2012) notent qu'un certain nombre d'études de cas ont atteint un statut « classique » en science politique. Il s'agit notamment de Who Governs ? de Robert Dahl [1961], Essence of Decision de Graham T. Allison [1971], États et révolutions sociales de Theda Skocpol [1979] et The Politics of Accommodation d'Arend Liphart [1968]. Chacun des classiques est une étude fondamentale sur un aspect important de la science politique. Le travail de Dahl a popularisé le concept de pluralisme, dans lequel différents acteurs détiennent le pouvoir. Allison a étudié les processus décisionnels lors de la crise des missiles cubains de 1962, dont les travaux ont influé sur l'analyse des politiques publiques. Le livre de Skocpol expose les conditions à partir desquelles une révolution peut avoir lieu. Les travaux de Skocpol ont coïncidé avec la montée du néo-institutionnalisme dans les années 1970, lorsque les politologues ont commencé à recentrer leur attention sur le rôle des institutions dans l'explication des phénomènes politiques. Enfin, Liphart nous a donné les concepts de « politique d'accommodement » et de « démocratie consensuelle ». Ces termes sont au cœur de notre compréhension de la démocratie comparée.

    Comme indiqué précédemment, les affaires relatives à la politique comparée se sont toujours concentrées sur l'État-nation. Nous entendons par là que les chercheurs comparent les pays. Les comparaisons concernent souvent des types de régimes, y compris des régimes démocratiques et non démocratiques, des économies politiques, des identités politiques, des mouvements sociaux et des violences politiques. Toutes ces comparaisons obligent les chercheurs à examiner les pays, puis à les comparer. Comme indiqué dans le premier chapitre, c'est ce « regard intérieur » qui distingue la politique comparée des autres domaines de la science politique. Ainsi, étant donné que l'État-nation est l'acteur politique le plus pertinent et le plus important, c'est sur ce point que l'accent a tendance à être mis.

    De toute évidence, l'État-nation n'est pas le seul acteur politique. L'État-nation n'est pas non plus le seul niveau d'analyse. D'autres acteurs existent en politique, qu'il s'agisse d'acteurs infranationaux, allant des gouvernements régionaux aux syndicats, en passant par les insurgés et les guérilleros. Il existe également des acteurs transnationaux, tels que des organisations non gouvernementales, des sociétés multinationales, ainsi que des groupes plus sinistres tels que des réseaux criminels et terroristes. De plus, nous pouvons effectuer des analyses à différents niveaux, notamment au niveau international (systémique), au niveau infranational et au niveau individuel. Cependant, les États-nations restent la principale unité et le niveau d'analyse de la politique comparée.