Skip to main content
Query

11.7 : Stase

  • Page ID
    165995
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    clipboard_e568b8a9887d57e77434a4f2dce5c4a34.png
    11.7.1 : « L'eau et le pétrole » (CC BY-SA 4.0 ; Victor Blacus via Wikimedia Commons)

    Stase signifie « au repos ». Pensez au moment où l'huile et l'eau se mélangent. Après un certain temps, l'huile et l'eau se déposent et il y a une couche d'huile et une couche d'eau. La combinaison est au repos. Vous le mélangez mais il revient à sa position de stase où l'huile et l'eau se séparent.

    Comme l'huile et l'eau, les gens aiment retrouver leur stase, ou une position confortable « au repos ». Une fois que nous avons trouvé une stase personnelle, nous souhaitons la maintenir. Réfléchissez à vos habitudes pendant un moment. De l'endroit où vous aimez garer votre voiture pour l'école ou le travail, du schéma que vous suivez lorsque vous vous levez le matin, de l'endroit où vous aimez vous asseoir dans une salle de cinéma, etc. Nous recherchons le confort afin de trouver des habitudes et de les conserver car elles nous apportent un certain confort.

    Les tests de réalité peuvent prendre des secondes, des minutes, des heures, des jours, des semaines, des mois ou des années. Nous créons une réalité qui nous met à l'aise. Cette réalité devient notre stase sur le sujet. La stase est l'absence de changement dans une ou plusieurs de nos réalités pendant une période prolongée. La stase fait référence à l'état existant des choses ; laisser les choses telles qu'elles sont sans modification ni altération.

    Parce que nous voulons naturellement maintenir notre stase d'un environnement, un fort biais se produit dans le processus de perception. Nous utilisons le processus de perception pour interpréter l'environnement de manière à maintenir notre stase, même s'il s'agit d'une interprétation incorrecte. Au fur et à mesure que nous recevons de plus en plus d'informations sur nous-mêmes et sur la vie qui nous entoure, nous faisons de notre mieux pour considérer les choses comme conformes à notre réalité, ce qui nous permet de maintenir notre stase. Les penseurs non critiques préfèreraient se tromper plutôt que d'avoir mal à l'aise. Et un processus de perception qui vise naturellement à maintenir notre stase nous aide à rester dans notre zone de confort.

    L'une de mes définitions préférées d'un penseur critique est quelqu'un qui est prêt à remettre en question ses convictions les plus profondes. Ainsi, le penseur critique n'a pas peur de se sentir mal à l'aise lorsqu'il conteste sa stase. Le penseur critique préfère avoir inconfortablement raison plutôt que mal à l'aise.

    Imaginons que vous ayez soutenu Hillary Clinton lors de l'élection présidentielle de 2016. Ce serait ta stase. Vous avez entendu un reportage où d'autres e-mails ont été trouvés sur son serveur qui auraient pu contenir des informations secrètes. En tant que partisan de Clinton, vous auriez été plus enclin à excuser ces e-mails comme étant négligents et à ne pas changer de stase à l'égard de la secrétaire d'État Clinton. Ce serait plus confortable que de penser que Clinton a réellement enfreint la loi.

    La stase est la zone de confort personnelle d'une personne. Vous avez peut-être eu une relation avec quelqu'un, ou vous avez peut-être cette relation maintenant, qui continue simplement parce que vous êtes ensemble depuis longtemps. Au fond de votre esprit, vous avez le sentiment que c'est terminé, mais vous continuez quand même. La « stase » de cette relation est si puissante que tant que vous n'avez aucune raison significative de changer, vous vous accrochez.

    Vous pouvez en fait chercher des choses pour lesquelles vous mettre en colère contre l'autre personne, ce qui finira par mener à la grosse dispute et à la rupture éventuelle. Plus tard, tu regardes en arrière et tu te dis : « J'aurais dû rompre plus tôt. J'ai vécu trop longtemps dans cette relation. » Pourquoi n'as-tu pas rompu pour repartir à zéro ? Vous ne l'avez pas fait parce que cela changerait sérieusement notre stase. Donc, nous finissons par rester avec quelqu'un plus longtemps que nous ne le devrions.

    Nous aspirons tous à une sensation de confort, de contentement physique et/ou émotionnel. Nous voulons être dans un endroit où nous pouvons nous sentir à l'aise. La stase est cet endroit. Lorsque nous sommes en état de stase, nous nous sentons satisfaits physiquement et émotionnellement. Une fois que nous sommes en stase, nous nous efforçons d'y rester. En tant que théoricien de la communication, Paul Watzlawick examine à nouveau les réalités que nous créons, mais que nous luttons également pour les empêcher de changer. Dans cette citation, il soutient que « nous utilisons le processus de perception pour « renforcer » notre réalité ».

    « Nos conceptions traditionnelles et quotidiennes de la réalité sont des illusions que nous passons une grande partie de notre vie quotidienne à étayer, même au risque considérable d'essayer de forcer les faits à correspondre à notre définition de la réalité au lieu de l'inverse. Et l'illusion la plus dangereuse de toutes est qu'il n'y a qu'une seule réalité. Il existe en fait de nombreuses versions différentes de la réalité, dont certaines sont contradictoires, mais qui sont toutes le résultat de la communication et non le reflet de vérités éternelles et objectives. » 1 — Paul Watzlawick

    Stase ne signifie pas simplement se sentir bien ou heureux. Stase signifie se sentir à l'aise. Les gens peuvent avoir une vision positive ou négative du monde qui les entoure. Ainsi, une personne peut réellement se sentir à l'aise d'être malheureuse.

    Les personnes négatives ont généralement une vision déprimée de leur environnement. Cette vision déprimée est leur stase. Quand quelque chose de bien leur arrive, cela les met mal à l'aise. J'ai eu un étudiant comme celui-ci qui a gagné une voiture dans un supermarché. Au lieu d'être enthousiaste à l'idée de gagner la voiture, elle s'est plainte de devoir payer des impôts sur celle-ci. Le fait d'avoir un inconvénient à gagner une voiture lui a permis de maintenir sa stase négative.

    Les personnes optimistes ont tendance à voir leur environnement avec optimisme. Les mauvaises choses qui leur arrivent les mettent mal à l'aise, alors ils rechercheront le « bon » côté de l'expérience. J'ai récemment dû passer six jours à l'hôpital. Pour que l'expérience corresponde à ma stase généralement positive, je me souviens des informations nutritionnelles que j'ai reçues, qui m'aident à manger plus sainement et à constater les avantages de mon séjour à l'hôpital. Nous essayons de percevoir le monde d'une manière conforme à notre stase, car le fait d'être renversés de notre stase nous met mal à l'aise.

    Tu te souviens quand tu as finalement rompu avec cette personne spéciale ? À l'origine, votre stase consistait à considérer cette personne comme quelqu'un de spécial et d'important. Vous n'avez vu que les choses qui ont renforcé cette stase. Maintenant, vous commencez à percevoir cette personne sans avoir à confirmer votre stase. Vous commencez à remarquer d'autres aspects de sa personnalité. Tout à coup, vous remarquez des défauts que vous n'aviez jamais remarqués auparavant. Soudain, vous vous demandez : « À quoi pensais-je quand je partais avec cette personne ? »

    Nos réalités des personnes, des événements et des objets de notre environnement sont créées individuellement par le même processus de sélection, de tri et d'interprétation que celui utilisé par les autres pour créer de manière unique leur perception des personnes, des événements et des choses de leur environnement.

    En tant qu'êtres humains, nous sommes motivés à essayer, à la fois psychologiquement et physiologiquement, de maintenir la cohérence de nos perceptions. Nous nous efforçons de maintenir cette cohérence dans nos pensées et nos actions. Nous ferons alors de notre mieux pour défendre notre réalité comme étant la plus exacte par rapport à celle des autres. Dans la mesure où les perceptions individuelles à l'égard de l'environnement diffèrent, nous aurons du mal à parvenir à une compréhension commune de ce qui se passe dans l'environnement.

    Les professeurs de communication James McCroskey et Lawrence Wheeless écrivent :

    « Nous percevons ou percevons mal selon les habitudes apprises de reconnaître et d'interpréter la nature du stimulus dans un contexte ou un contexte. » Il est donc plus difficile et plus exigeant d'établir une communication entre eux. Ce n'est que lorsque nous comprenons qu'il peut y avoir plus d'une réalité valable de l'environnement que nous pouvons commencer à prendre conscience de l'importance de communiquer avec les autres. 2

    Une théorie de la communication affirme que nous ne communiquons que pour rester en stase. En regardant confortablement un film à la télévision, nous avons soif. Nous ne nous sentons plus satisfaits physiquement. Notre soif nous a fait sortir de notre stase. Nous demandons à quelqu'un dans la cuisine de nous apporter quelque chose à boire. Une fois que nous avons quelque chose à boire, nous sommes à nouveau à l'aise et nous sommes de retour dans notre stase.

    Référence

    1. McPhail, Mark. Le zen dans l'art de la rhétorique : une enquête sur la cohérence. New York : Presses de l'Université de l'État de New York, 1996.
    2. McCroskey, James C. et Lawrence R. Wheeless. Introduction à la communication humaine. Boston : Allyn et Bacon, 1976.