Skip to main content
Query

8.10 : Habiletés de pensée critique

  • Page ID
    166201
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Nous ne sommes pas nés avec des capacités naturelles de pensée critique. L'esprit critique est une compétence qui peut être développée. La bonne nouvelle, c'est que nous avons tous la capacité d'améliorer notre esprit critique. Nous pouvons devenir des décideurs plus efficaces et améliorer notre confiance en nous. Vous trouverez ci-dessous certaines des compétences de pensée critique qui peuvent être développées et améliorées :

    Les penseurs critiques sont intellectuellement curieux. Cette compétence implique que le penseur critique n'est jamais totalement satisfait de ce qu'il sait. Il ou elle cherche des réponses à différents types de questions et de problèmes. Le penseur critique cherche à en déterminer les causes et à chercher des explications sur les événements, en se demandant pourquoi, comment, qui, quoi, quand et où.

    Les penseurs critiques sont ouverts d'esprit. Une personne ouverte d'esprit est une personne qui a suffisamment confiance en ses capacités pour accepter des idées nouvelles et contradictoires qui remettent en question ses convictions actuelles. Cela s'oppose à la « tolérance » où la personne dogmatique peut écouter poliment d'autres arguments, mais son avis ne changera pas.

    La personne ouverte d'esprit est une personne qui est non seulement prête à écouter de nouvelles idées, mais qui modifiera une position déjà adoptée si les nouvelles données le dictent. La personne ouverte d'esprit est prête à considérer qu'une grande variété de positions et de croyances peuvent être valides. Les personnes ouvertes d'esprit sont flexibles. Ils sont prêts à changer leurs croyances et leurs méthodes d'enquête s'ils sont confrontés à un argument plus valable. Les personnes ouvertes d'esprit sont prêtes à admettre qu'elles se trompent peut-être et que d'autres idées qu'elles n'ont pas acceptées peuvent être correctes. Les penseurs critiques ne veulent pas seulement prouver qu'ils ont raison ; ils sont suffisamment ouverts d'esprit pour changer d'avis.

    Les penseurs critiques évitent les « harengs rouges ». Les penseurs critiques suivent un raisonnement constant jusqu'à une conclusion particulière. Ils évitent les éléments non pertinents, appelés « harengs rouges », qui s'écartent du sujet débattu. Quand Jim et sa femme Suzy se disputent et que Jim sent qu'il est perdant, il regarde Suzy et lui dit : « Vous vous disputez plutôt bien pour une personne de petite taille ». Il espère l'empêcher de se disputer et l'envoyer pêcher le « hareng rouge », étant donné qu'elle est petite. Si elle mord à l'hameçon, l'argument initial s'estompe. Les penseurs critiques ne s'attaqueront pas aux « harengs ».

    Les penseurs critiques sont conscients de leurs propres préjugés. Tous les humains sont biaisés, certains plus que d'autres. Certains savent qu'ils ont des préjugés, d'autres ne sont pas conscients de leurs biais. Nous avons tous des biais dont nous ne sommes pas conscients et le penseur critique s'efforce de les apprendre, afin de mieux maîtriser sa pensée. Il est peut-être trop difficile d'éliminer les différents biais que nous avons. Un penseur critique doit plutôt être conscient du biais et de la façon dont il affectera le processus de réflexion. La réflexion sur la pensée est appelée métacognition. Un penseur critique examine sa façon de penser et de prendre des décisions afin d'améliorer le processus.

    « Le test d'une intelligence de premier ordre est la capacité de garder à l'esprit deux idées opposées en même temps tout en conservant la capacité de fonctionner. »

    —F. Scott Fitzgerald 1

    Capture d'écran 2020-09-06 à 11.02.37 PM.png

    Les penseurs critiques apprennent à gérer la confusion. Les gens feront presque tout pour éviter la douleur mentale qui accompagne une confusion persistante. Nous le contournons, l'évitons et essayons même de le transmettre à quelqu'un d'autre. Dans cette hâte d'éviter toute confusion, nous prenons souvent des décisions rapides sur la base de données limitées ou de stéréotypes surchargés de travail. Le penseur critique se laisse embrouiller pendant qu'il travaille à travers l'argumentation vers une conclusion.

    Les penseurs critiques sont capables de contrôler et d'utiliser leurs émotions. Remarquez que cela ne dit pas « Éliminez les émotions ». Nous collectons toutes sortes de données précieuses à travers nos émotions, que nous pouvons utiliser dans le processus de prise de décision. Nous devons simplement faire attention à ne pas laisser les émotions dominer notre pensée critique et notre argumentation. Rien ne détruira le processus de pensée critique plus rapidement que la colère, la peur ou la frustration mal orientées ou mal orientées.

    Les penseurs critiques sont sensibles et empathiques aux besoins des autres. Les penseurs critiques doivent porter une attention particulière aux besoins de leur public cible. Les besoins, les préoccupations et les désirs de votre public peuvent être différents des vôtres. Le penseur critique est plus efficace s'il peut comprendre ces préoccupations. Ils ne sont peut-être pas d'accord avec eux, mais au moins ils les comprennent. Le public cible peut être la personne qui essaie de vous convaincre de son argument ou la personne que vous essayez de convaincre par votre argument. La persuasion a généralement lieu lorsqu'un avocat est en mesure de répondre aux besoins de son public cible. En fait, vos besoins peuvent ne pas avoir d'importance lorsqu'il s'agit d'amener un public cible à adhérer à votre point de vue.

    Les penseurs critiques peuvent faire la distinction entre une conclusion qui pourrait être « vraie » et une conclusion selon laquelle ils aimeraient l'être. Remarquez l'utilisation du mot « vérité » avec un « t » minuscule. « Cette « vérité » fait référence exactement à ce que croit une personne, et non à la position correcte ultime qui serait indiquée par la « vérité ». Une conclusion qui pourrait être vraie repose sur le calcul de la probabilité de son issue, afin de déterminer si elle a une chance raisonnable de se concrétiser. Le second type, une conclusion que vous aimeriez être vraie, est davantage basée sur votre souhait, votre désir et votre désir qu'elle devienne réalité. Le premier peut être mis à l'épreuve du raisonnement critique, mais le second ne le peut pas et n'a donc que peu de valeur pour la pensée critique. Vous pensez peut-être que votre enfant est une personne formidable, mais les preuves peuvent suggérer le contraire.

    Les penseurs critiques savent quand admettre ne pas savoir quelque chose. Une condition préalable essentielle à la compréhension est l'humilité, c'est-à-dire être capable d'admettre qu'on ne connaît pas la réponse à une situation. Bien que nous souhaitions protéger notre ego en croyant tout savoir, l'apprentissage vient du questionnement, et non de la connaissance de toutes les réponses. Lorsque nous pouvons admettre que nous ne le savons pas, nous sommes plus enclins à poser des questions qui nous permettront d'apprendre. En nous donnant la permission d'admettre que nous ne savons pas tout, nous pouvons surmonter la peur que notre manque de connaissances soit découvert. L'énergie dépensée à essayer de dissimuler ce que nous ne savons pas diminue notre capacité d'apprentissage. Si nous essayons toujours de dissimuler notre manque de connaissances sur un sujet, nous ne comprendrons jamais complètement ce que c'est que nous ne savons pas à son sujet. N'hésitez pas à dire : « Je ne sais pas ».

    Les penseurs critiques sont des penseurs indépendants. Ils ont la confiance nécessaire pour exprimer leurs opinions et leur point de vue à d'autres personnes qui pourraient ne pas être d'accord. Ils utilisent leur esprit critique pour étayer leurs positions et faire valoir leurs arguments.

    Les penseurs critiques recherchent une approche « dialogique » du processus d'argumentation. Les penseurs « dialogiques » recherchent sérieusement des points de vue autres que les leurs. La capacité de penser « de manière dialogique » comprendrait la capacité d'analyser, de synthétiser, de comparer et de contraster, d'expliquer, d'évaluer, de justifier, de reconnaître des conclusions valides et non valides, d'identifier ou d'anticiper ou de poser des problèmes, de rechercher des solutions de rechange, d'appliquer des principes logiques et de résoudre des problèmes classiques ou nouveaux. Ce sont là de nombreuses compétences des penseurs critiques.

    Dans son livre intitulé Challenging Adults to Explore Alternative Ways of Thinking, Stephen Brookfield écrit :

    « La pensée critique n'est possible que lorsque les gens examinent leurs modes de pensée habituels, leurs hypothèses sous-jacentes, ces valeurs considérées comme allant de soi, leurs idées de bon sens et les notions stéréotypées de la nature humaine qui sous-tendent nos actions. » 2

    Nous examinons le processus d'argumentation et le type de personne qui peut être le plus efficace dans une situation argumentative. En tant que penseur critique, vous serez à la fois impliqué dans une dispute et observateur d'une dispute. Nous pouvons améliorer nos capacités à faire les deux.

    Références

    1. Thomas Oppong « F. Scott Fitzgerald on first Rate Intelligence », 2018, medium.com/personal-growth/f... e-7cf8ea002794 (consulté le 6 novembre 2019)
    2. Stephen Brookfield. Développer des penseurs critiques : Inciter les adultes à explorer d'autres façons de penser et d'agir. (Baltimore : Éducation des lauréats, 2010)