Skip to main content
Query

2.10 : Double langage

  • Page ID
    166466
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Ce langage décrit par Orwell est appelé double langage. Il est expliqué par William Lutz, auteur du livre « Doublespeak », comme un langage qui « fait paraître le mal bon, le négatif positif, le désagréable attrayant ou du moins tolérable. C'est un langage qui masque ou empêche la pensée. » 1

    Lutz identifie plusieurs types de double langage selon que les euphémismes sont utilisés pour induire en erreur ou tromper au sujet d'une réalité laide ou d'une situation embarrassante, ou si un jargon prétentieux, exagéré, obscur ou ésotérique est utilisé pour donner un air de prestige, de profondeur ou d'autorité à son discours ou pour cacher un discours laid des réalités ou des sujets embarrassants.

    Un autre type de double langage, mentionné par Lutz, est un langage clair et précis mais qui implique quelque chose de faux. Par exemple, l'expression « sans cholestérol » figure sur le devant d'un emballage de croustilles dont les ingrédients (clairement indiqués au dos de l'emballage) incluent des graisses saturées (qui sont converties en cholestérol lorsqu'elles sont consommées). Orwell et Lutz nous rappellent qu'un penseur critique doit se méfier des abus de langage subtils tels que l'utilisation d'euphémismes, de jargon et de langage obscur pour tromper et induire en erreur. L'utilisation d'un langage ambigu par un argumentaire peut créer trois problèmes distincts pour le penseur critique.

    Un langage ambigu peut prêter à confusion. Les annonceurs utilisent des expressions telles que « Nouveau et amélioré » et « Agir plus rapidement » pour créer délibérément de l'ambiguïté au sein de leurs audiences. Cela permet aux individus d'interpréter de manière indépendante ces phrases selon les besoins des différents publics. De la même manière, l'ambiguïté associée à des termes tels que « bon temps » ou « beaucoup » permet aux gens d'interpréter les choses individuellement, et peut-être différemment, de la manière dont l'expéditeur du message l'a voulu.

    Un langage ambigu peut mener à des généralisations et à des stéréotypes excessifs. Penser en termes ambigus tend à classer de grands groupes de personnes, d'événements et de choses sous une seule étiquette. Par exemple, « les jeunes conducteurs sont tous pareils, inconsidérés et dangereux ». « Les étudiants ne se soucient pas d'apprendre. Ils se soucient simplement d'obtenir une bonne note. » Plus l'ambiguïté est grande, plus on risque de ne pas tenir compte des différences individuelles et de classer tous les membres du groupe comme étant les mêmes.

    Un langage ambigu peut mener à des contournements. Le contournement se produit lorsque des personnes utilisent involontairement le même mot pour signifier différentes choses ou utilisent des mots différents pour représenter la même chose. Les problèmes de contournement sont beaucoup plus susceptibles de se produire lorsque nous utilisons un langage ambigu, car il n'y a vraiment aucun moyen de vérifier l'exactitude du terme par rapport à l'événement réel qu'il est utilisé pour décrire. Par exemple, « je ne sais pas pourquoi je suis tombée malade, je n'ai bu qu'un peu ». Pour une personne, « un peu » peut être un verre, mais pour une autre personne, il peut s'agir d'un pack de six. Cela me rappelle toujours les élèves de ma classe qui me demandaient s'ils pouvaient quitter la classe « un peu plus tôt ». Après avoir répondu oui, j'ai été surprise de les voir partir alors que le cours n'avait duré qu'une quinzaine de minutes. Leur idée de « un peu tôt » et la mienne étaient très différentes.

    Fournir une plus grande précision du langage est généralement considéré comme un avantage dans un environnement argumentatif. Une plus grande précision permet de mieux comprendre ce que signifie une personne. Des mots précis permettent d'éviter tout malentendu entre l'expéditeur et le destinataire. La meilleure position communicative est de dire ce que vous avez à dire en utilisant un langage aussi précis que possible, en tenant compte de l'heure, du lieu, de la personne et de l'occasion.

    Capture d'écran 2020-09-05 à 12.04.17 PM.png
    Loaded Words : comment le langage influence le débat sur les armes

    Blog NPR 2 février 2013

    Les mots ne se contentent pas de décrire le monde. Ils le définissent littéralement.

    Ils le façonnent et l'encadrent. « La plupart des gens ne le comprennent pas », explique le linguiste George Lakoff de l'université de Californie à Berkeley. « La plupart des gens pensent que les mots font simplement référence à des choses du monde et qu'ils sont neutres. Et ce n'est tout simplement pas vrai. »

    Lakoff a écrit de nombreux livres sur cette idée. « L'anglais ne convient pas seulement au monde. L'anglais correspond à la façon dont vous comprenez le monde via vos cadres », dit-il. « Et en politique, ce sont des cadres moraux. »

    Il y a des décennies, le sondeur Frank Luntz a aidé les républicains à comprendre le pouvoir des mots. Il leur a montré que les électeurs sont plus susceptibles de s'opposer à l'impôt successoral s'il est appelé « impôt sur la mort ». Il a découvert que les Américains aiment davantage le forage pétrolier si cela s'appelle « exploration énergétique ».

    « La phraséologie détermine le contexte. Et c'est le contexte qui détermine le succès ou l'échec », explique Luntz.

    Ensuite, il y a la « réforme ». Ben Zimmer, producteur exécutif du Visual Thesaurus, explique que les politiciens des deux partis associent ce mot à tout effort visant à modifier un programme, qu'il s'agisse de réforme fiscale ou de réforme de l'immigration. » « Réforme » est l'un de ces termes très pointus qui permet de présenter sa propre position comme quelque chose de positif, une façon de prôner le changement sous un jour positif, »

    http://www.npr.org/blogs/itsallpolit...882077/loaded - Les mots et comment le langage façonne le débat sur les armes

    Référence

    1. Lutz, William. Double langage. Brooklyn : Recorded Books Inc., 2016