Skip to main content
Query

1.7 : Résoudre les conflits par la compréhension

  • Page ID
    165920
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Steven Covey, dans son livre The 7 Habits of Highly Effective People, suggère que la meilleure approche pour résoudre les conflits consiste à « chercher d'abord à comprendre, puis à être compris ». 1

    Normalement, dans une situation de conflit, nous nous lançons tête baissée dans le combat, en exprimant notre position sans vraiment prêter attention à l'opposition. Nous pouvons nous demander : « Pourquoi s'embêter à les écouter, ils se trompent, ils ont besoin d'entendre mon point de vue ». Mais la suggestion de M. Covey est puissante.

    Capture d'écran 2020-09-05 à 11.03.53 AM.png
    1.7.1 : « Steven Covey » (domaine public ; Sterling Morris via Wikimedia Commons)

    En comprenant vraiment la personne ou l'organisation avec laquelle vous êtes en conflit, vous avez une bien meilleure idée de la façon de défendre votre position. Vous pouvez découvrir les forces, les faiblesses, les motivations et les fondements de ce point de vue différent. Compte tenu de ces informations, vous pouvez mieux structurer votre argumentation. La première étape consiste à faire une pause et à vraiment comprendre les différences que vous avez avec l'autre personne.

    Dans les dernières pages, vous avez reçu des suggestions sur la façon de convaincre les autres. Mais supposons simplement que l'argument de l'autre personne soit réellement meilleur que le vôtre ? Même si vous êtes un ardent défenseur d'une certaine position, il est important d'écouter avec un esprit ouvert lorsque vous discutez, en particulier de manière informelle et personnelle. C'est un bon conseil d'écouter d'abord attentivement les autres points de vue, non seulement pour obtenir des informations, mais si vous écoutez avec un esprit ouvert, vous pourriez même découvrir qu'ils sont peut-être justes.

    Oui, c'est normal de changer d'avis ! C'est la force d'un penseur critique de se rendre compte que la position de quelqu'un d'autre est supérieure et non pas une faiblesse.

    Je sais que c'est difficile à accepter, mais en tant que véritable penseur critique, il est normal d'écouter un argument, et en réalisant qu'il est supérieur au vôtre, vous pouvez abandonner votre argument et accepter cette nouvelle position. Lorsque j'étais à l'université, il y a des années, j'ai plaidé en faveur du désarmement nucléaire. Je voulais que toutes les armes nucléaires de ce pays soient démantelées par crainte d'une guerre nucléaire et d'une dévastation totale. Ensuite, j'ai entendu l'argument concernant la destruction mutuelle garantie. L'argument était que l'Union soviétique et les États-Unis possédaient suffisamment d'armes nucléaires pour assurer la destruction mutuelle. Comme aucun des deux pays ne peut gagner, il n'y aura jamais de guerre nucléaire. J'ai trouvé cet argument plus raisonnable que ma position initiale et j'ai donc changé d'avis. J'ai décidé de ne pas être dogmatique et de conserver ma position initiale à cause de mon ego.

    Alex Lickerman écrit dans Psychology Today (Lickerman, 2011) ses réflexions sur le fait de changer d'avis.

    Je me suis demandé pourquoi il est souvent si difficile de changer d'avis. Après tout, le monde et notre vision de celui-ci sont en constante évolution ; les circonstances ne restent jamais immuables, alors pourquoi nos réponses à ces changements devraient-elles rester à jamais bloquées dans leur forme initiale ?

    Je pense que cela s'explique en partie par le fait que nous nous attachons aux réponses comme nous nous attachons aux biens. Une fois que nous avons donné une réponse, ce n'est plus simplement une réponse, mais maintenant la nôtre. Une fois que nous nous y engageons, nous devenons instantanément émotionnellement biaisés en sa faveur, devenant souvent même aveugles aux défauts que nous y avions vus nous-mêmes auparavant. Bref, nous sommes très réticents à changer d'avis parce que notre réponse fait désormais partie de ce que nous sommes. Et toute menace à son encontre ressemble à une menace pour nous. 2

    Ne nous attachons pas trop à nos idées au point de ne pas les remettre en question.

    Nous examinerons souvent cet aspect de la pensée critique dans ce livre. Mais réfléchissez simplement à ceci : si vous ne changez jamais d'avis, vous ne progresserez jamais intellectuellement. Vous resterez au niveau que vous êtes maintenant, pour toujours. C'est le signe d'une personne dogmatique. Vous vous en tenez à votre argument initial pour le bien de votre ego, et non pour la qualité de l'argument.

    Référence

    1. Covey, Stephen. Les 7 habitudes des personnes très efficaces. New York : Simon & Schuster, 1989
    2. Lickerman, Alex. « Changer d'avis. » Psychology Today, https://www.psychologytoday.com/us/blog/happiness-in-world/201108/changing-your-mind. Consulté le 30 octobre 2019.