Skip to main content
Query

22.1 : Agents pathogènes médicaux, de premiers secours et transmissibles par le sang

  • Page ID
    166679
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Un devoir de diligence

    Chaque lieu de travail et donc chaque employeur doit prodiguer les premiers soins à un employé blessé. En fonction de la gravité de la blessure, c'est-à-dire si le plan d'urgence de l'employeur est activé, le devoir de diligence consiste à amener le salarié dans un centre d'urgence le plus rapidement possible. Lorsque le lieu de travail est un chantier de construction ou à une certaine distance d'une salle de soins d'urgence ou d'une salle d'urgence d'un hôpital, l'employeur doit être en mesure de fournir les premiers soins immédiats à la mesure de la blessure, puis de procéder, si nécessaire, à des soins hors site pour un traitement médical. L'employeur doit s'assurer de la disponibilité du personnel médical pour des conseils et des consultations quel que soit le lieu de travail.

    Général

    Avant le début d'un projet ou de la construction, des dispositions doivent être prises dans le cadre du plan d'action d'urgence pour faire face aux blessures graves survenant sur le chantier. En l'absence d'une infirmerie, d'une clinique, d'un hôpital ou d'un médecin raisonnablement accessible en termes de temps et de distance du lieu de travail, qui soit disponible pour le traitement des employés blessés, une personne titulaire d'un certificat valide de formation aux premiers secours délivré par le Bureau des mines des États-Unis, la Croix-Rouge américaine, ou une formation équivalente pouvant être vérifiée par des pièces justificatives, doit être disponible sur le lieu de travail pour prodiguer les premiers secours.

    Premiers secours

    Les fournitures de premiers secours doivent être facilement accessibles en vertu du paragraphe 1926.50 (d) (1). Un exemple du contenu minimal d'une trousse de premiers soins générique est décrit dans la norme nationale américaine (ANSI) Z308.1-1978 « Exigences minimales pour les kits de premiers secours de type unité industrielle ». Le contenu du kit indiqué dans la norme ANSI doit être adapté aux petits sites de travail. Lorsque des opérations de plus grande envergure ou de multiples opérations sont menées au même endroit, les employeurs devraient déterminer s'il y a besoin de trousses de premiers soins supplémentaires sur le lieu de travail, de types supplémentaires de matériel et de fournitures de premiers secours, ainsi que de quantités et de types supplémentaires de fournitures et d'équipements dans les trousses de premiers soins.

    S'il est raisonnable de s'attendre à ce que les employés soient exposés à du sang ou à d'autres matières potentiellement infectieuses (OPIM) lors de l'utilisation de fournitures de premiers secours, les employeurs doivent fournir un équipement de protection individuelle (EPI). L'EPI approprié comprend des gants, des blouses, des écrans faciaux, des masques et des protections oculaires.

    Aide au rendu

    Lorsqu'il vient en aide à un travailleur blessé, l'employeur ou la personne désignée doit respecter les règles suivantes :

    1. Les fournitures de premiers secours doivent être facilement accessibles en cas de besoin.
    2. Le contenu de la trousse de premiers secours doit être placé dans un contenant résistant aux intempéries avec des emballages individuels scellés pour chaque type d'article, et doit être vérifié par l'employeur avant d'être envoyé sur chaque chantier et au moins une fois par semaine pour chaque tâche afin de s'assurer que les articles usagés sont remplacés.
    3. Un équipement approprié pour le transport rapide de la personne blessée vers un médecin ou un hôpital, ou un système de communication permettant de contacter le service d'ambulance nécessaire, doit être fourni.
    4. Dans les zones où les services de répartition des urgences 911 ne sont pas disponibles, les numéros de téléphone des médecins, des hôpitaux ou des ambulances doivent être affichés bien en vue.
    5. Dans les zones où les services de répartition des urgences 911 sont disponibles et où un employeur utilise un système de communication pour contacter le service médical d'urgence nécessaire, l'employeur doit :
    • S'assurer que le système de communication est efficace pour contacter le service médical d'urgence ; et
    • Lorsque vous utilisez un système de communication dans une zone qui ne fournit pas automatiquement les informations de latitude et de longitude de l'appelant au répartiteur d'urgence 911, l'employeur doit afficher à un endroit bien en vue sur le lieu de travail :
    1. La latitude et la longitude du chantier ; ou
    2. Autres informations d'identification permettant de communiquer efficacement aux employés l'emplacement du lieu de travail.
    3. Lorsque les yeux ou le corps d'une personne peuvent être exposés à des matières corrosives nocives, des installations appropriées doivent être prévues dans la zone de travail pour une utilisation d'urgence immédiate.

    Premiers secours vs 911

    La partie 1904 relative à la tenue des dossiers distingue les « premiers secours » des « traitements médicaux » d'urgence ou de soins urgents dispensés par un professionnel de la santé aux fins de la tenue des dossiers et des exigences en matière de rapports. Chaque employé a le droit d'avoir accès aux dossiers d'accident et de maladie de l'employeur. Les employeurs doivent enregistrer les blessures de leurs employés via le journal OSHA 300, mais toutes les blessures ne doivent pas être signalées à l'OSHA. Les blessures suivantes sont définies comme des blessures liées aux premiers secours aux fins de distinguer les exigences de déclaration de l'OSHA 300A :

    • L'utilisation d'un médicament en vente libre au dosage sans ordonnance (pour les médicaments disponibles sur ordonnance et en vente libre), la recommandation d'un médecin ou d'un autre professionnel de la santé agréé d'utiliser un médicament en vente libre sur ordonnance est considérée comme un traitement médical pour à des fins d'archivage) ;
    • administrer des vaccins contre le tétanos (les autres vaccins, tels que le vaccin contre l'hépatite B ou la rage, sont considérés comme des traitements médicaux) ;
    • Nettoyage, rinçage ou trempage des plaies à la surface de la peau ;
    • Utiliser des pansements tels que des bandages, des pansements™, des compresses de gaze, etc. ; ou utiliser des bandages à papillons ou des Steri-Strips™ (les autres dispositifs de fermeture des plaies tels que les sutures, les agrafes, etc., sont considérés comme des traitements médicaux) ;
    • Utiliser une thérapie à chaud ou à froid ;
    • Utiliser tout moyen de soutien non rigide, tel que des bandages élastiques, des bandages, des ceintures dorsales non rigides, etc. (les dispositifs dotés de supports rigides ou d'autres systèmes conçus pour immobiliser des parties du corps sont considérés comme des traitements médicaux à des fins de tenue de dossiers) ;
    • Utiliser des dispositifs d'immobilisation temporaires lors du transport d'une victime d'accident (par exemple, attelles, écharpes, colliers cervicaux, panneaux dorsaux, etc.).
    • Perçage d'un ongle ou d'un ongle pour relâcher la pression, ou vidange du liquide contenu dans une plaquette thermoformée ;
    • Utiliser des cache-yeux ;
    • Enlever les corps étrangers de l'œil en utilisant uniquement une irrigation ou un coton ;
    • Enlever les éclats ou les corps étrangers de zones autres que l'œil par irrigation, par des pincettes, des cotons-tiges ou par d'autres moyens simples ;
    • Utiliser des protège-doigts ;
    • Utiliser des massages (la physiothérapie ou le traitement chiropratique sont considérés comme des traitements médicaux à des fins de tenue de dossiers) ; ou
    • Boire des liquides pour soulager le stress thermique.

    Par « traitement médical », on entend la prise en charge et les soins d'un patient pour combattre une maladie ou un trouble. Il ne comprend pas de procédures diagnostiques ou de conseils autres que ceux exigés par la surveillance médicale conformément à la norme sur les agents pathogènes à diffusion hématogène ou les expositions à des substances toxiques.

    Agents pathogènes transmissibles par

    Les agents pathogènes transmissibles par le sang sont des microorganismes infectieux présents dans le sang humain ou d'autres matières potentiellement infectieuses (OPIM) qui peuvent provoquer des maladies chez les humains. Ces agents pathogènes incluent, sans toutefois s'y limiter, l'hépatite B (HBV), l'hépatite C (VHC) et le virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Les travailleurs exposés régulièrement (par le biais d'une exposition professionnelle) à des aiguilles et à des objets tranchants, à du verre brisé ou à d'autres mécanismes les exposant à des fluides corporels sont les plus exposés.

    Afin de réduire ou d'éliminer les risques liés à l'exposition professionnelle à des agents pathogènes transmissibles par le sang, l'employeur doit mettre en œuvre un plan de contrôle de l'exposition (ECP) pour le lieu de travail avec des détails sur les mesures de protection des employés. Le plan doit également décrire comment un employeur utilisera les contrôles techniques et pratiques de travail, les vêtements et équipements de protection individuelle, la formation des employés, la surveillance médicale, les vaccins contre l'hépatite B et les autres dispositions requises par la norme sur les agents pathogènes à diffusion hématogène de l'OSHA.

    Bien que toutes les industries ou tous les employeurs ne soient pas tenus de mettre en œuvre un PCE, la clause d'obligation générale de l'OSHA (section 5 (a) (1) de la loi sur la SST) sera utilisée, le cas échéant, pour protéger les employés contre les risques hématogènes dans la construction, le débardage, les terminaux maritimes et l'agriculture. Les employés qui sont formés en tant que premiers intervenants dans n'importe quelle organisation sont couverts par la norme sur les agents pathogènes à diffusion hématogène. Tout employé exposé au sang ou à l'OPIM doit se faire vacciner contre l'hépatite dès que possible, mais en aucun cas plus tard que 24 heures après l'incident d'exposition. Si un incident d'exposition tel que défini dans la norme s'est produit, d'autres procédures de suivi post-exposition doivent être initiées immédiatement, conformément aux exigences de la norme.

    En général, l'ECP doit contenir les éléments suivants :

    • La détermination de l'exposition qui identifie les classifications professionnelles comportant une exposition professionnelle et les tâches et procédures impliquant une exposition professionnelle et qui sont exécutées par des employés appartenant à des catégories professionnelles dans lesquelles certains employés sont exposés à des risques professionnels.
    • Les procédures d'évaluation des circonstances entourant les incidents d'exposition ;
    • Un calendrier de mise en œuvre des autres dispositions de la norme, y compris les méthodes de conformité, les exigences des laboratoires de recherche sur le VIH et le VHB et des installations de production, la vaccination contre l'hépatite B et l'évaluation et le suivi post-exposition, la communication des dangers aux employés et la tenue de registres ;
    • Les méthodes de conformité incluent :
    1. précautions universelles ;
    2. Contrôles techniques et pratiques de travail, par exemple dispositifs médicaux plus sûrs, contenants d'élimination des objets tranchants, hygiène des mains ;
    3. équipements de protection individuelle ;
    4. Entretien ménager, y compris les procédures de décontamination et l'élimination des déchets réglementés.
    • Documentation de :
    1. l'examen annuel et la mise en œuvre de dispositifs médicaux appropriés, efficaces et plus sûrs, disponibles dans le commerce, conçus pour éliminer ou minimiser l'exposition professionnelle, et
    2. la sollicitation de professionnels de santé non cadres (qui sont responsables des soins directs aux patients et sont potentiellement exposés à des blessures causées par des objets tranchants contaminés) pour l'identification, l'évaluation et la sélection de contrôles techniques et pratiques de travail efficaces.