Skip to main content
Query

11.4 : Souveraineté autochtone et justice environnementale

  • Page ID
    166857
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Les Sioux de Standing Rock s'opposent à l'oléoduc

    Au cœur des luttes des peuples amérindiens se trouvent les questions de l'utilisation des terres et de la souveraineté (abordées plus haut dans le chapitre 5.5). Un État souverain est une organisation politique dotée d'un gouvernement centralisé qui exerce une autorité indépendante suprême sur une zone géographique. Les États-Unis ont une longue histoire de rupture de traités avec les nations amérindiennes à des fins d'extraction de ressources. Alors que la prise de conscience de la crise climatique augmente, en particulier chez les jeunes, la résistance aux nouvelles infrastructures de combustibles fossiles telles que le pipeline Keystone XL (KXL) et le Dakota Access Pipeline (DAPL) joue un rôle central dans l'activisme climatique. Des groupes tels que le Indigenous Environmental Network (IEN), créé en 1990, se situent à l'intersection de ces problèmes sociaux. Alliant croyances culturelles et activisme, la formation d'action directe de l'IEN contre le KXL a fait référence à la prophétie lakota du serpent noir, qu'ils considèrent comme une « manifestation de la maladie de la société » et un symbole des oléoducs (Bioneers, 2017). Leurs objectifs organisationnels sont les suivants :

    1. Éduquer et habiliter les peuples autochtones à aborder et à développer des stratégies pour la protection de notre environnement, de notre santé et de toutes les formes de vie — le cercle de la vie.
    2. Réaffirmer nos connaissances traditionnelles et notre respect des lois naturelles.
    3. Reconnaître, soutenir et promouvoir des modes de vie et des moyens de subsistance économiques respectueux de l'environnement et bâtir des communautés autochtones saines et durables.
    4. Engagement à influencer les politiques qui touchent les peuples autochtones au
      niveau local, tribal, étatique, régional, national et international.
    5. Faire participer les jeunes et les aînés à tous les niveaux de notre travail.
    6. Protégez nos droits humains en pratiquant nos croyances culturelles et spirituelles.

    Ces efforts ont culminé en 2016 lorsqu'un groupe de jeunes autochtones surnommé le Youth Council, dont certains avaient été formés par l'IEN., a organisé un relais de 2 000 miles depuis le Sacred Stone Camp, un camp de prière créé pour résister au DAPL à l'extrémité nord de la réserve Sioux de Standing Rock dans le Dakota du Sud, à Washington D.C. pour remettre une lettre à l'Army Corps of Engineers demandant que l'autorisation de traverser le fleuve Missouri soit refusée à la DAPL.

    Comme expliqué dans le DAPL Fact Zine :

    Le Dakota Access Pipeline (DAPL) est proposé pour transporter 450 000 barils par jour de pétrole brut Bakken (qui est fracturé et hautement volatil) des terres du Dakota du Nord à Patoka, dans l'Illinois. Les menaces que ce pipeline représente pour l'environnement, la santé humaine et les droits humains sont remarquablement similaires à celles du Keystone XL. Comme le DAPL traversera l'aquifère d'Ogallala (l'un des plus grands aquifères du monde) et deux fois sous le fleuve Missouri (le plus long fleuve des États-Unis), la contamination possible de ces sources d'eau fait du pipeline Dakota Access une menace nationale.

    Vidéo\(\PageIndex{1}\) : « Mni Wiconi : The Stand at Standing Rock ». (Le sous-titrage codé et les autres paramètres YouTube apparaîtront une fois la vidéo démarrée.) (Utilisation équitable ; films divisés via YouTube)

    Comme le montre la vidéo ci-dessus, Mni Wiconi : The Stand at Standing Rock, a suivi des mois de manifestations pacifiques qui sont devenues le plus grand rassemblement d'Amérindiens en 100 ans. En langue sioux, Mni Wiconi traduit par « L'eau c'est la vie, l'eau est sacrée ». Dirigés par LaDonna Brave Bull Allard, les protecteurs de l'eau organisés à Standing Rock étaient composés de membres de la tribu des Lakotas Sioux de Standing Rock, ainsi que de membres de plus de 280 nations autochtones, dont l'ancienne candidate à la vice-présidence Winona LaDuke, et d'alliés tels que comme Bernie Sanders et Leonardo DiCaprio, ainsi que des membres de nombreuses organisations de défense des droits civiques, de défense de l'environnement et d'anciens combattants. Des manifestants non armés ont affronté les forces de sécurité privées et ont été attaqués par des chiens de sécurité, aspergés de gaz poivré et arrosés de canons à eau par des températures glaciales par le département du shérif du comté de Morton. Bien que le président Barack Obama ait fait des déclarations en faveur d'un réacheminement du gazoduc « d'une manière qui tienne dûment compte des traditions des premiers Américains », l'un de ses premiers actes en tant que président Donald Trump a signé un mémorandum exécutif demandant à l'armée d'accélérer l'examen et l'approbation processus pour le tronçon non construit du Dakota Access Pipeline. Au moment de la rédaction de ce texte, la DAPL avait du pétrole à flot, mais elle fait toujours l'objet d'un litige.

    Bannière du mouvement Mni Wiconi lors de leur manifestation.

    Figure\(\PageIndex{2}\) : bannière MNI WICONI. (CC BY 2.0 ; Becker1999 via Wikimedia)
    Le saviez-vous ?

    Des mouvements dirigés par des jeunes tels que le Sunrise Movement ainsi que des groupes autochtones tels que l'IEN plaident pour un Green New Deal (GND) aux États-Unis qui mettrait en œuvre une transition juste d'une économie énergétique basée sur les combustibles fossiles à une économie « verte » durable. Le GND utilise une optique de justice environnementale qui répond aux besoins des communautés noires, brunes, autochtones et marginalisées tout en développant des emplois dans les infrastructures et les énergies propres. Le GND est un plan pour une énergie 100 % propre et renouvelable d'ici 2030 en utilisant une taxe sur le carbone, une garantie d'emploi, des études universitaires gratuites, des soins de santé à payeur unique et un accent sur l'utilisation de programmes publics.

    Blackout des médias et réseaux sociaux

    Tout comme pour le mouvement Black Lives Matter, les réseaux sociaux ont joué un rôle central en amplifiant l'appel lancé aux manifestants pleins d'espoir qui préféraient être qualifiés de protecteurs de l'eau. Les militants ont noté que les médias traditionnels ne couvraient pas les manifestations autant qu'ils le pensaient. Fairness and Accuracy in Reporting, une organisation qui vise à lutter contre les préjugés des médias, a noté que le 7 septembre 2016, de nombreux mois après le début des manifestations qui avaient déjà attiré des milliers de sympathisants pacifiques victimes de violences de la part de la sécurité privée et des forces de l'ordre locales, des trois les médias ABC, CBS et NBC, seul CBS avait diffusé un seul segment de 48 mots diffusé à 4 heures du matin. Journaliste indépendante et animatrice de Democracy Now ! , a déclaré Amy Goodman à propos de l'apparente panne médiatique,

    Il est étonnant de constater le peu de couverture dont ils ont bénéficié au cours de ces derniers mois. Mais cela va de pair avec le manque de couverture du changement climatique. Ajoutez à cela un groupe de personnes marginalisées par les médias d'entreprise, les Amérindiens, et vous obtenez une combinaison qui les fera disparaître. Et pourtant, ces manifestations n'ont fait que s'intensifier, les camps de résistance n'ont fait que s'agrandir au fil des mois, sans le porte-voix médiatique des médias d'entreprise.

    Goodman elle-même était présente aux manifestations et a fait émettre un mandat d'arrêt contre elle, alléguant qu'elle avait participé à une « émeute ». Cela montre que même si « la révolution ne sera pas télévisée », elle pourrait finir par être tweetée à la place.

    Vidéo\(\PageIndex{3}\) : « Gil Scott Heron : La révolution ne sera pas télévisée avec des paroles. » (Le sous-titrage codé et les autres paramètres YouTube apparaîtront une fois la vidéo démarrée.) (Utilisation équitable ; Jeremy Alexander via YouTube)

    Contributeurs et attributions

    • Tsuhako, Joy. (Collège Cerritos)
    • Johnson, Shaheen. (Université de la ville de Long Beach)
    • Sociologie (sans limites) (CC BY-SA 4.0)

    Ouvrages cités

    • Levin, S. (2016). Le juge rejette les accusations d'émeute portées contre la journaliste Amy Goodman après une manifestation contre un oléoduc Le Guardian.
    • J. Naurackas (2016). Dakota Access Blackout continue sur ABC, NBC News. Équité et précision des rapports.