Skip to main content
Query

6.5 : Institutions sociales

  • Page ID
    166853
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Institutions sociales (blanches)

    Dans son ouvrage phare, Racism Without Racists, Eduardo Bonilla-Silva part du principe que la pensée sociale libérale éclaire notre point de vue (blanc) sur le monde et justifie nos institutions sociales, économiques et politiques (blanches). La parenthèse du blanc de Bonilla-Silva est intentionnelle dans la mesure où la pensée sociale libérale des Blancs équivaut à un daltonisme, en vertu duquel nous considérons les différences culturelles comme inutiles. Comme le blanc est la couleur par défaut dans notre société, cela a été fait pour paraître normal. Cependant, les spécialistes de la théorie critique de la race cherchent à attirer l'attention sur la façon dont la blancheur a été structurée dans le tissu de la société, en particulier dans nos institutions sociales. Dans leur analyse de la théorie critique des races, Richard Delgado et Jean Stefancic (2001) incluent que l'un des éléments clés de la théorie critique des races est que « notre système d'ascendance du blanc sur la couleur sert des objectifs importants, à la fois psychiques et matériels ». Un siècle auparavant, W.E.B. DuBois avait inventé cela comme le salaire de la blancheur.

    Les recherches montrent que la répartition des ressources et des opportunités n'est pas égale entre les catégories raciales et ethniques, et que les groupes blancs obtiennent de meilleurs résultats que les autres groupes (Konrad et Schmidt, 2004). Indépendamment de la perception sociale, il existe en réalité des différences institutionnelles et culturelles au niveau du gouvernement, de l'éducation, de la justice pénale, des sports, du lieu de travail, des médias de masse et des médias, et les groupes raciaux et ethniques ont reçu des rôles et un traitement subalternes dans la société. Ces institutions sociales sont généralement contrôlées par des Américains blancs. Ces institutions ont certainement été créées par des Américains blancs. Bien que nous puissions accéder à ces institutions sociales dans notre vie quotidienne dans une plus ou moins grande mesure, nous n'avons certainement pas tous le même contrôle sur ces institutions.

    Dans White Fragility, Robin DiAngelo présente les statistiques suivantes qui aident à comprendre comment nos institutions sociales reflètent la domination blanche :

    Figure\(\PageIndex{1}\) : Prédominance blanche aux États-Unis (graphique de Jonas Oware avec des données de White Fragility)

    Catégorie % blanc
    10 Américains les plus riches 100 %
    Congrès américain 90 %
    Gouverneurs des États-Unis 96 %
    Les meilleurs conseillers militaires

    100 %

    Président et vice-président actuel des États-Unis 100 %
    Cabinet présidentiel américain actuel 91 %
    Les personnes qui décident des émissions de télévision que nous voyons 93 %
    Les personnes qui décident quels livres nous lisons 90 %
    Les personnes qui décident quelles actualités sont couvertes 85 %
    Les personnes qui décident de la musique produite 95 %
    Les personnes qui ont réalisé les 100 films les plus rentables au monde 95 %
    Professeurs 82 %
    Professeurs à temps plein 84 %
    Propriétaires d'équipes de football professionnelles masculines 97 %

    Les Américains blancs ont en moyenne une richesse bien supérieure à celle des autres groupes raciaux et ethniques. Tous les présidents américains, à l'exception de Barack Obama, sont des hommes blancs. Le Congrès américain reste disproportionnellement blanc (hommes), tout comme les PDG du Fortune 500. Même les Oscars ont été récompensés parce qu'ils sont d'une blancheur écrasante (#OscarsSowhite). Cela est significatif compte tenu non seulement de la consommation médiatique d'un milliard de dollars aux États-Unis, mais également de la consommation mondiale des médias de masse américains. Tout ce « business as usual » dans nos institutions sociales (blanches) se traduit par des avantages systémiques cumulatifs pour les Américains blancs.

    Le panneau Hollywood
    Figure\(\PageIndex{2}\) : The Hollywood Sign, non loin des Oscars. (CC BY 2.0 ; raindog808 via Wikimedia)

    Sports

    Prenons le sport professionnel comme premier exemple. Sur la base des données recueillies par l'Institute for Diversity and Ethics in Sports, les tableaux suivants révèlent le déséquilibre entre les joueurs et les entraîneurs, propriétaires et/ou directeurs généraux (PDG) de la National Basketball Association (NBA) et de la National Football Association (NFL) (Lapchick, 2019) . De toute évidence, la majorité des joueurs sont de couleur alors que la majorité des propriétaires ou des PDG sont blancs. La NBA a fait plus de progrès que la NFL en ce qui concerne l'embauche d'un plus grand nombre d'entraîneurs-chefs de couleur, mais il est clair que la majorité des entraîneurs dans les deux sports restent blancs. Il convient de noter que lors des manifestations de 2020 contre l'injustice raciale, le commissaire de la NFL a exprimé son soutien verbal à Black Lives Matter, ce qui contraste de façon frappante par rapport à ce qu'il était quelques années auparavant, lorsque le quarterback Colin Kapernick avait été ostracisé pour s'être agenouillé pendant l'hymne national pour appeler attention portée à l'injustice raciale. À l'été 2020, la plupart des équipes de la NBA, y compris les joueurs, les entraîneurs, les arbitres et les propriétaires, se sont non seulement agenouillées pendant l'hymne national, mais de nombreux joueurs ont inscrit des slogans sur leurs maillots soutenant le mouvement (par exemple Black Lives Matter, Vote, Ally, Equality).

    Tableau\(\PageIndex{3}\) : La diversité dans la NBA. (Graphique de Jonas Oware avec des données de l'université de Floride centrale)
    joueurs Entraîneurs-chefs Propriétaires majoritaires Personnel du bureau de la
    blanc 18,1 % 66,7 % 91,4 % 62,4 %
    Afro-américain 74,8 % 26,7 % 2,9 % 15,9 %
    Latino 2,4 % 3,3 % 0 % 6,7 %
    Asiatique > 1 % 3,3 % 2,9 % 10,4 %
    Autres 3,9 % 0 % 2,9 % 4,6 %
    Tableau\(\PageIndex{4}\) : Diversité dans la NFL. (Graphique de Jonas Oware avec des données de l'université de Floride centrale)
    joueurs Entraîneurs-chefs PDG/Président Personnel du bureau de la
    blanc 26,8 % 81,3 % 95 % 67,3 %
    Afro-américain 58,9 % 9,4 % 0 % 10,2 %
    Latino 0,5 % 3,1 % 0 % 6,6 %
    AAPI 1,6 % 0 % 4,9 % 9,3 %
    AI/AN 0 % 0 % 0 % 0,1 %
    Deux courses ou plus 9,6 % 0 % 0 % 1,7 %
    Non divulgué 3,1 %     4,7 %

    Éducation

    Un deuxième exemple est celui de l'éducation. Gall-Peters Projection attire l'attention sur le contenu de notre enseignement de la maternelle à la 12e année, qui privilégie une approche eurocentrique pour présenter l'histoire et la géographie. L'eurocentrisme est une vision du monde centrée sur la civilisation occidentale, souvent blanche, ou qui la favorise. Pendant des décennies, nous avons constaté des résultats scolaires inégaux, tant au niveau de la maternelle à la 12e année que dans l'enseignement supérieur, ce qui peut être attribué en partie au programme eurocentrique. Les principaux articles de Gloria Ladson-Billings et William Tate (1995) sur la théorie critique de la race en matière d'éducation ont examiné la façon dont les inégalités scolaires émanent d'une société racialisée. Christine Stanley (2006) a présenté l'un des principaux arguments de la théorie critique de la race, à savoir que les subtilités du racisme institutionnel sont rarement reconnues publiquement, en particulier par la culture euro-américaine dominante. Stanley (2006) a ajouté que « de nombreuses institutions attachent de l'importance à la diversité, mais elles n'étudient souvent pas assez en profondeur pour déterminer comment les politiques et pratiques habituelles désavantagent certains groupes sociaux, raciaux ou culturels » (p. 724).

    Système de justice pénale

    Le système de justice pénale en est un troisième exemple. Les Américains blancs sont sous-représentés dans nos prisons, tandis que les Afro-Américains sont incarcérés de manière disproportionnée. Michelle Alexander écrit dans The New Jim Crow que le système de justice pénale, en particulier les prisons, est spécifiquement conçu comme une forme de contrôle social sur les hommes afro-américains. Les derniers présidents américains, à commencer par Nixon, ont utilisé l'expression de campagne « loi et ordre » qui est en fin de compte un mot de code désignant le contrôle racial des personnes de couleur, comme le montre de manière convaincante le documentaire 13e. Le pipeline entre l'école et la prison est utilisé pour expliquer les statistiques décourageantes concernant les jeunes de couleur, en particulier les hommes afro-américains, qui sont surreprésentés en prison et sous-représentés dans l'enseignement supérieur. La plupart de nos écoles et prisons sont également dirigées par des directeurs, des présidents ou des directeurs blancs, hommes ou femmes.

    Milieu de travail/Économie

    Enfin, voyons comment le lieu de travail, situé au sein de l'institution sociale de notre économie, favorise souvent un climat de suprématie blanche, même si nous ne sommes pas du tout conscients que cela est en jeu. Comme le présentent Kenneth Jones et Tema Okun (2001), les caractéristiques suivantes de la culture de la suprématie blanche se manifestent dans des organisations telles que le lieu de travail :

    • perfectionnisme
    • sentiment d'urgence
    • défensive
    • quantité plutôt que qualité
    • culte de l'écrit
    • un seul bon chemin
    • paternalisme
    • l'un ou l'autre en pensant
    • thésaurisation
    • peur d'un conflit ouvert
    • individualisme
    • les progrès sont plus importants/plus
    • objectivité
    • droit de réconforter ceux qui ont du pouvoir

    Les caractéristiques énumérées ci-dessus sont dommageables car elles sont utilisées comme normes et standards sans être réellement sélectionnées par les membres du groupe. Ils sont dommageables parce qu'ils favorisent une pensée hégémonique et suprémaciste blanche. Elles nuisent à la fois aux personnes de couleur et aux personnes blanches parce qu'elles nuisent à notre humanité et à notre capacité à valoriser la différence. Ces caractéristiques peuvent être prévalentes dans des institutions majoritairement blanches (PWI) ou dans des organisations dirigées par des personnes de couleur.

    En énumérant les caractéristiques de la culture de la suprématie blanche, nous soulignons comment les organisations utilisent inconsciemment ces caractéristiques comme normes et standards, rendant ainsi difficile, voire impossible, d'ouvrir la porte à d'autres normes, règles, pratiques et modes de direction culturels. Ces pratiques font obstacle à une organisation véritablement multiculturelle ; la section 6.6 examine les antidotes à ces pratiques.

    Penser sociologiquement

    Réfléchissez aux questions posées par Kenneth Jones et Tema Okun (2001) dans Dismanteling Racism : A Workbook for Social Change Groups :

    Lesquelles de ces caractéristiques de la culture de la suprématie blanche sont en jeu sur votre lieu de travail ou dans d'autres organisations de votre communauté ? Comment se dressent-ils sur la voie de la justice raciale ? Que pouvez-vous faire, ainsi que votre communauté, pour transformer les croyances et les comportements en faveur de la justice raciale et d'une organisation multiculturelle ?

    Réseau de racisme institutionnel

    Précédemment discuté au chapitre 4.4, le racisme institutionnel peut être compris simplement comme « comme si de rien n'était ». Comme d'habitude, les personnes de couleur ont tendance à être sous-représentées aux postes de pouvoir dans les institutions sociales susmentionnées ; inversement, comme d'habitude, les Américains blancs ont tendance à occuper des postes de pouvoir dans nos principales institutions sociales, bien qu'il soit plus facile de signaler des exceptions à cette règle. règne au cours des 30 dernières années par opposition au reste de l'histoire des États-Unis.

    Le racisme institutionnel désigne les politiques et les pratiques au sein des institutions qui profitent aux personnes blanches au détriment des personnes de couleur. La façon dont les enfants de couleur sont traités dans le système éducatif américain est un exemple de racisme institutionnel. En moyenne, les enfants de couleur sont disciplinés plus sévèrement que leurs pairs blancs. Ils sont également moins susceptibles d'être identifiés comme doués et ont moins accès à des enseignants de qualité. Le racisme dans les écoles peut avoir et a de graves conséquences pour les élèves et notre avenir (National Museum of African American History and Culture).

    Shirley Better explique le réseau de racisme institutionnel qui trouve ses racines dans l'inégalité en matière de logement et qui, à son tour, a un impact sur les résultats en matière d'éducation, d'emploi, de santé et Les modèles de logement du XXe siècle ont permis d'offrir des possibilités de mobilité aux Américains blancs, au détriment des communautés de couleur, en particulier des Afro-Américains. Après la Seconde Guerre mondiale, le projet de loi GI a incité les anciens combattants blancs à devenir propriétaires de leur propre maison en banlieue. Les communautés qui utilisaient des conventions restreintes offraient uniquement aux Blancs la possibilité de posséder des maisons et des biens dans ces quartiers restreints. Cette ségrégation financée par le gouvernement a cimenté la richesse des Américains blancs. D'autre part, les Afro-Américains ont connu le redlining (incapacité à obtenir des prêts hypothécaires standard dans les quartiers afro-américains), le pilotage (éloignement de l'accession à la propriété dans les quartiers blancs), les logements sociaux de qualité médiocre, la fuite blanche (mobilité blanche de quartiers dans lesquels s'installaient des Afro-Américains) et la gentrification (remplacement des quartiers pauvres par des personnes de la classe moyenne).

    Les mots « stop à la gentrification » peints à la bombe sur un mur
    Figure\(\PageIndex{5}\) : Manifestation sur le mur, avec le message : « Stop à la gentrification ». (CC BY-SA 4.0 ; Prof. Lumacorno via Wikimedia)

    Comme l'accession à la propriété est la clé traditionnelle et éprouvée pour accéder à la richesse aux États-Unis, il devient plus facile de comprendre le réseau de racisme institutionnel décrit par Better. L'endroit où nous vivons détermine généralement l'endroit où nos enfants vont à l'école. La qualité de l'enseignement que nous recevons a un impact sur notre potentiel d'enseignement supérieur, sur notre entrée sur le marché du travail et, très probablement, sur nos interactions avec la police et le système de justice pénale. De plus, le type d'emploi que nous exerçons détermine généralement le type de soins de santé que nous recevons ou ne recevons pas.

    Principaux points à retenir

    • Les institutions sociales telles que le sport, l'éducation, le système de justice pénale et le lieu de travail reflètent la domination blanche.
    • Le réseau de racisme institutionnel, enraciné dans les inégalités en matière de logement, a un impact négatif sur les résultats en matière d'éducation, d'emploi, de santé et de justice pénale pour de nombreuses communautés de couleur, tout en profitant aux Euroaméricains et aux Américains blancs.

    Contributeurs et attributions

    Ouvrages cités

    • Alexander, M. (2010). Le nouveau Jim Crow : l'incarcération de masse à l'ère du daltonisme. New York, NY : Nouvelle presse.
    • Mieux, S. (2007). Racisme institutionnel : introduction à la théorie et aux stratégies du changement social. 2e éd. Lanham, MD : éditeurs Rowman & Littlefield.
    • Delgado, S. et Stefancic, J. (2001). Théorie critique de la race. New York, New York : Presse universitaire de New York.
    • Bonilla-Silva, E. (2001). La suprématie blanche et le racisme à l'ère de l'après-droits civiques. Boulder, Colorado : Lynne Reinner Publishers.
    • DiAngelo, R. (2018). W hit e Fragility : Why It's So Hard for White people to talk about racism. Boston, Massachusetts : Beacon Press.
    • Du Bois, W.E.B. (1977). [1935]. Reconstruction des Noirs : un essai vers une histoire du rôle joué par les Noirs dans la tentative de reconstruction de la démocratie en Amérique, 1860 -880. Atheneum, New York.
    • Duvernay, A. et Moran, J. (2016). 13e. [Film]. Films Kandoo.
    • Projection Gall-Peters. Wikipédia.
    • Jones, K. et Okun, T. (2001). Démanteler le racisme : un manuel pour les groupes de changement social. Changez de travail.
    • Ladson-Billings, G. et Tate, W. (automne 1995). Vers une théorie critique de l'éducation raciale. Teachers College Record, 97 (1), 47-68.
    • Konradi, A. et Schmidt, M. (2004). Lire entre les lignes : vers une compréhension des problèmes sociaux actuels. 3e éd. New York, New York : McGraw-Hill.
    • Lapchick, R. (2019, 30 octobre). Le bulletin racial et sexospécifique 2019 : ligue nationale de football. Institut pour la diversité et l'éthique dans le sport.
    • Lapchick, R. (2019, 18 juin). Le bulletin racial et sexospécifique 2019 : association nationale de basket-ball. Institut pour la diversité et l'éthique dans le sport.
    • Musée national de l'histoire et de la culture afro-américaines. (n.d.). Parler de race : être antiraciste.
    • Stanley, CA (2006). Colorer le paysage universitaire : faculté de couleur brisant le silence dans les collèges et universités majoritairement blancs. Journal américain de recherche en éducation, 43 (4), 701—736.