Skip to main content
Query

5.3 : Variétés de non-démocratie

  • Page ID
    165950
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Objectifs d'apprentissage

    À la fin de cette section, vous serez en mesure de :

    • Identifier différents types de régimes non démocratiques
    • Reconnaître des exemples de différentes non-démocraties dans le monde, passées et présentes

    Présentation

    Compte tenu de la diversité des régimes communément qualifiés de « non-démocratie », un premier pas vers la clarté analytique consiste à concevoir une typologie permettant de classer les différentes non-démocraties en fonction de leurs caractéristiques essentielles. Les typologies offrent un moyen puissant de réfléchir de manière analytique à un groupe, en le divisant en sous-groupes sur la base de certains critères. Cette section explorera quelques-uns des principaux types de non-démocraties qui existent dans le monde, d'hier et d'aujourd'hui.

    Une typologie des non-démocraties

    La création d'une typologie est un exercice descriptif important. Il permet d'établir la « configuration du terrain » et de distinguer les principales caractéristiques des articles au sein d'une catégorie. Les typologies peuvent constituer une première étape utile pour une analyse plus approfondie. Après avoir divisé les non-démocraties en types A, B, C et D, par exemple, un chercheur peut alors se poser des questions plus approfondies telles que : Quel type de non-démocratie dure le plus longtemps, en moyenne ? Quels types de personnes ont tendance à entrer en conflit ou à rester en paix pendant de plus longues périodes ? Qui jouit de la plus grande stabilité économique ? Les types ont-ils tendance à se regrouper dans certaines régions du monde ?

    Les typologies des non-démocraties sont un exemple de mesure nominale du type de régime. C'est-à-dire que les éléments de cette typologie ne sont pas classés, ni ordinaux, les uns par rapport aux autres. Cette typologie présente plutôt une mesure nominale, dans laquelle les entités non démocratiques sont divisées en sous-groupes en fonction de certaines caractéristiques. Ces sous-groupes sont triés en fonction des deux caractéristiques identifiées ci-dessous, mais il n'existe pas de hiérarchie entre les groupes.

    Les typologies présentent des défis. Comme la plupart des éléments du monde social sont dynamiques, une typologie peut fonctionner pendant un certain temps mais ne pas saisir les changements tels que l'émergence d'un nouveau type ou l'expiration d'anciens types. La montée des régimes fascistes et communistes modernes au XXe siècle a incité certains chercheurs à affirmer qu'un nouveau type de non-démocratie, le totalitarisme, était apparu. À ce jour, les chercheurs se demandent si le terme totalitarisme est utile.

    Le deuxième défi est celui de l'ajustement. Certaines observations peuvent ne pas s'intégrer parfaitement aux types proposés par une typologie donnée, mais plutôt combiner les caractéristiques de deux types, voire plus. Ce type de combinaison est observable dans le monde réel des pays non démocratiques. Il met en évidence le fait que les types de notre typologie des non-démocraties ne s'excluent pas mutuellement : un pays peut correspondre à plusieurs types ou changer de type au fil du temps.

    En bref, les typologies sont fondées sur certaines caractéristiques sous-jacentes qui divisent un groupe en sous-groupes. Les typologies sont dynamiques et peuvent changer en fonction de l'évolution des caractéristiques sous-jacentes de la catégorie observée. De nouveaux types de non-démocraties sont identifiés au fil du temps, les chercheurs affirment qu'ils ont identifié quelque chose de distinct et qu'un nouveau type pourrait éventuellement être largement accepté par les spécialistes et les observateurs plus occasionnels. Les régimes illibéraux ou hybrides, dont il sera question plus loin, sont un exemple de ce phénomène.

    Il existe de nombreuses typologies pour diviser les divers pays classés comme non démocratiques dans le monde. La typologie présentée ici fournit un levier analytique pour réfléchir à la variation au sein de ce type de régime. Notre typologie des non-démocraties dépend de deux facteurs qualitatifs, à savoir les caractéristiques du leadership et les sources de légitimité. Le leadership se concentre sur des questions telles que la question de savoir si le leadership de base comprend une ou plusieurs personnes. Au-delà du nombre de personnes au pouvoir, d'autres questions se posent concernant les caractéristiques des dirigeants : les civils ou les militaires sont-ils au pouvoir ? Les dirigeants viennent-ils tous d'une certaine institution, telle qu'un parti politique ou un groupe religieux ? Une deuxième considération majeure porte sur les fondements de l'autorité du régime : quelles sont les idées qui animent le régime ? Le régime est-il guidé par une religion ou une idéologie particulière ?

    En examinant ces deux ensembles de facteurs, les caractéristiques du leadership et les bases de la légitimité du régime, nous pouvons nous concentrer sur cinq principaux types de non-démocratie dans le monde d'aujourd'hui. Il s'agit de théocraties, de régimes ou de monarchies personnalisés, de régimes à parti unique ou d'oligarchies, de régimes militaires et de régimes hybrides ou illibéraux. Le tableau 5.3.1 résume ces types.

    Tableau 5.3.1 : Types de non-démocraties en fonction des caractéristiques du leadership et des sources de légitimité
    Type de non-démocratie Caractéristiques du leadership Sources de légitimité
    Théocratie Leader unique ou règle collective Textes religieux
    Personnaliste ou monarchie Leader unique Variable : Religion, charisme, tradition
    Régime ou oligarchie à parti unique Règle collective Variable : Religion, idéologie politique telle que le communisme, le fascisme
    Régime militaire Variable : chef unique ou régime collectif, tous militaires Variable : Religion, idéologie politique, convictions concernant la compétence militaire
    Régime illibéral Variable Variable, mais toutes ont une apparence de démocratie libérale

    Théocratie

    Les théocraties sont aussi anciennes que la religion organisée. De nombreuses théocraties ne sont pas des démocraties dans lesquelles l'autorité des dirigeants politiques est fondée sur un texte sacré. Ces textes confèrent une légitimité divine aux dirigeants politiques, qui ne sont pas responsables devant le public. Au sein des théocraties, les institutions politiques sont organisées conformément aux prescriptions d'un texte sacré, notamment le bureau exécutif, le code juridique, le système juridique et les écoles. Certaines théocraties non démocratiques actuelles sont celles organisées autour de l'islam, comme l'Arabie saoudite et l'Iran. Le Vatican, autre théocratie non démocratique, est organisé autour du catholicisme romain.

    Règle et monarchie personnalistes

    Les non-démocraties caractérisées par un régime personnalisé sont dirigées par un seul dirigeant. Ce dirigeant peut tirer sa légitimité de diverses sources. Il s'agit notamment du charisme personnel de ce dirigeant ou de sa capacité à servir d'interprète convaincant d'une idéologie politique pour l'ensemble de la société. Un exemple du premier est Idi Amin de l'Ouganda (r. 1971-1979), et un exemple du second est Fidel Castro de Cuba (r. 1959-2008). Certains leaders personnalistes accèdent au pouvoir par le biais de dynasties familiales, comme la famille al-Assad en Syrie. Dans tous ces cas, les leaders personnalisés ne sont pas soumis à des mécanismes formels de responsabilisation.

    Le régime personnalisé est souvent associé à d'autres types de non-démocratie. Par exemple, un dirigeant charismatique peut compter sur le poids organisationnel d'un parti au pouvoir ou de l'armée pour rester au pouvoir. Idi Amin était commandant de l'armée ougandaise ; Fidel Castro commandait le formidable appareil organisationnel du Parti communiste de Cuba et des Forces armées révolutionnaires cubaines.

    Les règles personnalistes ont tendance à être instables en raison de problèmes de succession. Un dirigeant personnaliste peut hésiter à désigner un successeur parce que ce dernier est alors incité à le destituer du pouvoir. Mais si aucun successeur n'est désigné, l'instabilité risque de s'installer à la mort du dirigeant.

    Une monarchie est similaire à un régime personnaliste en ce sens qu'il n'y a qu'un seul dirigeant, mais les bases de la légitimité ont tendance à se fonder sur la tradition ou des textes sacrés. La Cité du Vatican, présentée auparavant en tant que théocratie, se décrit également comme une « monarchie absolue » parce qu'elle est dirigée par un pape. Le Royaume de Bahreïn est un exemple de monarchie constitutionnelle et est dirigé par la famille Al-Khalifa depuis 1783.

    Régime à parti unique et oligarchie

    Contrairement au régime personnaliste, le régime à parti unique et les oligarchies sont façonnés par un leadership collectif. Les oligarchies sont une ancienne forme de régime collectif non démocratique. Dans ces systèmes, les élites contrôlent les fonctions politiques et les ressources nationales et ne sont pas responsables de leurs actions devant le public. La République romaine était une sorte d'oligarchie en ce sens que seuls les plus riches pouvaient occuper de hautes fonctions politiques. Le politologue Jeffrey Winters a émis l'hypothèse que les oligarchies comportent deux dimensions clés. Tout d'abord, la richesse des oligarques est difficile à saisir et à disperser. Deuxièmement, leur pouvoir s'étend de manière systémique, à l'ensemble du régime (Winters 2011). Dans le monde contemporain, certains ont indiqué que la Russie était soumise à une forte influence politique de la part des oligarques, bien qu'elle ne soit pas officiellement une oligarchie.

    La principale caractéristique du régime à parti unique est qu'il est dirigé par les membres d'un parti politique. Parmi les principaux exemples, citons le Parti communiste de l'Union soviétique (1917-1991) et le PRI (Partido Revolucionario Institucional) du Mexique (1929-2000). Ce dernier point est particulièrement intéressant parce que le PRI a régné dans un environnement de concurrence multipartite, mais que la concurrence était tellement biaisée en faveur du PRI que le Mexique a été soumis au régime du parti unique pendant des décennies. Un parti au pouvoir peut avoir une idéologie directrice claire, comme les partis communistes du XXe siècle, ou plutôt être similaire aux partis politiques que nous voyons aux États-Unis : des organisations chargées de sélectionner les talents politiques et d'unifier les élites politiques.

    Les régimes à parti unique peuvent être assez stables. C'est pourquoi les régimes à parti unique sont en hausse dans le monde entier depuis les années 1970 (Figure 5.1). Au cours de la période allant de 1972 à 2005, le nombre de pays non démocratiques dirigés par un parti au pouvoir est passé de 60 % à 85 % de l'ensemble des pays non démocratiques.

    Aujourd'hui, l'un des pays les plus puissants du monde, la République populaire de Chine, est un exemple de régime de parti unique. La direction politique de plus d'un milliard d'habitants de la Chine réside dans le Politburo du Parti communiste chinois, un organisme composé d'une vingtaine de personnes. Au sein du Politburo se trouve le Comité permanent du Politburo, un organe composé généralement de sept à une douzaine de hauts fonctionnaires ; de ce groupe interne émanent toutes les décisions majeures qui guident la Chine contemporaine.

    Régime militaire

    Le régime militaire est caractérisé par des élites militaires, plutôt que des civils, qui dirigent le gouvernement. Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les militaires accèdent au pouvoir politique dans une société. La première est qu'ils possèdent les moyens matériels — les armes et la capacité organisationnelle — nécessaires pour prendre le contrôle d'une société. Du côté de la demande, une population peut soutenir un régime militaire en raison de la perception populaire de la compétence de l'armée, en particulier si des généraux charismatiques ou connus sont à la tête de l'armée. Dans certains cas, l'armée peut sembler être une institution particulièrement stable et ordonnée en période de troubles politiques. Cela peut à son tour intéresser certains segments de la société (tels que les élites économiques, qui attachent une importance particulière à la stabilité) ou des sociétés entières fatiguées par la guerre.

    Il existe un continuum de réflexion sur le rôle des forces armées au sein d'un régime politique. À une extrémité de ce continuum, les démocraties développées sont fondées sur le contrôle civil de l'armée. Dans l'exemple du Canada, le commandant en chef de l'armée canadienne est le monarque canadien. À l'inverse, le contrôle militaire total sur la population civile se situe à l'extrémité opposée de ce continuum, et dans ces situations non démocratiques, l'armée n'est pas responsable devant le public, même pour les personnes grossières. violations des droits. La Birmanie est un exemple éloquent de pays soumis à un régime militaire répressif pendant une grande partie de son indépendance postcoloniale depuis 1948. L'armée birmane, connue sous le nom de Tatmadaw, a semblé autoriser une certaine libéralisation et se tourner vers un leadership civil dans les années 2010, mais dans les années 2020, elle a de nouveau affirmé le contrôle du pays et de son appareil politique.

    Le régime militaire a augmenté et diminué en fréquence au cours du XXe siècle. Au cours de la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, les régimes militaires ont atteint un sommet de 40 pour cent de toutes les non-démocraties du monde, puis sont tombés à environ 15 pour cent des non-démocraties du monde au tournant du XXIe siècle (Gandhi 2008).

    Régimes illibéraux et hybrides

    L'idée d'un régime illibéral, c'est-à-dire un régime qui mélange les caractéristiques des démocraties libérales mais qui est résolument illibéral à d'autres égards, est apparue au XXe siècle lorsqu'il est devenu évident que de nombreuses démocraties aspirantes nées immédiatement après la fin de la guerre froide (1989-1991), de De la Roumanie au Kazakhstan, prenaient des habitudes non démocratiques. Qui plus est, cette tendance semblait toucher de nombreuses jeunes démocraties apparues encore plus tôt au XXe siècle.

    Un régime illibéral peut avoir plusieurs partis politiques, des médias partiellement libres et des élections partiellement libres et équitables. Les institutions qui sont au cœur d'une démocratie libérale sont, dans un contexte illibéral, faibles et sujettes à manipulation par ceux qui ont le pouvoir économique et l'influence politique. Dans un article explorant la montée de cette forme de gouvernement, Fareed Zakaria a observé que « loin d'être une étape temporaire ou transitoire, il semble que de nombreux pays adoptent une forme de gouvernement mêlant un degré substantiel de démocratie à un degré important d'illibéralisme » (Zakaria, 1997). , p. 24). En bref, les démocraties illibérales se situent dans une zone intermédiaire où existent des institutions ou des pratiques non démocratiques, mais aussi certains des marqueurs de la démocratie. Une question ouverte est de savoir si la démocratie illibérale restera un statut distinct pour de nombreux pays pendant de longues périodes ou s'ils évolueront de manière plus décisive vers la non-démocratie ou la démocratie.

    Les régimes hybrides sont distincts mais liés à des régimes illibéraux. La catégorie de « régime hybride » est une reconnaissance du fait que bon nombre des types de non-démocraties décrits précédemment sont des types « idéaux » et que de nombreuses non-démocraties combinent des caractéristiques de plusieurs types. La Corée du Nord est un exemple de « triple hybride », c'est-à-dire la combinaison d'un système de parti unique dirigé par un leader personnalisé (issu de la dynastie Kim) et d'une armée politiquement puissante. La Chine dirigée par le président Xi Jinping s'oriente peut-être vers un régime hybride de régime personnalisé et de régime de parti unique.

    Le tableau 5.3.2 présente un résumé des différents types de non-démocraties explorés dans cette section, leurs caractéristiques dominantes et quelques exemples.

    Tableau 5.3.2 : Types de non-démocraties, caractéristiques distinctives et exemples
    Type de non-démocratie Caractéristiques dominantes Exemples
    Théocratie Règle par l'élite religieuse conformément aux textes sacrés Iran, 1979-présent
    Règle et monarchie personnalistes Dirigé par un seul individu ; dans le cas d'une monarchie, le monarque tire sa légitimité de la tradition

    Idi Amin d'Ouganda, 1971-1979

    Royaume de Bahreïn, 1971 à ce jour

    Régime à parti unique et oligarchie Gouvernance collective par un groupe d'élites, dans le cas d'un gouvernement à parti unique via le parti au pouvoir

    Union soviétique sous le PCUS, 1917/22-1991

    Le Mexique sous le régime du PRI, 1929-2000

    La Chine sous le PCC, de 1949 à aujourd'hui

    Régime militaire Dirigé par les élites militaires

    Birmanie, 1962-2011

    Venezuela, 1899-1945, 1948-1958

    Régime illibéral Vernis d'institutions démocratiques libérales subverties par les élites politiques Russie, 1991-présent
    Régime hybride Une combinaison des types ci-dessus Corée du Nord, 1948 à aujourd'hui