Skip to main content
Query

5.2 : Stratégies pour rester au pouvoir

  • Page ID
    165953
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Objectifs d'apprentissage

    À la fin de cette section, vous serez en mesure de :

    • Évaluer les différentes stratégies institutionnelles permettant aux régimes non démocratiques de rester au pouvoir
    • Analyser les explications culturelles et idéologiques de la persistance de régimes non démocratiques

    Présentation

    Tous les régimes disposent de divers moyens pour rester au pouvoir. Une heuristique courante pour réfléchir à ces outils consiste à décomposer simplement les stratégies du régime « carottes contre bâtons ». Les carottes prennent la forme d'incitations ou d'avantages qui sont distribués pour fidéliser les constituants. Les bâtons se concentrent sur l'imposition de sanctions en tant que renforcement négatif des règles.

    La propagande est un outil supplémentaire à ajouter au mélange de carottes et de bâtonnets. Les gouvernements peuvent également dépenser des ressources pour renforcer leur légitimité dans l'esprit des citoyens, par exemple en utilisant des bureaucraties de propagande sophistiquées ou en contrôlant les flux d'informations destinés à la population. Ici, le terme propagande est utilisé pour désigner des informations biaisées communiquées pour convaincre le public d'une opinion politique particulière. Déployer de la propagande n'est ni une carotte ni un bâton, ou peut-être un peu les deux, mais plutôt un moyen puissant de contrôler les perceptions et les pensées des gens. La propagande, en tant que stratégie idéationnelle, appartient à une catégorie à part et est particulièrement puissante lorsqu'elle peut s'appuyer sur les fondements culturels existants d'une société.

    Tous les régimes utilisent un mélange de carottes, de bâtons et d'idées pour rester au pouvoir. Bon nombre des stratégies examinées dans cette section auront des versions dans les démocraties et les non-démocraties. Par exemple, les bureaucraties d'enquête internes, telles que le ministère de la Sûreté de l'État en Chine, ont des homologues dans les démocraties, comme le Federal Bureau of Investigation (FBI) aux États-Unis. De même, pratiquement tous les pays du monde, quel que soit le type de régime, disposent d'une police chargée de maintenir l'ordre intérieur. Il n'est pas vrai que les non-démocraties soient répressives alors que les démocraties ne le sont pas. Mais par rapport aux démocraties, les non-démocraties sont relativement peu limitées dans leur capacité à utiliser la force ou à manipuler des informations afin de garantir le respect de leur régime. L'absence de mécanismes de responsabilisation robustes dans les pays non démocratiques est une différence cruciale dans la manière dont les institutions publiques sont gérées et dans l'étendue de leur autorité.

    Canaux institutionnels

    Les régimes sont plus susceptibles de perdurer lorsqu'ils mettent en place et entretiennent des institutions. Les institutions font ici référence à des pratiques, des normes et des organisations partagées qui existent au-delà de tout individu. Une façon abrégée de penser aux institutions est qu'elles sont les « règles du jeu » de toute la vie sociale. Les institutions structurent notre façon de faire les choses et organisent nos interactions avec les autres. Ils sont à l'origine d'un grand pouvoir social et politique. Cela s'explique en partie par le fait que les ressources découlent de croyances. Prenons l'institution de l'État. L'État est aujourd'hui l'une des institutions les plus puissantes du monde moderne. Les croyances et les normes qui entourent les États, qui sont partagées dans le monde entier, confèrent un grand pouvoir aux États. Les États gèrent leurs arsenaux nucléaires, prélèvent des impôts auprès de milliards de citoyens et gèrent les flux commerciaux et financiers mondiaux.

    En raison du pouvoir des institutions, les régimes ont intérêt à institutionnaliser leur pouvoir. Cela met en évidence une autre caractéristique des institutions. Les institutions sont liées les unes aux autres de nombreuses manières : elles peuvent se renforcer mutuellement, s'imbriquer les unes dans les autres, et une institution peut en engendrer une autre. Les régimes sont des institutions à part entière. Les régimes de soutien, quant à eux, sont de nombreuses institutions supplémentaires. Les régimes investissent dans des institutions qui leur permettent de rester au pouvoir, ce qui signifie que ces institutions absorbent et dispersent les ressources.

    Commençons par les carottes institutionnelles. Les pays non démocratiques ont mis en place diverses institutions qui fournissent des incitations positives à soutenir le régime. Nous définirons et examinerons trois d'entre eux : les institutions pour la cooptation de l'opposition, les réseaux de favoritisme et le clientélisme. Chacun d'eux est distinct mais peut se chevaucher.

    Institutions permettant de coopter l'opposition

    Toutes les non-démocraties sont confrontées au problème d'une opposition qui pourrait les évincer du pouvoir. Pour neutraliser la force d'une opposition, ou même des critiques virulentes ayant des partisans, un régime pourrait investir dans des institutions qui ont l'apparence d'une représentation démocratique. Il s'agit notamment d'élections, de législatures, de tribunaux truqués, etc. Ces institutions sont en fait des « vitrines » ou des façades d'un système politique étroitement contrôlé. Les organes judiciaires de ces systèmes ne sont pas indépendants et ne permettent pas de contrôler de manière significative l'autorité des dirigeants. De nombreux régimes non démocratiques ont mis en place des législatures, mais celles-ci n'ont pas le pouvoir d'opposer leur veto aux mesures adoptées par les personnes au pouvoir. Les exemples abondent en République populaire démocratique de Corée (RPDC), ou Corée du Nord, très autoritaire. La Corée du Nord est dirigée depuis les années 1950 par un guide suprême unique, mais officiellement, elle dispose d'une législature monocamérale. Cette Assemblée populaire suprême comprend près de 700 députés et confère théoriquement l'autorité au Guide suprême. Cependant, le Guide suprême de la RPDC prend toutes les décisions relatives à la gouvernance du pays et ne fait face à aucune menace de veto de la part de cette législature monocamérale.

    Les partis d'opposition ou ceux qui critiquent le régime peuvent accepter de siéger dans de tels organes afin d'avoir accès aux dirigeants politiques et, éventuellement, de les influencer. Ils peuvent également bénéficier matériellement de sièges législatifs ou judiciaires, par exemple percevoir un salaire ou bénéficier d'autres avantages liés à la fonction, tels qu'une voiture avec chauffeur ou un bureau chic. Il convient de noter que la cooptation de l'opposition par le biais de telles institutions peut servir le régime au pouvoir de multiples manières. Ils peuvent renforcer la légitimité des dirigeants aux yeux du public. Ils permettent également aux dirigeants de suivre de plus près les positions et les idées de l'opposition, qui peuvent ensuite être contrées ou même adoptées le cas échéant.

    Réseaux de mécènes

    Toute politique repose sur les relations et le flux de ressources. Les réseaux de mécénat sont des relations au sein de systèmes politiques dans lesquelles un parti ayant accès à des ressources distribue ces ressources aux membres de son réseau. Au sein d'un réseau de mécénat, des liens réciproques unissent les membres du réseau. Un dirigeant peut prélever une partie des recettes pétrolières et distribuer ces fonds à ses adjoints disséminés dans les provinces ; ces députés s'assurent que les affiches du dirigeant sont affichées bien en évidence dans chaque bureau du gouvernement local.

    Les réseaux de mécénat peuvent être organisés par le biais de nombreux types d'organisations ou de groupes sociaux. Les partis politiques sont l'un des moyens de distribuer les ressources publiques en échange d'une obéissance politique. D'autres grandes organisations publiques, telles que l'armée ou les entreprises publiques, sont également des sites de création de réseaux de mécénat. Les organisations non étatiques peuvent faire partie de réseaux de mécénat, tels que des entreprises ou des associations professionnelles. Les groupes d'identité, y compris ceux liés par une ethnie ou une tribu, peuvent constituer la base des réseaux de mécénat. Ce dernier point est évident en Syrie, où les principales institutions de l'État sont contrôlées par la minorité alaouite, un groupe musulman chiite qui représente moins d'un cinquième de la Syrie dominée par les musulmans sunnites. Les réseaux alaouites soutiennent la famille al-Assad au pouvoir.

    Clientélisme diversifié

    Les institutions qui promeuvent le clientélisme à grande échelle sont liées aux réseaux de mécénat, mais en sont distinctes. Les clients sont ceux qui comptent sur un mécène pour leurs ressources ; le clientélisme est une stratégie par laquelle les dirigeants cherchent à racheter la loyauté d'une grande partie de la population. Pour ce faire, les dirigeants peuvent investir dans des programmes sociaux dans lesquels ils signalent clairement aux masses qu'ils parrainent ces programmes. Cette large répartition des ressources a pour effet de transformer une partie importante de la population d'un pays en clients ou en personnes à charge du régime.

    L'un des endroits où l'on observe ce type de clientélisme à large assise se trouve au Mexique, sous le règne du Parti révolutionnaire institutionnel (ou Partido Revolucionario Institucional, PRI) pendant une grande partie du XXe siècle. Le PRI a été au pouvoir au Mexique de 1929 à 2000. Sous la présidence du PRI de Carlos Salinas de Gortari (1988-1994), les programmes sociaux ont été consolidés au sein d'une nouvelle organisation gouvernementale appelée Pronasol. Pronasol a distribué des fonds publics aux communautés pauvres pour construire des ouvrages publics tels que des écoles, des cliniques de santé, des installations de traitement de l'eau et des réseaux électriques. Cette organisation reflétait les ambitions nationales et la portée du PRI : à son apogée, il y avait près de 250 000 comités Pronasol au niveau local pour mener à bien des projets communautaires en collaboration avec les dirigeants communautaires. Les résultats sont impressionnants : rénovation de 130 000 écoles, création de 1 000 unités médicales rurales et accès à la plomberie pour 16 millions de résidents mexicains (Merrill et Miró éd. 1996). Si l'on considère ce programme ambitieux, il s'agissait d'un large moyen de renforcer le soutien à la règle du PRI dans tout le pays et en particulier dans les zones rurales.

    Passons maintenant aux blocages institutionnels ou aux stratégies de répression. Il existe divers moyens répressifs par lesquels les régimes non démocratiques obtiennent l'obéissance de la population. Il s'agit notamment de la création de bureaucraties chargées de la sécurité intérieure et de groupes paramilitaires.

    Appareils de sécurité domestiques

    Les non-démocraties sont à l'origine de la police secrète moderne, à commencer par la création de la Tchéka sous Lénine, qui est devenue le NKVD — police secrète intérieure — sous Staline. C'est aujourd'hui le KGB dans la Russie d'aujourd'hui. La Cheka a servi de modèle à de nombreuses autres polices secrètes créées en Italie et en Allemagne, pour ne citer que quelques exemples familiers. Ces institutions peuvent remplir des objectifs critiques, qu'il s'agisse de recueillir des renseignements sur des dissensions potentielles dans un pays ou de terroriser les citoyens.

    La Chine est un pays non démocratique qui a développé des moyens sophistiqués pour surveiller sa population. Depuis 2010, le parti communiste chinois au pouvoir dépense davantage pour la sécurité intérieure que pour la défense extérieure. Un vaste réseau de programmes de surveillance existe dans tout le pays, notamment « Sharp Eyes » (xueliang), un projet annoncé en 2015 qui imposait la surveillance vidéo de tous les espaces publics du pays d'ici 2020. Sharp Eyes a inclus un flux vidéo continu sur les places publiques, les intersections des routes principales, les zones publiques des quartiers résidentiels et les stations de transport en commun, pour n'en nommer que quelques-uns. Cela comprenait également la surveillance de bâtiments tels que les points d'entrée des bureaux de radio, de télévision et de journaux. Cette fonctionnalité vidéo est associée à des technologies supplémentaires telles que la reconnaissance faciale.

    Paramilitaires

    Les paramilitaires constituent un autre puissant instrument de répression. Il s'agit de groupes ayant accès à des armes et à un entraînement de qualité militaire, mais qui ne font pas partie de l'armée nationale. Ce sont « des organisations armées irrégulières qui commettent des actes de violence contre des civils pour le compte d'un État » (Üngör 2020). Les paramilitaires ont été déployés par les gouvernements du monde entier, et ils constituent une couche institutionnelle supplémentaire de terreur pour les citoyens. Les escadrons de la mort sont un type de paramilitaire employé par les gouvernements pour commettre des meurtres extrajudiciaires, généralement d'ennemis politiques de l'État. Un exemple tragique de massacre perpétré par des escadrons de la mort se trouve en Indonésie. Au plus fort de la guerre froide, au milieu des années 1960, les escadrons de la mort indonésiens étaient responsables du meurtre de centaines de milliers d'Indonésiens soupçonnés de sympathies gauchistes.

    Pris ensemble, les dirigeants non démocratiques disposent de divers moyens, à la fois persuasifs et coercitifs, pour faire respecter leur pouvoir. Il s'agit notamment d'incitations positives dont la portée peut être étroite ou large. Les institutions coercitives, telles que la police secrète et les paramilitaires, offrent aux dirigeants non démocratiques un moyen institutionnalisé de conserver leur monopole sur le recours à la violence dans leurs sociétés.

    Contrôles culturels et idéologiques

    Un autre moyen efficace de maintenir l'autorité est de convaincre les gens de croire en la légitimité d'un régime non démocratique. C'est en quelque sorte le moyen le plus efficace de rester au pouvoir, car cela évite toute résistance. Les dirigeants non démocratiques investissent donc dans la création de solides bases idéationnelles pour leur régime. Ces idées peuvent découler de manière sélective de traditions culturelles plus profondes d'une société, y compris celles liées aux traditions religieuses, ou de la diffusion d'idéologies non démocratiques auprès des masses.

    Des concepts antidémocratiques tels que la hiérarchie et l'autorité irresponsable sont ancrés dans de nombreuses traditions culturelles. Les monarchies d'Europe et les empires des Amériques étaient soutenus par des idées centrées sur le droit divin des dirigeants. Pratiquement toutes les grandes religions du monde promeuvent des systèmes autoritaires et antidémocratiques de gouvernance et d'ordre social, du patriarcat rigide de l'Église catholique romaine aux castes de l'hindouisme. Plusieurs sociétés d'Asie de l'Est — en Chine, en Corée et au Japon, pour n'en nommer que quelques-unes — ont de fortes influences confucéennes. Confucius, un érudit de l'Antiquité, a soutenu que la relation hiérarchique entre le dirigeant et le gouverné était l'une des nombreuses relations hiérarchiques qui constituent une société ordonnée. Cela complétait l'idée que les empereurs chinois avaient pour mandat de régner « sur tout ce qui se trouve sous le ciel » (tian xia). À ce jour, les dirigeants chinois s'appuient sur les écrits de Confucius pour plaider en faveur d'une « société harmonieuse » dans laquelle la dissidence est culturellement mal vue.

    Un débat en cours porte sur la question de savoir si « l'autoritarisme persistant » est une conséquence inévitable de certaines traditions culturelles. La preuve à cet égard est que les éléments culturels non démocratiques ne constituent pas nécessairement des obstacles à une éventuelle démocratisation. Des arguments ont été avancés en faveur de l'incompatibilité de la démocratie et de l'islam, ou de la démocratie et du confucianisme, par exemple. Pourtant, il existe de nombreux exemples de démocraties modernes issues de ces traditions culturelles antidémocratiques. La Turquie et l'Indonésie sont des exemples de démocraties à majorité musulmane, tandis que la Corée et le Japon démontrent que les sociétés influencées par Confucianisme peuvent devenir des démocraties solides.

    Au-delà des traditions culturelles, certaines idéologies politiques puissantes soutiennent un régime non démocratique. Deux d'entre eux sont le communisme et le fascisme. Les pays organisés selon ces idéologies se sont montrés uniformément antidémocratiques et ne disposent pas de mécanismes de responsabilisation entre les dirigeants et les gouvernés, en plus des libertés fondamentales pour les citoyens. Les pays communistes ont été dirigés par une « dictature du prolétariat » dans le processus de démantèlement du capitalisme et de construction de la société socialiste censée précéder la transition vers le communisme. Les pays fascistes se caractérisent par des hiérarchies sociales extrêmes et le contrôle de tous les aspects de la société par le parti au pouvoir.

    Un outil plus restreint utilisé par les dirigeants non démocratiques pour rester au pouvoir est la création d'un culte de la personnalité. Souvenez-vous du chapitre 3 qu'un culte de la personnalité se produit lorsqu'un État tire parti de tous les aspects des traits réels et exagérés d'un leader pour renforcer le pouvoir du leader. S'appuyant sur des institutions telles que les bureaux de propagande et le contrôle des médias par l'État, le culte de la personnalité crée l'illusion d'un soutien massif, voire d'une adulation, du dirigeant. Le dirigeant soviétique Joseph Staline était célèbre pour avoir créé un tel culte autour de son règne personnel, et ce culte a été porté à de nouveaux sommets par d'autres dirigeants du XXe siècle tels que le Chinois Mao Zedong et le Roumain Nicolae Ceaușescu. Attiser le culte de la personnalité est un moyen puissant de créer des liens affectifs entre les citoyens et les dirigeants. Un culte de la personnalité crée également une apparence d'invincibilité de la part du dirigeant, ce qui peut servir à éviter les contestations de son règne.