Skip to main content
Query

8.3 : Le processus rhétorique

  • Page ID
    166197
  • \( \newcommand{\vecs}[1]{\overset { \scriptstyle \rightharpoonup} {\mathbf{#1}} } \) \( \newcommand{\vecd}[1]{\overset{-\!-\!\rightharpoonup}{\vphantom{a}\smash {#1}}} \)\(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \(\newcommand{\id}{\mathrm{id}}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\) \( \newcommand{\kernel}{\mathrm{null}\,}\) \( \newcommand{\range}{\mathrm{range}\,}\) \( \newcommand{\RealPart}{\mathrm{Re}}\) \( \newcommand{\ImaginaryPart}{\mathrm{Im}}\) \( \newcommand{\Argument}{\mathrm{Arg}}\) \( \newcommand{\norm}[1]{\| #1 \|}\) \( \newcommand{\inner}[2]{\langle #1, #2 \rangle}\) \( \newcommand{\Span}{\mathrm{span}}\)\(\newcommand{\AA}{\unicode[.8,0]{x212B}}\)

    Aristote pensait qu'en utilisant le processus rhétorique

    • La vérité et la justice peuvent être protégées contre le mensonge et le mal.
    • Le débat peut porter sur des sujets en l'absence de vérité absolue.
    • Les deux côtés d'une réclamation peuvent être présentés.
    • Des preuves permettant d'établir la probabilité d'une position peuvent être développées.
    clipboard_ee879a99852d67af6963d407a0237692a.png
    8.3.1 : « Logos, Ethos and Pathos » de J. Marteney est sous licence CC BY 4.0

    Ces quatre aspects du processus rhétorique décrit par Aristote sont toujours utilisés aujourd'hui. La persuasion d'Aristote implique l'utilisation de trois éléments de preuve : logos, pathos et éthique.

    Logos signifie logique et désigne l'utilisation de la raison pour appuyer une décision. Les appels logiques présentent essentiellement la situation, les alternatives et l'ensemble des probabilités impliquées dans le processus décisionnel. De tels appels sont dirigés vers les capacités de raisonnement de notre esprit.

    Le pathos signifie émotion et consiste à utiliser des appels émotionnels et motivationnels pour soutenir une décision. Les appels émotionnels sont dirigés vers les souhaits, les désirs, les buts et les besoins de la personne dont l'acceptation est souhaitée. De tels appels s'adressent au cœur.

    L'éthique fait référence à l'utilisation de la crédibilité de la source pour étayer une conclusion. Aristote considérait l'éthique comme une preuve puissante fournie par la source elle-même et à travers laquelle des jugements pouvaient être portés sur son caractère, sa sagesse et sa bonne volonté. L'argument est accepté en raison du caractère de la personne qui plaide. Aristote a écrit :

    « La persuasion est atteinte par le caractère personnel de l'orateur lorsque le discours est prononcé de manière à nous faire croire qu'il est crédible. Nous croyons aux hommes bons plus pleinement et plus facilement que les autres ; cela est vrai en général, quelle que soit la question, et absolument vrai lorsque la certitude exacte est impossible et que les opinions sont partagées. Ce type de persuasion, comme les autres, doit être obtenu par ce que dit l'orateur, et non par ce que les gens pensent de sa personnalité avant qu'il ne commence à parler. » 1

    L'ethos est donc l'image de la source conservée dans l'esprit du public. La crédibilité de la source peut être développée de deux manières :

    Le premier type est appelé ethos initial. Cette philosophie est basée sur les références, le statut et la réputation de l'auteur, tels qu'ils sont connus du public avant qu'il n'entende ou ne lise le contenu du message. Les annonceurs se tournent de plus en plus vers des « créateurs d'images positives » pour vendre les produits de leurs clients. L'idée est que si vous les aimez, vous serez favorablement disposé à l'égard du produit qu'ils approuvent.

    Le second type est appelé ethos dérivé. C'est la crédibilité du locuteur qui est créée au cours du message. Vous ne savez peut-être pas grand-chose du présentateur, mais en écoutant l'argument, vous vous sentez de plus en plus impressionné par lui. L'éthique dérivée est créée à la fois à partir du contenu de la présentation et du style de l'orateur. Lors d'un entretien d'embauche, vous souhaitez créer une philosophie dérivée positive lorsque vous faites valoir votre « argument » selon lequel vous devriez être embauché.

    Un niveau minimal d'éthique positive est nécessaire pour que les preuves logiques et émotionnelles soient efficaces. Les sources peu crédibles ne peuvent pas utiliser efficacement des niveaux élevés d'appels émotionnels, car le public ne croit pas en la source en premier lieu. De même, en l'absence d'une certaine éthique minimale, les preuves logiques seront ignorées, car la source n'est pas perçue comme une personne digne de confiance.

    Référence

    1. Aristote et C.D.C.Reeve, The Rhetoric d'Aristote, (Indianapolis : Hackett Publishing Company Inc. 2018)